L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

Pénurie de sperme en Belgique

ImprimerRecommander
[Français] 25 août 2014

Sommaire

  •   Pénurie de sperme en Belgique: les importations danoises à la rescousse
  •   L'hôpital universitaire d'Anvers se dote d'appareils pour mesurer la douleur
  •   Création d'un muscle artificiel auto-régénérant
  •   Nieuw spermabank-schandaal Nederland
  • Pénurie de sperme en Belgique: les importations danoises à la rescousse

    Confrontées à une hausse des demandes de procréation médicalement assistée, les banques de sperme belges sont en pénurie, peut-on lire dans le journal L'Echo. Le problème est sérieux et les centres de procréation médicalement assistée (PMA) sont "inquiets".
    En plus des hétérosexuels confrontés à l'infertilité, un nombre croissant de femmes seules et de lesbiennes sont candidates. Et le cadre légal belge très libéral en matière de PMA suscite la visite dans les centres belges de personnes venant de l’étranger. Toutefois, l'offre de sperme  ne suit pas. "Les centres de PMA doivent se fournir à l'étranger, surtout auprès de banques de sperme danoises Cryos et NordicCryobank", confirme le biologiste Olivier Gaspard, responsable technique du laboratoire de PMA du CHU de Liège.
    Cryos, le numéro un mondial, vend des centaines de milliers de paillettes de sperme (des mini-éprouvettes contenant des millions de spermatozoïdes) par an dans plus de 50 pays. Le prix d'une paillette varie entre 39 et 49 euros. Le sperme d'un donneur est généralement distribué à plusieurs femmes mais celui d'un donneur "exclusif" peut coûter jusque 12.000 euros. "Sans les dons danois, les centres de PMA belges ne pourraient répondre qu'à 10% ou 20% de la demande", précise Olivier Gaspard. En Belgique, la publicité est interdite pour les banques de sperme. Mais la toute récente campagne de communication quant au manque de sperme a été très largement relayée dans tous les médias belges faisant suite à un communiqué de presse.
    La sévérité des critères de recevabilité du sperme et la batterie de tests médicaux est une cause de pénurie. "Quand on a fini tous les tests, sur 25 candidats, il en reste 4 en bout de course", constate Michel Dubois, directeur médical du centre PMA de l'Université de Liège. Par ailleurs, la qualité du sperme s'appauvrit globalement. "Dans les années 60, l'OMS fixait la norme à 60 millions de spermatozoïdes par millilitre de sperme. Depuis 2010, elle est de 15 millions par millilitre", ajoute M. Dubois. Alors que la loi belge en matière de procréation médicalement assistée stipule que le don de sperme est anonyme et gratuit, le CHU de Liège octroie 75 euros par don à titre de « dédommagement ».

    Cette campagne est-elle une réplique à la mise en cause par l’association Donorkinderen België qui mettait en cause la firme Cryos ? Plusieurs femmes (au-delà du nombre autorisé) auraient reçus le sperme d’un donneur porteur d’une maladie génétique grave, dont l’enfant ainsi conçu serait aujourd’hui porteur ?
    Les dons de sperme posent des questions éthiques et notamment la souffrance pour les enfants ainsi conçus de ne pas connaître leur père biologique. Voir aussi ICI

    L'hôpital universitaire d'Anvers se dote d'appareils pour mesurer la douleur

    L'hôpital universitaire d'Anvers (UZA) s'est équipé de 2 appareils capables de mesurer la douleur ressentie par les patients de manière objective. Il s'agit d'une première mondiale.  Le premier appareil permet de mesurer la douleur aiguë ressentie par les patients grâce à un capteur posé sur un doigt. Cet outil prend en compte sept paramètres, dont la pression sanguine et la résistance de la peau. Une formule mathématique détermine ensuite le niveau de la douleur ressentie. L'autre appareil est destiné aux patients souffrant de douleur chronique et mesure si le système de contrôle de la douleur fonctionne correctement, et ce en réaction à de petites ou grandes différences de températures. "Nous voulons utiliser ces outils à grande échelle, par exemple lors d'opérations chirurgicales ou pour contrôler la douleur ressentie par les patients plongés dans le coma, ou ceux souffrant de douleur chronique généralisée", explique le professeur et coordinateur du centre multidisciplinaire de la douleur d'UZA Guy Hans. Selon lui, ces outils sont "une véritable avancée pour la recherche sur la douleur". Ces appareils coûtent entre 40.000 et 80.000 euros.
     

     

    Création d'un muscle artificiel auto-régénérant

    Une équipe en ingénierie biomédicale de la Duke University a réussi à créer un muscle bioartificiel, en mélangeant des cellules souches de souris à un hydrogel.
    Après une stimulation électrique, le muscle s’est contracté avec 10 fois plus de puissance qu’aucun autre muscle artificiel, au point d’atteindre la même puissance qu’un muscle naturel. Il est  aussi capable de se régénérer en cas de lésion physique, mais également après avoir été infecté, les scientifiques l'ayant exposé à une toxine extraite du venin d'un serpent. Cette capacité de régénération est due à un stock de cellules souches satellites qui sont prêtes à s’activer dès que les fibres musculaires sont abîmées.
    Pour finaliser l'expérience, les scientifiques ont greffé leur création sur des rats. Avec succès puisque le muscle s'est renforcé et que des cellules sont parvenues à se déplacer à travers les veines qui se sont développées progressivement. Reste maintenant à confirmer ce bel ouvrage chez les humains. En attendant, le muscle biométrique pourrait déjà servir à l'industrie pharmaceutique pour tester des molécules en cours de fabrication.
    (référence : PNAS, 31 mars 2014,doi: 10.1073/pnas.1402723111) - Source : Journal du Médecin, 04/04/2014
     

    Nieuw spermabank-schandaal Nederland

    De Nederlandse organisatie FIOM (specialist bij ongewenste zwangerschap en afstammingsvragen) bracht aan het licht dat spermabanken in het verleden grove fouten hebben gemaakt bij anonieme donaties. De banken hebben veel donorkinderen valse persoonsgegevens over de donor verstrekt. Tijdens het onderzoek stootte men ook op een man die 17 jaar lang gedoneerd heeft en daarbij naar eigen zeggen 200 kinderen verwekt heeft. De mistoestanden komen nu aan het licht door de DNA-databank van Fiom. Via deze databank kunnen anonieme donoren en donorkinderen na het doen van een DNA-test elkaar opsporen. Nu is onomstotelijk vast komen te staan dat er slordig is omgesprongen met sperma en persoonsgegevens van donoren. De fouten vonden plaats voor de wet in 2004 een einde maakte aan anoniem donorschap. Nu moeten de gegevens van de donor zijn opgeslagen zodat het kind zijn afkomst kan achterhalen.
    Bronnen: 1 en 2

Faire un don à l'IEB