L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

Pays-Bas : acquitté en appel d’avoir aidé sa mère à se suicider

ImprimerRecommander
[Français] 4 juin 2015

Sommaire

  •   Pays-Bas : acquitté en appel après avoir aidé sa mère à se suicider
  •   Luxembourg : priorité à la formation en soins palliatifs pour mieux accompagner la fin de vie
  •   Maroc : élargissement de la loi sur l’avortement
  • Pays-Bas : acquitté en appel après avoir aidé sa mère à se suicider

    03/06/2015 - Fin de vie

    En 2008, une citoyenne hollandaise de 99 ans, aveugle et fatiguée de vivre, jugeait sa souffrance trop importante et sans espoir d’amélioration. Son médecin traitant ayant refusé de l’euthanasier, elle a décidé de faire appel à son fils. Celui-ci, Albert Heringa, qui n’est pas médecin, a franchi le pas en aidant sa mère à se suicider, en marge des conditions légales fixées par la loi relative à l’euthanasie.
    Condamné en 2013 pour suicide assisté sur la personne de sa maman, Albert Heringa est allé en appel du jugement. Dans le cadre de cette procédure d’appel, la Cour d’Arnhem a récemment statué qu’il devait échapper à toute sanction, au motif qu’il avait agi dans une « situation d’urgence », ayant eu à décider entre respecter la loi ou se plier à une « obligation morale non écrite » en procurant à sa mère les produits mortels lui permettant de se suicider. D’aucuns n’ont pas manqué de voir dans cette affaire une dangereuse ouverture à ce qu’ils ont qualifié d’ « euthanasie familiale ». L’affaire ne devrait cependant pas en rester là, un pourvoi en cassation étant envisagé.
    Source : nos.nl
     

    Luxembourg : priorité à la formation en soins palliatifs pour mieux accompagner la fin de vie

    03/06/2015 - Fin de vie

    Au Grand-Duché de Luxembourg, depuis l’entrée en vigueur de la loi du 16 mars 2009 réglementant les soins palliatifs ainsi que l’euthanasie et l’assistance au suicide, toute personne en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable a le droit de pouvoir bénéficier de soins palliatifs. Cette généralisation des soins palliatifs de qualité compte parmi les priorités du gouvernement luxembourgeois. Il s’agit de permettre à la personne en fin de vie, mais aussi à sa famille et son entourage, de passer les derniers moments dans les meilleures conditions possibles, que ce soit en milieu hospitalier, dans les établissements d’aide et de soins ou auprès des réseaux d’aide à domicile.
    Une grande importance est notamment accordée à la formation : depuis le 1er janvier 2015, Corinne Cahen, ministre de la Famille, exige, dans le cadre de l’agrément accordé aux gestionnaires de services pour personnes âgées,  que 40% du personnel d’encadrement dispose d’une qualification d’au moins 40 heures en soins palliatifs. Une permanence en soins palliatifs doit en outre être assurée par au moins une personne ayant suivi une formation d’approfondissement (160 heures).
    À ce jour, plus de 2.600 personnes au Luxembourg ont reçu le certificat de sensibilisation en soins palliatifs (40 heures), et près de 250 celui de la formation approfondie (160 heures).
    Source :  gouvernement.lu

     

    Maroc : élargissement de la loi sur l’avortement

    03/06/2015 - Début de vie


    Jusqu'à présent, au Maroc, la pratique de l’avortement n’était dépénalisée que dans le cas où la santé de la femme était en danger. Depuis plusieurs mois, cependant, certaines associations ont accentué la pression sur l’opinion publique et le monde  politique pour réclamer un élargissement des conditions d’accès à l’avortement en vue de lutter contre « l’avortement clandestin et non médicalisé ». C’est ainsi que le 15 mai dernier, un communiqué annonçait que l’avortement pourrait dans un avenir proche ne plus être pénalement condamné pour les cas de viol ou d’inceste, ou dans le cas de graves malformations ou de maladies incurables du fœtus, maladies dont la liste reste à définir.
    Sources : L’Economiste et Gènéthique
     

Faire un don à l'IEB