L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

Infirmier de Wevelgem : le cas ne serait pas unique ?

ImprimerRecommander
[Français] 19 juin 2014

Sommaire

  •   Infirmier de Wevelgem : le cas ne serait pas unique ?
  •   Refus de la vaccination pour leur enfant : compréhension du tribunal
  •   Biobanques et recherche médicale : 3.4 millions d’euros pour la Biothèque Wallonie Bruxelles
  •   Les médecins généralistes peu formés en Soins Palliatifs
  • Infirmier de Wevelgem : le cas ne serait pas unique ?

    16/06/2014 - Fin de vie

    Alors que l'infirmier de Wevelgem est inculpé d'assassinats (voir Bulletin précédent), l’association flamande pro-euthanasie Recht op Waardige Sterven (RWS), dont le pendant francophone est l’Association pour le droit de mourir dans la Dignité (ADMD), tient à dédramatiser le fait que l’infirmier aurait tué 48 personnes par compassion. « Par de nombreux témoignages de soignants et d’accompagnants auprès des personnes en fin de vie, nous savons qu’ils sont nombreux à avoir aidé des patients à mourir, et ce au nom de leur engagement humain plein de compassion ». L’Association exprime sont soutien à l'inculpé en demandant que les infirmiers et accompagnants soient entendus puisqu’ils sont souvent ceux qui sont le plus en contact avec les personnes fragiles et souffrantes. Il s'agit de permettre à chacun de décider d’être « aidé » à mourir de la façon dont chacun l'estime digne, et ce au nom de son autonomie et de son libre choix.
    Lien

     

     

    Refus de la vaccination pour leur enfant : compréhension du tribunal

    16/06/2014 - Bioéthique, droit et politique

    Un couple originaire de Riemst qui avait refusé de faire vacciner sa petite fille contre la polio a obtenu la suspension du prononcé devant le tribunal correctionnel de Tongres. Le vaccin est légalement obligatoire, mais les parents estimaient ce dernier trop dangereux.
    Le vaccin est obligatoire depuis 1996 pour les enfants âgés entre deux et dix-huit mois. Le couple avait refusé la vaccination de sa fille en 2009. Selon les parents, il était trop dangereux d'administrer un vaccin contenant du méthanal, une substance potentiellement cancérigène. Ils soulignaient également que le vaccin contre la polio n'était obligatoire qu'en Belgique et en France, au contraire des autres pays de l'Union européenne, où ce n'est plus le cas.
    Même si la polio a presque totalement disparu dans nos pays, le tribunal a estimé qu'une vaccination était encore toujours primordiale en raison de l'immigration grandissante. Le juge a néanmoins fait preuve de compréhension envers les parents et leur a accordé la suspension du prononcé, ainsi qu'à un autre couple passé mercredi devant le même tribunal pour des faits similaires.
    Source : Belga
     

     

    Biobanques et recherche médicale : 3.4 millions d’euros pour la Biothèque Wallonie Bruxelles

    16/06/2014 - Recherche biomédicale

    Les progrès des sciences de la vie ne peuvent se faire sans l'étude de tissus, cellules et échantillons d'origine humaine. A cette fin, ceux-ci doivent être conservés, traités et répertoriés dans des conditions optimales pour être mis à disposition de projets de recherche. C'est le travail des biobanques. Dans cet esprit, trois universités francophones, UCL, ULB et ULg, unissent leurs efforts pour créer la Biothèque Wallonie Bruxelles. Cette initiative commune à laquelle sont associées les universités de Mons et Namur reçoit le soutien et le financement de la Wallonie (DGO6) et de la Région de Bruxelles-capitale (Innoviris).
    Le projet de Biothèque Wallonie Bruxelles (BWB) consiste en la création d'une banque de données et d'un catalogue virtuel des échantillons d'origine humaine conservés et gérés dans les hôpitaux universitaires. Ce catalogue s'ouvrira à toutes les biobanques universitaires et hospitalières des régions concernées, afin de permettre d'établir un inventaire complet du matériel disponible pour la recherche et le diagnostic.
    La BWB, qui fédère ainsi les ressources biologiques wallonnes et bruxelloises, travaille également à l'harmonisation des procédures de qualité, conservation et mise à disposition des échantillons. Les chercheurs tant au sein des universités que de l'industrie auront dorénavant un canal convivial pour la recherche des échantillons requis.
    Prof. Etienne Marbaix - Prof. Isabelle Salmon.
    Source

     

    Les médecins généralistes peu formés en Soins Palliatifs

    17/06/2014 - Fin de vie

    La formation de base des généralistes et les recyclages qu'ils suivent durant leur carrière ne sont pas suffisants pour les familiariser avec les soins palliatifs dans tous leurs aspects, conclut Peter Pype (Ugent/UAntwerpen) dans sa thèse de doctorat déposée cette semaine.
    C'est surtout en travaillant avec des infirmiers membres d'équipes chargées de fournir des soins palliatifs à domicile que ces médecins développent leurs connaissances. On estime qu'environ 15.000 personnes ont besoin de soins palliatifs en Belgique. La plupart d'entre elles désirent mourir chez elles.

Faire un don à l'IEB