FR NL EN

France : promotion de l’avortement par le Ministère en charge de la santé

ImprimerRecommander
[Français] 1 octobre 2015

Sommaire

  •   France : promotion de l’avortement par le Ministère en charge de la santé
  •   Suisse : explosion du nombre de procréations médicalement assistées malgré de faibles résultats
  • France : promotion de l’avortement par le Ministère en charge de la santé

    29/09/2015 - Début de vie

    Marisol Touraine, Ministre de la santé en France, met en place des mesures qui visent la banalisation de l’avortement par une campagne « Mon corps, mon choix, mon droit ».
    Parmi les mesures relayées par de nombreux médias, on notera l’invitation faite aux femmes à se diriger exclusivement vers le site ivg.gouv.fr et à appeler un « numéro vert » répertoriant les centres officiels et choisis où elles pourront avorter ou obtenir une contraception.
    Dans le même temps, Nathalie Bajos, Directrice de Recherche à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, a expliqué dans un message vidéo, que la contraception n’est pas un moyen efficace contre les grossesses non planifiées, et que donc, l’avortement se révèle indispensable. De fait, contrairement aux attentes, depuis la dépénalisation de l’avortement en 1975 et la promotion de la contraception, le nombre d’avortements n’a pas baissé.
    Après avoir rendu l’IVG gratuite pour toutes les femmes, et fait basculer l’IVG du statut de dernier recours à celui de droit fondamental par la suppression de notion de détresse, et avoir instauré la condamnation de toute personne essayant de dissuader une femme d’avorter, la Ministre de la santé veut aujourd’hui, dans le projet de loi de santé, supprimer le délai de réflexion d’une semaine dont bénéficient les femmes et donner à tous les centres de santé l’autorisation de pratiquer des IVG par voie chirurgicale.
    Ce même projet de loi habilite les sages-femmes à pratiquer l’IVG médicamenteuse, mesure qui a été définitivement adoptée par le Sénat le 28 septembre 2015. Ces dernières espèrent que leur clause de conscience sera bien respectée, dans les situations où elles se refuseraient à pratiquer un acte qui est opposé à leur métier d’accueil de la vie.
    Beaucoup de femmes et d’associations qui accueillent les femmes en détresse s’inquiètent de la prise de position du gouvernement, qui nie l’incidence psychologique de l’IVG à court, moyen ou long terme. Elles déplorent qu’une information neutre ne soit pas donnée aux femmes afin qu’elles puissent prendre une décision en connaissance de cause, tant sur la portée et les conséquences de l’acte d’avortement, que sur les différentes aides disponibles pour poursuivre une grossesse et donner naissance à l’enfant.
    La suppression du délai de réflexion risque de conduire les femmes à prendre une décision précipitée, qu’elles pourraient ensuite regretter.

    Sources : ivg.gouv.org senat.fr

     


     

    Suisse : explosion du nombre de procréations médicalement assistées malgré de faibles résultats

    29/09/2015 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

    Le 22 septembre 2015, l’Office Fédéral de la Statistique (OFS) suisse a publié les données concernant les procréations médicalement assistées (PMA) en Suisse en 2014. Il révèle que le nombre de femmes ayant eu recours à la PMA depuis 2002 a presque doublé en 2014. Pourtant le taux de réussite est assez bas, puisque deux tiers des PMA entreprises échouent. Ce qui conduit à un très grand nombre d’embryons volontairement conçus, puis voués à la mort.
    En 2014, 3 867 femmes ont eu recours à la PMA. La grande majorité concerne les femmes âgées de 30 à 44 ans et parmi celles-ci, 17,2% viennent de l’étranger.
    Les causes de la stérilité sont à rechercher principalement chez les hommes (1 566 cas soit 40,5%) 670 chez les femmes (17,3%), et dans 1 168 des cas la stérilité provenait des deux partenaires (30,2%).
    Parmi les 2396 embryons surnuméraires produits et/ou congélés lors de ces PMA, 2 390 ont été détruits en laboratoire, soit parce que le couple a renoncé à son projet (342), soit parce que les embryons ont arrêté de se développer (1781) ou qu’ils ont été jugés défectueux (61) après un Diagnostic Préimplantatoire (DPI). 6 embryons ont été mis à la disposition de la recherche.
    Source : Office fédéral de la statistique de la Confédération suisse;

    Loi sur la Procréation Médicalement Assistée en Suisse

Faire un don à l'IEB