L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

France et Belgique : nouvel élan pour les aidants proches

ImprimerRecommander
[Français] 27 juin 2015

Sommaire

  •   France et Belgique : nouvel élan pour les aidants proches
  •   Pologne : précipitation politique pour légaliser les techniques de procréation médicalement assistée
  •   France : 5 autorisations de recherche sur l’embryon illégalement accordées par l’ABM
  • France et Belgique : nouvel élan pour les aidants proches

    24/06/2015 - Fin de vie

    A l’initiative de la Fondation Roi Baudouin, l’ASBL Aidants proches fut créée en 2006 à Namur, dans le but d’accompagner et d'aider au maximum toutes les personnes qui passent beaucoup de temps, voire leur vie auprès de proches dépendants, malades, ou en situation de handicap.
    Afin d'encourager la reconnaissance et l'implication essentielle de cet entourage confronté à la grande dépendance de leur proche, l’ASBL Aidants Proches a créé un nouvel outil pour mieux les aider. L’objet du projet est la création d’un site recueillant diverses informations (formulaires de recherche, vidéos, adresses…) susceptibles d’aider, et aiguiller les aidants proches afin de trouver le soutien nécessaire à leur situation.
    Cet outil s’inscrit dans la continuité de la loi relative à la reconnaissance de l’aidant proche en situation de grande dépendance entrée en vigueur le 12 mai 2014.
    En France, c’est l’Etat qui s’est emparé de cette problématique par le biais de ses Agences Régionales de la Santé. C’est ainsi, que le 4 juin 2015 a été mis en ligne un nouveau « portail d'informations utiles pour les personnes âgées en perte d’autonomie et leurs aidants ». Il recueille un ensemble d’informations utiles comme les interlocuteurs, les conseils, les démarches et les adresses…
    Source : La Libre - www.ars.sante.fr


    Pologne : précipitation politique pour légaliser les techniques de procréation médicalement assistée

    26/06/2015 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

    Voulant mettre à profit les derniers jours du gouvernement libéral, les députés de la plateforme civique et de gauche ont adopté un projet de loi en faveur de la fécondation in vitro (FIV),ce 25 juin 2015. Ils entament ainsi, à la hâte, le processus législatif qui ouvrira l’accès aux parents désireux d’avoir des enfants à la Procréation Médicalement Assistée. 
    Le projet de loi prévoit que le nombre d’embryons surnuméraires sera limité à 6. Les embryons conçus et dépassant ce nombre ne pourront être ni revendus, ni détruits. Ils devront être donnés gratuitement à un autre couple ou même à une mère porteuse. En effet, le texte prévoit également d’autoriser la GPA.
     Les associations de protection de l’enfant s’inquiètent de la brèche que ce projet de loi ouvrirait vers des dérives eugéniques, via la sélection embryonnaire et vers un potentiel accès à des couples homosexuels.
    Le projet de loi doit encore être voté par le Sénat puis promulgué par le président avant d’être adopté. Cette précipitation s’explique par l’imminent changement de gouvernement prévu avec l’avènement du Président Duda.
     
    Source : AFP
     

     

     

    France : 5 autorisations de recherche sur l’embryon illégalement accordées par l’ABM

    26/06/2015 - Recherche biomédicale

    Suite à un recours formé par la Fondation Jérôme Lejeune en 2012, le Tribunal Administratif (TA) de Paris a déclaré illégales cinq décisions de l’Agence de Biomédecine française (ABM), visant à autoriser des recherches sur l’embryon. Ces recherches conduisant au cours des travaux, à la destruction de l’embryon sont autorisées en France depuis une loi du 6 août 2013. Ce 24 juin 2015, le juge administratif a en l’espèce constaté la violation de l’article L 2151-5 du Code de la santé publique qui fixe les limites et les conditions de la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires, en particulier le défaut de consentement des parents de l’embryon.
    Cette décision fait écho à un arrêt du Conseil d’Etat en date du 23 décembre 2014, dans lequel l’ABM avait déjà fait l’objet de l’annulation d’une décision pour manquement aux obligations légales.
    Dix ans après la création de l’ABM, les associations de recherche s’inquiètent du manque de contrôle dans un domaine où la loi a pourtant précisément prévu des conditions de plus en plus extensives. Elles invitent l’ABM a effectué un bilan de leurs autorisations et a renforcé la vigilance de leurs organismes de contrôle.
    Source : AFP

Faire un don à l'IEB