L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

Euthanasie des enfants : accélération pour un passage en force

ImprimerRecommander
[Français] 14 janvier 2014

Sommaire

  •   Euthanasie des enfants : accélération pour un passage en force
  •   Le contrôle de la loi euthanasie est déficient : manifestation des Dossards Jaunes
  •   Handicap des enfants: bilan 10 ans après la réforme des allocations familiales spéciales
  •   Filiation pour les couples homosexuels : l'avant-projet de loi abandonné
  •   "La Prévention sida rate complètement sa cible", estime le Dr Alain Destexhe
  • Euthanasie des enfants : accélération pour un passage en force

    14/01/2014 - Fin de vie

    La Commission de la Justice n'a pas fait droit mardi aux demandes d'auditions et d'avis exprimées dans l'examen du projet de loi qui étend l'euthanasie aux mineurs. La discussion générale pourra donc commencer la semaine prochaine. Le vote définitif du texte, transmis par le Sénat, devrait donc très probablement intervenir avant la fin de la législature.
    Avant les vacances, le Sénat a approuvé une proposition de loi qui étend aux mineurs la loi de 2002 sur l'euthanasie. Une majorité de rechange s'est dégagée à cette occasion, réunissant les socialistes et libéraux (moins deux voix au MR), auteurs du texte, la N-VA et les écologistes.
    Mardi, de nouvelles demandes d'auditions ont été formulées. Le CD&V souhaitait entendre le groupe multidisciplinaire Metaforum de la KU Leuven qui a planché sur cette question pendant deux ans. Le cdH a regretté que les juristes n'aient pas été assez entendus, sans préciser toutefois qui il voulait auditionner. Le MR a quant à lui demandé que la Commission invite des représentants de la société royale de pédiatrie des Pays Bas, où l'euthanasie des mineurs de plus de 12 ans a été dépénalisée, ainsi qu'un professeur néerlandais auteur du protocole de Groningen relatif à l'euthanasie d'un enfant de moins de douze ans. La Commission a rejeté les demandes d'audition ainsi que la demande d'un avis de la Commission de la Santé de la Chambre. Source :  Belga

     



    Le contrôle de la loi euthanasie est déficient : manifestation des Dossards Jaunes

    14/01/2014 - Fin de vie

    Quelque 300 personnes ont manifesté dimanche après-midi à Bruxelles devant le siège de le siège de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie afin de réclamer un meilleur contrôle de la législation sur l'euthanasie ainsi que la démission des membres de la commission de contrôle qui sont également membres de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD). "Depuis la promulgation de la loi sur l'euthanasie il y a 10 ans, 6.000 dossiers ont été introduits et le parquet n'a jamais été saisi. Ce qui prouve que le contrôle est déficient", estime Etienne Dujardin, l'un des organisateurs de la manifestation. Les manifestants plaident notamment pour une réduction du quorum nécessaire au sein de la commission de contrôle afin de transmettre un dossier au parquet ainsi que pour "un renouvellement de la commission de contrôle de manière immédiate" afin d'en assurer le "réel pluralisme".
    Sur le manque de contrôle, Voir Dossier de l’IEB du 1/4/2012  "Euthanasie : 10 ans de dépénalisation en Belgique” p. 5 et suiv.

     

     

    Handicap des enfants: bilan 10 ans après la réforme des allocations familiales spéciales

    10/01/2014 - Bioéthique, droit et politique

    Créée il y a 50 ans, l'allocation familiale spéciale pour les enfants handicapés (mentaux et physiques) a été réformée en 2003 afin d'élargir son champ d'application. Avant 2003, l'enfant devait avoir un taux d'incapacité d'au moins 66% pour que la famille puisse prétendre à cette aide.. Il limitait le bénéfice de l'allocation aux cas les plus lourds et excluaient ainsi les enfants souffrant, par exemple, de mucoviscidose.
    Après 2003, un nouveau système d'évaluation médicale du handicap a donc été progressivement instauré qui a élargi le nombre de bénéficiaires. Dix ans après la réforme, l’Onafts indique que 44.944 enfants porteurs d'un handicap bénéficient d’allocations complémentaires contre seulement 23.985 avant 2003.
    Outre le fait que ces allocations sont un moyen pour la famille de corriger les inégalités de chance pour l'enfant, Philippe Courard (PS), secrétaire d’État aux Affaires sociales, aux Familles et aux Personnes handicapées, a aussi fait valoir qu'elles ont permis de préserver de nombreux enfants de la pauvreté infantile.

     

     

     


     

    Filiation pour les couples homosexuels : l'avant-projet de loi abandonné

    10/01/2014 - Bioéthique, droit et politique

    Annemie Turtelboom (Open VLD) abandonne son avant-projet de loi concernant la filiation pour les couples homosexuels. La ministre de la justice souhaitait permettre aux couples de personnes du même sexe de bénéficier de la filiation automatique. Aujourd'hui, quand, dans un couple de femmes, l’une d’elles devient mère en passant par la procréation médicalement assistée, l’autre doit obligatoirement passer par les procédures d'adoption pour avoir, elle aussi, droit au statut de « mère ». Ceci est perçu comme discriminatoire par la ministre de la Justice. Le texte qui vient d'être retiré avait fait grincer des dents du côté du CD&V et du cdH.
    Ce qui gène les démocrates, c'est que cette filiation puissent être élargie aux couples d'hommes. Car pour le moment, il n'existe aucun cadre juridique concernant les mères porteuses.
    Le CD&V a déposé une proposition de loi à la Chambre sur le sujet, remaniant l'avant projet de loi d'Annemie Turtelboom. Dans le projet du CD&V, il est interdit que plus deux personnes, comme un couple de deux femmes et un père biologique, reconnaissent un enfant. Du coté de l'Open VLD, on a décidé de déposer tout de même le première texte de loi au parlement, même s’il dérange.

     

    "La Prévention sida rate complètement sa cible", estime le Dr Alain Destexhe

    10/01/2014 - Recherche biomédicale

    Le Dr Alain Destexhe appelle à modifier l'approche de la prévention du sida en Fédération Wallonie-Bruxelles car un calcul empirique démontre que 84% des malades du sida en FWB sont, soit des homosexuels masculins belges, soit des Africains sub-sahariens (essentiellement hétérosexuels). Ces deux publics-cibles constituent au minimum deux tiers des malades, alors qu'ils représentent tout au plus 7 % de la population belge. « Tout en évitant toute stigmatisation mais dans un souci d'efficacité, ne serait-il pas plus pertinent, dit-il, de cibler les campagnes de prévention sur ces personnes ? »
    (Résumé de l’article paru dans le Journal du Médecin, novembre 2013)

    Voir entièreté du résumé de l’article PDF
     

Faire un don à l'IEB