L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

Etats-Unis : le soutien à l’avortement en baisse, le nombre d’avortements aussi

ImprimerRecommander
[Français] 19 février 2015

Sommaire

  •   Etats-Unis : le soutien à l’avortement en baisse, le nombre d’avortements aussi
  •   Belgique : Ecolo veut « révolutionner » l'Ordre des médecins
  •   Italie : suspension du décret interdisant l'objection de conscience
  • Etats-Unis : le soutien à l’avortement en baisse, le nombre d’avortements aussi

    18/02/2015 - Début de vie

    Selon un nouveau sondage de Marist Poll, 84% des Américains ne sont pas favorables au fait de permettre l’avortement, et surtout pas au-delà des trois premiers mois de la grossesse.
    D’après cette même étude, 60% des Américains jugent l’avortement « moralement inacceptable » tandis que 64% pensent que le taux d’avortement aux Etats-Unis est supérieur à ce qu’il devrait être.
    D'après78% des sondés sont favorables à une notification parentale dans le cas de l’avortement d’une mineure, 68% s’opposent au financement public de la pratique de l’avortement (rien qu’en 2013, Planned Parenthood, la plus grosse association  mondiale promouvant l’avortement, a reçu 540 600 000 dollars du contribuable) et 60% soutiennent la possibilité pour un praticien de faire appel à l’objection de conscience.
    Ce sondage se reflète aussi dans la réalité : avec 1,06 millions d’avortements pour 316 millions d’habitants, les Etats-Unis sont à leur niveau le plus bas depuis 1975 (1,03 millions d’avortements pour 215,5 millions d’habitants).

     

    Source : Atlantico
     

    Belgique : Ecolo veut « révolutionner » l'Ordre des médecins

    18/02/2015 - Bioéthique, droit et politique

    Depuis près de 50 ans, l’Ordre des médecins n’a plus connu d’évolution majeure. Il est grand temps de moderniser l’institution, de la rendre plus transparente, plus équitable et sensible à la qualité des soins, estime le groupe Ecolo-Groen!. Pour ce faire, les députés verts proposent de l’intégrer à une nouvelle structure qui supervisera l’ensemble des ordres professionnels de la santé : le Conseil supérieur de la déontologie, une sorte de coupole qui chapeauterait un Ordre des médecins réformé mais également un Ordre des pharmaciens, des dentistes, des infirmiers ou encore des kinésithérapeutes. Et si un nouveau métier de soins venait à être reconnu, le cadre existerait ainsi pour le doter d’un ensemble de règles morales.
    Ce Conseil supérieur aurait pour mission non plus de défendre la dignité de la profession, comme c’est toujours le cas pour l’Ordre des médecins créé en 1947, mais bien la qualité des soins et les relations avec le patient et aussi entre confrères.
    C’est ainsi que la ministre de la Santé Maggie De Block a pour ambition de réviser l’arrêté royal n°78 qui régit l’organisation des Ordres. Les lignes directrices de ce nouveau Conseil supérieur sont reprises dans un dossier du Journal du Médecin de janvier 2015 (Mission de santé, déontologie uniforme, démocratisation, équité, financement mixte).

    Décodage IEB : Peut-on redouter de voir se diluer la déontologie spécifiquement médicale dans un plus grand corps ? Une déontologie qui devienne purement et simplement identifiée à la loi démocratique et qui gouvernerait tous les citoyens, sans que l'on ne fasse plus référence à un certain honneur de la profession?

     

    Italie : suspension du décret interdisant l'objection de conscience

    18/02/2015 - Clause de conscience

    Le Conseil d'Etat italien a donné partiellement raison aux associations de médecins et gynécologues qui avaient fait appel contre un décret régional contre l'objection de conscience en matière de prescription de contraceptifs et de délivrance de certificats attestant d'une demande d' « interruption volontaire de grossesse ». Ces associations avaient mis en avant le droit des médecins du réseau public de ne pas participer, directement ou indirectement, à l'avortement : ces praticiens voulaient protéger leur liberté de refuser en conscience, la prescription de la pilule du lendemain ou des dispositifs intra-utérins, ceux-ci pouvant fonctionner comme des abortifs précoces. La décision vient d’être rendue publique : le Conseil d'Etat a en partie suspendu le décret qui avait limité l'objection de conscience des médecins, le 12 mai 2014.

     

Faire un don à l'IEB