FR NL EN

Cancers chez les enfants / Soins Palliatifs excellence

ImprimerRecommander
[Français] 2 mai 2013

Sommaire

  •   IVG: le tribunal écossais consacre l'objection de conscience
  •   Cancers chez les enfants et adolescents.
  •   Geen euthanasie bij kinderen ? Mia De Schamphelaere
  •   Certification ISO 9001 pour un service de soins palliatifs
  • IVG: le tribunal écossais consacre l'objection de conscience

    26/04/2013 - Début de vie

    Le tribunal d'Edimbourg, en Ecosse, a, dans une décision récente, accordé à deux sages-femmes catholiques "le droit de faire valoir l'objection de conscience face à toute démarche d'aide ou de préparation à l'avortement". Plus largement, c'est donc une consécration du "droit à ne plus prendre part à l'organisation des avortements dans leur hôpital" qui leur a été reconnu.
    Se fondant sur la loi de 1967 qui protège de manière large le personnel médical "contre la participation aux avortements en raison de leur croyance religieuse", les juges ont précisé: "Notre point de vue est que le droit à l'objection de conscience ne s'étend pas seulement à l'acte chirurgical d'interruption de grossesse, mais à tout le protocole de traitements qui concourent à mettre fin à celle-ci". Cette décision pourrait permettre aux sages-femmes et aux infirmières de faire valoir leur clause de conscience pour refuser d'administrer des traitements contraceptifs, ou de délivrer la pilule du lendemain.

    Source :  Genèthique -Terrafemina.com (Marine Deffrennes) 25/04/2013

    Pour la Belgique, vous pouvez obtenir la Brochure "Clause de conscience pour les professionnels de la santé " éditée par l'IEB : version papier ICI  - Version électronique ICI
     

    Cancers chez les enfants et adolescents.

    16/04/2013 - Début de vie

    "En Belgique, les cancers frappent en moyenne 320 enfants et 180 jeunes de 15 à 19 ans chaque année", expliquent Liesbeth Van Eycken et Kris Henau, de la Fondation Registre du Cancer.
    La survie et la mortalité ont connu au cours des dernières décennies une évolution spectaculaire […] dans le groupe des 0-14 ans, la survie à 5 ans atteint 84 % chez les garçons et 86 % chez les filles.
    Beaucoup saluent cette première publication consacrée aux maladies oncologiques chez les enfants et adolescents comme étant un pas essentiel pour développer des soins palliatifs pédiatriques performants.
    Cancer Incidence in Belgium. Special Issue : Cancer in Children and Adolescents. Belgian Cancer Registry, 2013, D/2013/11.8461.

    Source : Le Journal du Médecin n° 2307 - mardi 19 mars 2013 - p. 8 & 9

     



     

    Geen euthanasie bij kinderen ? Mia De Schamphelaere

    22/04/2013 - Fin de vie

    " We moeten de palliatieve zorg centraal stellen'", zegt CD&V-senator Mia De Schamphelaere.  We zijn geen voorstander van de bestaande euthanasiewet, dus we kunnen moeilijk zeggen dat we de wet willen toepassen op tieners. In de huidige wet, voor volwassenen, ligt de klemtoon op het zelf beslissen om uit het leven te stappen.
    Ons uitgangspunt is de zorgrelatie, om samen, zeker bij terminaal zieken de pijn weg te nemen en comfort te geven.
    "

    Bron: Knack du 29/01/2013 p.14

     

     


     

    Certification ISO 9001 pour un service de soins palliatifs

    16/04/2013 - Fin de vie

    L'unité des soins palliatifs du CHR Clinique Saint-Joseph - Hôpital de Warquignies vient de recevoir l’ISO-9001. Cette norme, obtenue dans le cadre d'un programme de certification internationale, fait de "La Maison Comtesse" un leader en termes de "démarches de qualité".

    Pour obtenir la fameuse certification, les équipes de "La Maison Comtesse" se sont intéressées au concept de traçabilité : "Qui fait quoi, quand, comment, pourquoi et avec qui ?". Répertorier, classer, trier, regrouper, contrôler. Pour y parvenir, douze champs d'action ont été définis ("accompagnement du patient", "communication", "formation", "matériel"…).
    Des petits gestes quotidiens, de nouvelles habitudes à prendre. "On n'a pas révolutionné notre système, on l'a restructuré, amélioré", concède Caroline Boland. "De prime abord au niveau des soins aux patients, cela ne change pas grand-chose. On fait simplement tout pour être le mieux organisé possible, pour éviter de commettre des erreurs ou qu'elles se répètent. Tout ceci a dès lors des effets appréciables et positifs sur les patients et leur famille. Par exemple, lorsqu'un proche anxieux nous pose des questions précises, tout se trouve dans le dossier. On peut ainsi rassurer les gens. Pour obtenir une continuité des soins, il faut vraiment se parler, qu'il y ait une cohérence autour du patient. C'est l'un de nos secrets."

    Source : Le Journal du Médecin n° 2303 - mardi 5 mars 2013 - p. 6 & 23
     

Faire un don à l'IEB