L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

Canada : "Aide à mourir" : décision de la Cour suprême

ImprimerRecommander
[Français] 9 février 2015

Sommaire

  •   Canada : "Aide à mourir" : décision de la Cour suprême
  •   Belgique : TiGenix obtient un brevet essentiel pour des compositions de cellules souches
  •   Suède : des employés se font pucer
  • Canada : "Aide à mourir" : décision de la Cour suprême

    09/02/2015 - Fin de vie

    La Cour suprême avait jugé, en 1993, dans l’affaire Sue Rodriguez contre Colombie-Britannique (Procureur général), que les dispositions légales incriminant l’aide au suicide ne portaient pas atteinte aux libertés fondamentales.

    Par un arrêt du 6 février 2015, la Cour suprême du Canada déclare à présent que les dispositions du Code criminel interdisant « l’aide médicale à mourir » sont inconstitutionnelles en ce qu’elles portent atteinte à certains droits fondamentaux consacrés par la Charte canadienne des droits et libertés. Ces dispositions sont tenues pour nulles dans la mesure où elles prohibent l’aide médicale à mourir à l’égard d’une personne adulte capable qui (1) consent clairement à mettre fin à sa vie, et qui (2) est affectée de problèmes de santé graves et irrémédiables (y compris une affection, une maladie ou un handicap) lui causant des souffrances persistantes qui lui sont intolérables au regard de sa condition. (...)

    Voir l'entièreté de l'article et l'arrêt de la Cour

    Voir aussi le décryptage de l'IEB (deuxième partie)

     

     

    Belgique : TiGenix obtient un brevet essentiel pour des compositions de cellules souches

    06/02/2015 - Recherche biomédicale

    TiGenix NV, une société biopharmaceutique basée à Leuven, spécialisée dans le développement de nouvelles thérapies cellulaires est devenue un leader européen dans ce domaine. L’Office européen des brevets (OEB) vient de lui octroyer le feu vert concernant une composition de cellules souches dérivées de tissus adipeux. Ces cellules souches, dites mésenchymateuses, ont des capacités étonnantes de régénération et de réparation de tissus, mais aussi des capacités immunologiques. Ce sont des cellules souches adultes, ce qui, éthiquement ne pose aucun problème. Elles peuvent calmer des réactions inflammatoires non-contrôlées et sont dès lors utilisées pour traiter des maladies inflammatoires et auto-immunes. C’est ainsi que, TiGenix explore dans une étude clinique, le traitement de fistules périanales complexes chez des patients atteints de la maladie de Crohn (une maladie inflammatoire chronique des intestins). D’autres études sont également en cours pour le traitement de l’arthrite rhumatoïde.
    Antérieurement TiGenix développait ChondroCelect®, la première thérapie cellulaire qui a été approuvée par l’EMA (European Medicines Agency). ChondroCelect® est un implant composé de cellules du cartilage destiné à guérir des lésions du genou.
    Source : Communiqué Belga

    Suède : des employés se font pucer

    09/02/2015 - Statut du corps humain - Posthumanisme

    S'étant portés volontaires, plusieurs salariés de l'entreprise suédoise Epicenter - spécialisée dans les nouvelles technologies - se sont fait implanter une puce électronique sous la peau. Un gadget qui leur permettra, selon la direction, de faciliter leur quotidien dans les locaux de la société comme pour payer son café, ouvrir leur ordinateur ou actionner la photocopieuse, autant de possibilités offertes par cette puce électronique. Si certains se demandent pourquoi déployer tout cet attirail, d’autres s’opposent fermement à une telle intrusion de la technologie dans leur vie privée. La puce des impôts, la puce Google, la puce des Facebook, la puce santé ou du don d'organes...Tout est possible. Mais jusqu'où ?
    Cette nouvelle technologie pose évidemment des questions de surveillance des employés, mais Epicenter promet que ce n’est pas son but. Un des responsables de ce groupe de biohacking pose en revanche un autre objectif à cette expérimentation à grande échelle : "Nous voulons comprendre cette technologie avant que de grandes entreprises ou de gros gouvernements nous approchent en nous disant que nous devons tous nous faire pucer".
    Source : BBC

Faire un don à l'IEB