FR NL EN

Bulletin de l'IEB - 6 mai 2011

ImprimerRecommander
[Français] 6 mai 2011

Sommaire

  •   Clinique St Luc (Bruxelles) : banque de cellules souches adipeuses
  •   DNAVision à Charleroi offre le génome humain complet pour 7.500 euros
  •   La néonatologie en ligne
  • Clinique St Luc (Bruxelles) : banque de cellules souches adipeuses

    03/05/2011 - Recherche biomédicale

    La Banque de cellules souches adipeuses de Saint-Luc propose l’autotransplantation aux patients atteints de non-consolidation osseuse (post-traumatique, après exérèse d’une tumeur) ou plaies après radiothérapie. Cette technique consiste à prélever de la graisse sur le patient puis d’en extraire des cellules souches (adultes) qui permettront de reconstruire les os et de guérir les plaies. Six patients à ce jour ont déjà bénéficié d’une autogreffe de cellules souches adipeuses. Ce programme est unique en Belgique et en Europe. L’unité de thérapie cellulaire ne délivre actuellement ses greffes qu’aux patients des Cliniques Saint-Luc.

    Source : La Lucarne, UCL, février-mars 2011.

    DNAVision à Charleroi offre le génome humain complet pour 7.500 euros

    03/05/2011 - Recherche biomédicale

    Le séquençage complet du génome humain est dès à présent proposé aux acteurs du monde pharmaceutique et de la recherche médicale à prix démocratique. Le leader européen de cette technique - DNAVision - se situe au Charleroi Biopark.
    C'est aux Etats-Unis que le premier être humain a été entièrement séquencé. Depuis, ce pays mène les recherches en ce domaine, suivi par l'Asie, dans une moindre mesure. En 2008, huit personnes au monde avaient été séquencées, en 2009, on atteignait le chiffre de cent. En 2010, le nombre de personnes séquencées dans le monde est passé à 2500.
    Dès à présent, DNAVision propose à chacun le séquençage de son génome pour 7500 euros.
    Quand on sait que le prix de ce type d'analyse s'élevait encore à 3 milliards de dollars en 2003, on a des raisons de penser que la pratique va se généraliser et donc se démocratiser dans les années qui viennent. Cela coûte aujourd'hui le prix d'une voiture, cela pourrait un jour coûter le prix d'une analyse de sang.
    Ne convient-il pas aussi de mener une réflexion quant aux implications éthiques de ce développement scientifique lorsqu'on imagine que tous les nouveau-nés pourraient un jour être séquencés dès la naissance, voire avant, afin d'évaluer leurs facteurs de risques? 

    La néonatologie en ligne

    03/05/2011 - Début de vie

     www.saintluc.be, rubrique services médicaux > néonatologie

    Ce site offre de nombreuses informations et conseils pour les parents de bébés nés prématurément.

Faire un don à l'IEB