FR NL EN

Bulletin de l'IEB - 17/08/2010

ImprimerRecommander
[Français] 17 août 2010

Sommaire

  •   Mères porteuses indiennes : le Consulat de Belgique réagit.
  •   Euthanasie : Ph. Mahoux ne voit pas la nécessité d’élargir la loi belge.
  • Mères porteuses indiennes : le Consulat de Belgique réagit.

    14/07/2010 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

    Huit pays de l'UE, dont la Belgique, ont demandé aux cliniques indiennes de ne plus accepter les clients européens en quête d'une mère porteuse, rapporte The Times of India. Les consulats de Belgique, de France, d'Allemagne, d'Italie, des Pays-Bas, de Pologne, d'Espagne et de République tchèque ont écrit à une dizaine de cliniques de Bombay la semaine dernière pour leur demander de réorienter leurs citoyens en quête de mère porteuse vers leur consulat avant d'entamer toute procédure. Cette décision a surpris la communauté médicale indienne et les cliniques pratiquant la fécondation in vitro, et ce, malgré les réticences croissantes de la communauté internationale à l'encontre de la commercialisation des mères porteuses.

    Source : Le Monde.fr (14/07/2010)


    Euthanasie : Ph. Mahoux ne voit pas la nécessité d’élargir la loi belge.

    13/06/2010 - Fin de vie

    Abordant la question de l’extension éventuelle du champ d’application de la loi, Philippe Mahoux (Parti Socialiste), co-auteur de la loi dépénalisant l’euthanasie, estime : « bien que la loi ne soit pas parfaite, il est inopportun, et même dangereux, de vouloir, dans le climat actuel, la remettre en discussion pour tenter d’obtenir des avancées législatives dans les domaines qu’elle ne couvre pas (mineurs d’âge, incapacité de s’exprimer, etc.). » Il a souligné que l’interprétation de certains termes de la loi donnait, déjà actuellement, une liberté d’action assez large au médecin pour autant que celui-ci veuille les utiliser. Il a aussi rappelé, par ailleurs, que, dans les domaines non couverts par la loi, invoquer l’état de nécessité reste toujours une option possible.
    De plus, les responsables de l’ADMD Belgique rappellent dans leur Bulletin de juin 2010 que « notre législation actuelle donne déjà, dans notre pays, la possibilité de répondre à beaucoup de demandes d’euthanasie de patients très âgés même s’ils ne sont pas atteints de cancer ou d’une maladie neurologique mortelle. La surdité, la cécité, la perte d’autonomie pour les moindres petits gestes quotidiens, les arthroses multiples limitant la mobilité et entraînant une dépendance pénible sont des affections incurables qui, lorsqu’elles sont présentes simultanément, constituent une pathologie grave, à l’origine de souffrances physiques ou psychiques insupportables et entrent donc dans le cadre de la loi. »
    Source : Bulletin de l’ADMD, juin 2010 p. 15.  http://www.admd.be/Bulletins/Bulletin%20116.pdf

Faire un don à l'IEB