L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

Belgique: vers une nouvelle extension de l’euthanasie ?

ImprimerRecommander
[Français] 30 avril 2015

Sommaire

  •   Belgique: vers une nouvelle extension de l’euthanasie ?
  •   Royaume-Uni : un bébé devient donneur d’organes quelques heures après sa naissance
  •   Luxembourg : 15 cas d'euthanasie ces 2 dernières années
  • Belgique: vers une nouvelle extension de l’euthanasie ?

    30/04/2015 - Fin de vie

    Reprenant les textes déjà déposés lors de la précédente législature, trois propositions de loi (déposées par Mme Karin Jiroflée et consorts, sp.a ) modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l’euthanasie viennent d’être déposées à la Chambre des députés belge, sans qu’un agenda précis ne soit pour l'heure évoqué.
    La première proposition (Doc 54 1013/001) vise à autoriser l’acte d’euthanasie pour le patient incapable d’exprimer sa volonté qui est inconscient ou qui est, dans le cadre d’une affection cérébrale non congénitale, à un stade avancé tel qu’il se trouve dans l’état physique ou psychique qu’il a décrit dans sa déclaration.
    La deuxième proposition (Doc 54 1014/001) vise à modifier la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie en ce qui concerne la durée de validité de la déclaration anticipée. Alors qu'à l'heure actuelle, une telle déclaration est valable pour une durée de 5 ans, les auteurs de la proposition souhaitent lever la limitation dans le temps de la validité de la déclaration, tout en conservant son caractère révocable.
    Quant à la troisième proposition (54K1015001), elle concerne l'obligation de renvoi par le médecin qui estimerait ne pas pouvoir pratiquer lui-même l’euthanasie pour des raisons médicales ou en vertu de la clause de conscience. Il devrait alors se charger de trouver un confrère prêt à poser cette acte que lui-même refuse de poser.

    A propos des "Clauses de conscience pour les professionnels de la santé" voir la Brochure de l'IEB (aussi disponible en version papier sur simple demande)

    Royaume-Uni : un bébé devient donneur d’organes quelques heures après sa naissance

    29/04/2015 - Début de vie

    En 2014, à la douzième semaine d’une grossesse gémellaire, des médecins britanniques ont détecté chez l’un des deux fœtus une anencéphalie, c’est-à-dire une absence de cerveau, laissant augurer d’une mort certaine dès la naissance. Après avoir proposé un avortement thérapeutique à la mère, intervention qu’elle a refusée, celle-ci a demandé si le don d’organes d’un bébé de moins de 2 mois serait autorisé.
    Le 22 avril 2014, à l’hôpital universitaire du Pays de Galles, les jumeaux sont nés et le petit Teddy est décédé après 100 minutes. Ses parents ont alors offert ses reins à un adulte souffrant d’insuffisance rénale. « Jusqu’à une période relativement récente, il n’y avait pas de dons (d’organes) de bébé de moins de deux mois. Mais il existe des preuves montrant que de nombreux organes de bébés peuvent être transplantés avec succès chez des enfants et des adultes », a expliqué le chirurgien qui a effectué l’opération, Niaz Ahmad.
    Selon le Dr. Paul Murphy, un spécialiste des transplantations, Teddy « a été le plus jeune donneur d’organes au Royaume-Uni » et ce don « fera date » dans l’histoire des transplantations.
    Source : Science et Avenir

    Luxembourg : 15 cas d'euthanasie ces 2 dernières années

    29/04/2015 - Fin de vie

    Le 16 mars 2009, le Luxembourg a été le 3ème pays à dépénaliser l’euthanasie. La Commission nationale de contrôle de l’euthanasie vient de publier son 3ème rapport. En 2013 et 2014, 15 personnes ont été euthanasiées. Le rapport précise également que, sur les 15 euthanasies, 11 d’entre elles ont été pratiquées à l'hôpital, 1 au domicile du patient et 3 dans un établissement de soins pour personnes âgées. 11 des personnes concernées souffraient d'un cancer, 3 d'une maladie neuro-dégénérative et 1 avait été victime d'une attaque. La Commission a certifié qu’aucune dérive n’avait été constatée et que tous les dossiers contrôlés donnaient satisfaction.
    Le nombre d’euthanasies déclarées reste stable par rapport aux deux années précédentes, au cours desquelles 14 cas avaient été rapportés.
    Dans ses conclusions, la Commission de contrôle luxembourgeoise recommande que les médecins soient mieux préparés, au cours de leur formation, à la pratique de l’euthanasie et aux soins de fin de vie. De plus, elle appelle à ce que les patients reçoivent plus d’information sur le cadre légal de l’euthanasie.
    Le nombre d’enregistrements de déclarations anticipées de fin de vie s’élève par ailleurs sur la même période à 699.
    Source : Belga.
     

Faire un don à l'IEB