L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

Belgique : auditions d’experts sur la GPA au sénat

ImprimerRecommander
[Français] 10 mars 2015

Sommaire

  •   Belgique : auditions d’experts sur la GPA au sénat
  •   Thaïlande : interdiction de recourir à une mère porteuse pour les étrangers
  •   Belgique et Suisse : nouveau-nés déposés dans des « boîtes à bébés »
  • Belgique : auditions d’experts sur la GPA au sénat

    06/03/2015 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

    Trois propositions de loi ont été déposées au cours des derniers mois en vue d’encadrer la pratique de la gestation pour autrui (GPA) en Belgique.
    Il n’est nullement question d’interdire la GPA mais bien d’encadrer cette pratique déjà en vigueur dans 4 centres de procréation en Belgique.
    L'une des propositions de loi s'intéresse à l'organisation des « centres de maternité de substitution ». Ce cadre législatif permettrait l’accès à la GPA à tous les couples (hétérosexuels et homosexuels).
    On y distingue « la maternité de substitution de haute technologie », qui consiste en l'implantation chez la mère porteuse d'un embryon dont les gamètes proviennent des parents demandeurs, et « la maternité de basse technologie », où la mère porteuse est inséminée artificiellement avec le sperme du père demandeur.
    Avant de légiférer, la Commission des Affaires institutionnelles a été chargée des auditions d’une série d’experts, choisis et présentés par les partis politiques. Tous sont favorables à un encadrement.
    Des voix s’élèvent pourtant pour s’opposer à cette pratique. Ainsi, certaines féministes voient d’un mauvais œil l’utilisation du corps de la femme ainsi réduite à un instrument procréatif. Gynécologues et psychologues réaffirment eux aussi que concevoir un enfant en vue de le livrer à un couple commanditaire relève de la méconnaissance ou de l’inconscience des liens qui, inévitablement, se nouent entre la mère et l’enfant durant les 9 mois de la grossesse. La théorie de l’attachement souligne en effet l’impact que peut avoir un arrachement ou un abandon à la naissance pour la mère mais surtout pour le nourrisson.
    Dossier de l'IEB
    : Faut-il légaliser la gestation pour autrui ?

    Comparaisons des 3 propositions de loi à l'étude au sénat.

    Thaïlande : interdiction de recourir à une mère porteuse pour les étrangers

    06/03/2015 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

    Il est désormais interdit aux couples d'étrangers d'avoir recours au service d'une mère porteuse thaïlandaise, et ce, après une série de scandales qui avaient éclaboussé ce pays ces derniers mois.
    En août, un couple australien avait déchaîné les critiques en abandonnant un petit garçon trisomique, nommé Gammy, en Thaïlande à sa mère âgée de 21 ans.
    Quelques semaines plus tard, le royaume découvrait le scandale de « l'usine à bébés », lancé par un riche Japonais qui avait eu recours à des mères porteuses en série. Selon le conseil médical de Thaïlande, plus de cent cliniques privées seraient spécialisées dans l'aide à la procréation, y compris via des mères porteuses. Face à ces affaires, le pouvoir en place a réagi.
    Pour qu'un couple puisse avoir recours à une mère porteuse en Thaïlande, au moins un des deux commanditaires doit avoir la nationalité du pays et ils doivent être mariés depuis au moins trois ans. De leur côté, les mères porteuses thaïlandaises doivent être âgées de plus de 25 ans, être mariées, doivent avoir déjà au moins un enfant et l'accord de leur mari sera requis. La Thaïlande a également voté en faveur d'un texte interdisant toute publicité de cette pratique. Toute tentative d'outrepasser la loi sera passible de dix ans de prison.

    Source : Le Monde.fr avec AFP
     

    Belgique et Suisse : nouveau-nés déposés dans des « boîtes à bébés »

    06/03/2015 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

    En décembre dernier, un nouveau-né belge, qui a reçu le prénom de Jules, a été déposé dans la boîte à bébés installée par l’ ASBL Moeders voor Moeders à Borgerhout (Anvers). Il s'agit du cinquième nourrisson ainsi confié dans l’anonymat à l'association depuis sa création en 2000. Le président du CPAS d'Anvers a précisé que Jules a été confié à une famille d'accueil. Presque simultanément, en Suisse, un nourrisson a aussi pu être recueilli dans la fenêtre à bébé de l’hôpital d’Einsiedeln dans le Canton de Schwyz. C’est le dixième nourrisson déposé dans cette « fenêtre » depuis 2001.
    En Belgique, afin que la maman puisse conserver l’anonymat et donner naissance à son enfant tout en bénéficiant d’un accouchement dans de bonnes conditions, certains sénateurs ont déjà proposé que soit votée une loi permettant l’accouchement dans la discrétion. (Voir Bulletin de l'IEB)
     

Faire un don à l'IEB