FR NL EN

Aveux en Commission Euthanasie

ImprimerRecommander
[Français] 23 mars 2013

Sommaire

  •   Euthanasie de personnes démentes : aveux d'un médecin expert
  •   Améliorer la qualité de vie de personnes atteintes d'une maladie incurable
  •   Deux séminaires pour changer son regard et vivre avec la personne ayant des troubles psychiques
  • Euthanasie de personnes démentes : aveux d'un médecin expert

    21/03/2013 - Fin de vie

    Dans le cadre de l’élargissement de la loi dépénalisant l’euthanasie, les parlementaires ont entamé un nouveau volet relatif à l’étude de nombreuses propositions de loi qui permettraient aux personnes atteintes de démence de planifier leur demande d’euthanasie dans certaines conditions. Pour aider les parlementaires à saisir le vécu du terrain, une nouvelle audition d’experts a eu lieu en commissions réunies Justice et Affaires sociales ce mercredi 20 mars au Sénat belge.
    Les experts invités et choisis par les partis politiques étaient : le docteur Marc Cosyns, médecin généraliste, Vakgroep huisartsgeneeskunde en eerstelijnsgezondheidszorg UGent; le  professeur Peter De Deyn, neurologue, Universiteit Antwerpen; Monsieur Michel Foulon, algemeen coördinator van het Nationaal Verbond van Katholieke Vlaamse Verpleegkundigen en Vroedvrouwen; et Madame Sabine Henry, présidente de la Ligue Alzheimer asbl.

    Lors de cette audition publique en commission, le Dr Cosyns a affirmé n'avoir jamais jugé utile de déclarer aucune des euthanasies qu’il a pourtant pratiquées, et ce, depuis 2011, une obligation pourtant prévue par la loi.
    Le Dr Cosyns a de plus invité le législateur à éliminer la loi relative à l’euthanasie ainsi que celle relative aux soins palliatifs, pour uniquement garder la loi relative aux droits des patients.

     

    Améliorer la qualité de vie de personnes atteintes d'une maladie incurable

    21/03/2013 - Fin de vie

    Améliorer la qualité de vie de personnes atteintes d'une maladie incurable : 7 ans de soutien à divers projets
    Le Fonds de Mécénat d'ING en Belgique vient d’éditer une brochure sur l’impact direct des projets soutenus par le Fonds.

    C’est également une invitation pour d’autres acteurs sociaux à réaliser de nouvelles initiatives qui rendront la vie des patients et de leur entourage plus agréable, chez eux, à l’hôpital ou dans un centre de soins.
     

     

    Deux séminaires pour changer son regard et vivre avec la personne ayant des troubles psychiques

    21/03/2013 - Bioéthique, droit et politique

    En Belgique, dans le secteur des soins et de la promotion de la santé mentale, les stratégies prenant en compte l’expertise des usagers et des proches – l’auto-soin et le self-help, l’expertise du vécu, la réhabilitation, la stimulation de l’autonomie et de l’empowerment – gagnent du terrain. Les personnes qui connaissent des troubles psychiques et leurs proches sont de plus en plus reconnus comme des partenaires. Leurs expertises, leurs sensibilités, leurs aspirations sont de plus en plus sollicitées.
    Pour répondre à ces questions de manière plus systématique, le Fonds Julie Renson, le Fonds Reine Fabiola et la Fondation Roi Baudouin ont mandaté l’Université de Mons en vue de réaliser une cartographie de ces stratégies. Ces partenaires organisent ensemble deux séminaires qui seront des moments importants d’enrichissement et de validation du processus de recherche.
    Les 2 séminaires proposés sont destinés aux usagers de la santé mentale, professionnels de l’aide non institutionnalisée, associations de patients, associations de familles, acteurs de première ligne, acteurs spécialisés de la santé mentale, accompagnateurs spécialisés, experts et décideurs.
    1er séminaire : Qualité de vie des personnes avec des troubles psychiques : quelles expériences, quels soutiens, quels points d’appui ?
    2e séminaire : Vivre avec une personne avec des troubles psychiques : donner / rechercher du soutien
     

Faire un don à l'IEB