L'Université de la Vie - La vie à quel prix ?

Aussi dans 6 villes en Belgique : à Bruxelles + Liège + Mons + Namur + Louvain-la-Neuve et Gand !
4 lundis soirs consécutifs à partir du 14 janvier 2019

FR NL EN

Amende euthanasie / Weefseldonatie

ImprimerRecommander
[Français] 11 février 2013

Sommaire

  •   250 euros d'amende pour le médecin qui ne déclarerait pas l'euthanasie pratiquée
  •   Prélèvement de matériel humain : "qui ne dit mot consent"
  •   Regeling weefseldonatie nodig : U weet het niet, maar uw lichaam wordt gebruikt
  •   Administratieve geldboete in te voeren ten aanzien van de arts die de aangifteplicht niet naleeft
  • 250 euros d'amende pour le médecin qui ne déclarerait pas l'euthanasie pratiquée

    17/01/2013 - Fin de vie

    Cette proposition de loi  (Document législatif n° 5-1935/1) vient d'être déposée par Mme Elke Sleurs et consorts (N-VA).
    Un médecin qui a procédé à une euthanasie doit remplir un document d'enregistrement et le remettre dans les quatre jours ouvrables à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation. Cette obligation de déclaration est considérée comme une condition indispensable à la conformité de l'acte euthanasique. Toutefois, il semblerait que beaucoup d’euthanasies se pratiquent sans qu’aucune déclaration n’en soit faite. La sénatrice N-VA réaffirme que  « le médecin qui ne déclare pas l'acte s'expose en principe autant à des poursuites et sanctions que celui qui ne respecte pas les règles fondamentales de la loi. En d'autres termes, le non-respect d'une simple obligation administrative peut en principe mener, pour le médecin, à des poursuites pénales pour crimes ou délits contre des personnes. »
    Il faut noter que jamais aucune condamnation n’a toutefois en 10 ans été prononcée.
    Les auteurs de la proposition de loi « reconnaissent et soulignent, d'une part, l'importance de l'obligation de déclaration du médecin qui a pratiqué l'euthanasie, notamment en vue de collecter des données statistiques et de contrôler le respect de la loi, mais souhaitent, d'autre part, prévoir une sanction adaptée et proportionnelle au non-respect de cette obligation. » Ils estiment « qu'une amende administrative de 250 euros est suffisante pour responsabiliser les médecins à l'obligation de déclaration. Le cas échéant, l'amende sera imposée par la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation. Si le médecin qui est soumis à l'obligation de déclaration est sous le coup d'un cas de force majeure, aucune amende ne pourra être infligée. »

     

    Prélèvement de matériel humain : "qui ne dit mot consent"

    05/02/2013 - Statut du corps humain - Posthumanisme

    Depuis 2008, le prélèvement de matériel corporel humain (cellules, tissus, tissus cervicaux, os…) est autorisé sur toute personne décédée, adulte ou enfant, sauf si celle-ci s’y est expressément opposée de son vivant. Ce système de consentement présumé est appelé « système opting out ».
    Il est important de noter qu'il n’est aujourd'hui pas possible de choisir ce à quoi l’on s’oppose : soit on refuse tout prélèvement quel qu’il soit, y compris la transplantation d’organes en vue de sauver une vie, soit on n'exprime pas d’opposition, et le matériel corporel peut alors être prélevé.
    La ministre fédérale de la Santé publique Laurette Onkelinx a demandé au Comité consultatif de Bioéthique (CCB) s’il était éthiquement justifié d’appliquer le même système opting out à tous ces prélèvements de matériel corporel humain post mortem, qui correspondent à des objectifs très divers.
    Le 10 décembre 2012, le CCB a répondu à cette question dans son avis n° 54.
    Les membres du Comité déplorent à l’unanimité que l’élaboration de cette réglementation en 2008 n’ait pas donné lieu à un débat éthique de fond au Parlement. Aucun membre ne défend en tant que telle l’application sans autre forme de procès d’un seul et même système opting out en vue d'objectifs aussi variés. Tous les membres estiment qu’il doit être possible de marquer une opposition différenciée : p.ex. ne pas refuser le prélèvement d’organes pour une transplantation permettant de sauver une vie, mais bien le prélèvement de tissus à des fins de recherche scientifique, avec lesquelles l'intéressé(e) n'est pas d'accord. Enfin, tous les membres plaident pour une amélioration de l’information fournie au public, de sorte que chacun(e) sache clairement ce qui peut advenir de son matériel corporel après son décès et comment réagir s’il/si elle n’est pas d’accord sur la question.
     

    Regeling weefseldonatie nodig : U weet het niet, maar uw lichaam wordt gebruikt

    31/01/2013 - Statut du corps humain - Posthumanisme

    Botten, ogen, hersenen, huid. Als u bij leven niet expliciet zegt dat u dat niet wilt, worden uw weefsels na overlijden gebruikt voor onderzoek. Ethicus Sigrid Sterckx vindt dat onaanvaardbaar. Lichaamsmateriaal. Zo heet het in een wet van 2008. Het gaat om alle delen van het lichaam die na een overlijden gebruikt mogen worden voor wetenschappelijk onderzoek of therapeutische doeleinden.
    Half december formuleerde het Raadgevend Comité voor Bio-ethiek een advies op vraag van de minister van Volksgezondheid, Laurette Onkelinx (PS). Maar van een aanpassing van het artikel is in het ontwerp niets terug te vinden.
    Sigrid Sterckx (UGent, VUB), die ook lid is van het Comité, luidt de alarmbel. ‘Onaanvaardbaar', zegt ze, ‘er wordt op grote schaal lichaamsmateriaal weggenomen, zonder dat de familie dat weet of toestemming geeft. Ook van kinderen, zonder dat de ouders het weten. Het is een mirakel dat er nog geen ophef rond ontstaan is.'

    Het Raadgevend Comité pleit voor een gedifferentieerde registratie. Zodat mensen kunnen aangeven dat ze wel akkoord gaan met het wegnemen van organen voor transplantatie, maar dat ze tegen het gebruik van andere weefsels voor onderzoek bezwaar hebben. Sterckx schreef alle fracties in de Kamer aan maar kreeg amper respons.
    (…)
    Bron: De Standaard 30/01/2013
     

    Administratieve geldboete in te voeren ten aanzien van de arts die de aangifteplicht niet naleeft

    05/02/2013 - Fin de vie

    Wetvoorstel ingediend door mevrouw Elke Sleurs c.s. (N-VA)
    “Een arts die euthanasie heeft verleend moet een registratiedocument invullen en dat binnen de vier werkdagen bezorgen aan de Federale Controle- en Evaluatiecommissie. Deze meldingsplicht wordt als een noodzakelijke voorwaarde beschouwd voor de regelmatigheid van het handelen. (…) De arts die niet rapporteert, stelt zich in beginsel dus in even grote mate bloot aan vervolging en bestraffing als wie zich niet houdt aan de fundamentele regels van de wet.
    De indieners erkennen en onderstrepen enerzijds het belang van de aangifteplicht van de arts die euthanasie heeft uitgevoerd, onder meer met het oog op het verzamelen van statistische gegevens en als middel om toezicht uit te oefenen op de wetgeving, maar wensen anderzijds te voorzien in een aangepaste en proportionele beteugeling ervan.

    De indieners menen dat een administratieve geldboete van 250 euro voldoende is om artsen te responsabiliseren met betrekking tot de aangifteplicht. In voorkomend geval wordt de boete opgelegd door de Federale Controle- en Evaluatiecommissie. Indien er sprake is van overmacht in hoofde van de arts op wie de verplichting tot aangifte rust, kan er geen boete opgelegd worden.”
     

Faire un don à l'IEB