Bulletin de l'IEB - 22 juin 2011

 Imprimer

Echange de lait maternel

Echange de lait maternel

La sénatrice Christine Defraigne ne remet pas en question les vertus du lait maternel pour les nouveau-nés. Mais les dons via les banques de lait doivent être mieux encadrés en matière de stockage et de traçabilité.
Il existe actuellement dans nos hôpitaux six banques de lait qui offrent avec certitude toutes les garanties de qualité et d'hygiène. Malheureusement, elles fonctionnent avec les moyens du bord : sans cadre légal précis, ni financement adéquat, prévient la sénatrice MR. « Dans la plupart des cas, cela demande une surcharge de travail aux infirmières de service de néonatologie. »
Elle avait d'ailleurs déposé en février 2007 une proposition de loi visant à donner un statut propre aux banques de lait et fixant les conditions dans lesquelles ce dernier doit être récolté, stocké et attribué par la suite, et prévoyant des mesures visant à assurer sa traçabilité. « Il s'agit d'une question de santé publique qui mérite toute notre attention » ajoute-t-elle. Ceci en réponse aux éc...

Lire la suite 


Le Dr Catherine Verfaillie (KUL) est pour le brevetage des cellules souches embryonnaires humaines

Le Dr Catherine Verfaillie (KUL) est pour le brevetage des cellules souches embryonnaires humaines

Emmenés par le professeur français Marc Pechanski, ils sont treize scientifiques européens, dont Catherine Verfaillie, à avoir signé une lettre ouverte adressée à la Commission européenne, critiquant l'avis préliminaire qu'a rendu la Cour européenne de justice et sur lequel 13 juges doivent rendre leur décision dans les mois à venir.
L'avis préliminaire de l'avocat général du 10 mars 2011, s'oppose en effet à la brevetabilité et à l'utilisation à des fins industrielles ou commerciales de l'embryon humain et des cellules souches embryonnaires humaines.

Les scientifiques, quant à eux, montrent clairement qu'ils n'apprécient guère de se soumettre à une quelconque autorité qui pourrait exiger la suspension de leurs recherches sur l'embryon humain. Ils se disent tout à fait opposés à une « interdiction qui risquerait de mener l'industrie pharmaceutique, privée de propriété intellectuelle, à se retirer du marché européen et à se tourner vers d'autres cieux plus cléments ». Rappelons que l...

Lire la suite 


Fondation Francqui : précisions

Notre Bulletin du 31 mai 2011, relayant le communiqué du FNRS mentionnant que le prix Francqui 2011 était attribué au Prof. Vanderhaegen, pourrait laisser penser que les résultats primés ont été obtenus en utilisant l'embryon humain comme matériau de départ, alors qu'il s'agit, en fait, d'embryons de souris.
Cette réalisation est toutefois décrite par les auteurs comme une étape vers le façonnement de cortex humain pour différentes études ou recherches, ou en médecine régénérative (Gaspard et al., Nature, 2008).

Lire la suite