Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

 Imprimer

Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

Lorsqu'un médecin accède à une demande d'euthanasie en Belgique, la loi prévoit qu'un second médecin doit juger du caractère inapaisable et insupportable de la souffrance de la personne en fin de vie. Cet acte requiert un certain investissement en temps de la part du praticien. Mais aucun acte médical ne sera véritablement posé. Comment dès lors rétribuer cet avis pré-euthanasie ? De plus, comment trouver rapidement des médecins « indépendants » à même de remettre un avis sur la demande d'euthanasie ?
Pour répondre à ces questions, le consortium « LEIF-EOL » (Leif : LevensEind InformatieForum - EOL : End Of Life doctors) a été mis en place, avec l'appui logistique de l'ADMD et de son pendant flamand, deux associations qui s'efforcent ouvertement de « normaliser » la pratique de l'euthanasie auprès des médecins généralistes, par une formation financée et reconnue par les pouvoirs publics.
En vertu d'un arrêté royal du 7 mars 2013, (Bulletin de l'IEB) ce consortium a ainsi obtenu le mo...

Lire la suite 


Royaume-Uni : une mère porteuse forcée de remettre son enfant au couple commanditaire

Royaume-Uni : une mère porteuse forcée de remettre son enfant au couple commanditaire

La gestation pour autrui (GPA) est réglementée depuis maintenant plus de 30 ans au Royaume-Uni. Il est notamment prévu que toute forme de GPA commerciale est interdite, mais que des dédommagements, jusqu'à hauteur de 20.000 euros, peuvent être payés par le couple commanditaire pour couvrir les frais de la grossesse. Alors que le législateur voulait par ce cadre légal éviter toute dérive, la réalité montre que la pratique n'est pas sans poser de problèmes.
Ainsi, récemment, une mère porteuse se serait rétractée après « un accord » de gestation pour autrui. Avant de tomber enceinte, celle-ci aurait promis, de façon informelle, de remettre le bébé à un couple gay dont l'un des partenaires est le père biologique de l'enfant (insémination artificielle de son sperme). Cependant, après avoir donné naissance à une fille, la maman a décidé de la garder. La Haute Cour de Justice du Royaume-Uni vient d'ordonner à celle-ci de remettre son enfant au couple d'hommes. La petite fille, âgée de 15 mo...

Lire la suite