Investissements durables – Vers une banque bio-éthique ?

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Embryons

Actualités

Publié le : 12/12/2019

Recherche sur embryons, production de substances euthanasiques, fabrication de pilules contraceptives ou abortives, … Et si ces activités économiques entraient en ligne de compte lorsqu'il s'agit de déterminer le caractère éthique d'une banque ou d'un fonds d'investissement ?

La presse belge s'est faite récemment l'écho du lancement d'un nouveau fonds d'investissement éthique par la banque Van Landschot, une banque privée néerlandaise active en Belgique.
Parmi les critères d'exclusion retenus par ce nouveau produit bancaire éthique, figurent les entreprises dont les activités concernent l'alcool, la pornographie… mais aussi les produits euthanasiques, contraceptifs et abortifs, de même que l'utilisation d'embryons et de cellules souches embryonnaires.
La création d'un fonds de placement incluant de tels critères bioéthiques semble être une première en Belgique. Des produits financiers similaires existent en revanche déjà dans plusieurs pays limitrophes, dont la France (citons entre autres les gestionnaires de fortune Meeschaert et Oddo) et la Suisse.
Certaines organisations se consacrent d'ailleurs aujourd'hui spécifiquement au conseil et à l'accompagnement des banques dans leur stratégie éthique, afin d'y inclure ces critères bioéthiques.

A ce jour, toutefois, les banques de détail traditionnelles (à destination du grand public) semblent faire encore l'impasse sur les enjeux bioéthiques dans leur offre en matière de placements éthiques.

Quant au projet de banque éthique NewB, lancé en cette fin 2019, celui-ci n'intègre pas non plus encore explicitement la bioéthique parmi ses critères de finance éthique et durable.
Il reste donc à savoir dans quelle mesure le respect de la dignité et de la vie humaines constitueront à l'avenir un point d'attention incontournable des banques et fonds d'investissement éthiques.


Articles similaires

Banque d’ovules congelés : la Belgique en tête ?

Banque d’ovules congelés : la Belgique en tête ?

- Don de gamètes

Créée il y a à peine deux ans, la banque d'ovules congelés du Centre de médecine reproductive de l'UZ Brussel est pleinement opérationnelle, alors que la technique n'en est qu'à ses balbutiements dans les pays voisins comme la France, les Pays-Bas ou l'Allemagne.

A Bruxelles, en deux ans, les dons d'ovocytes ont déjà permis de « traiter » environ 150 patientes. Le Dr Dominic Stoop explique comment la congélation d'ovocytes permet par exemple que d'un seul et même don, plusieurs ovocytes préle...

Lire la suite

Données individuelles, Biobanques et Google

Données individuelles, Biobanques et Google

- Recherche médicale

Google s'engage de plus en plus dans le domaine de la santé en entreprenant la collecte de la plus vaste base mondiale de données génétiques et moléculaires en partenariat avec une clinique chargée de réaliser les prélèvements.
Le Dr Andrew Conrad et son équipe qui compte une centaine d'experts médicaux en physiologie, optique, biochimie ou encore biologie moléculaire ont entamé la collecte des données de 175 donneurs anonymes et souhaitent élargir l'étude à des milliers de patients.
Urine, sa...

Lire la suite

Biobanques et recherche médicale : 3.4 millions d’euros pour la Biothèque Wallonie Bruxelles

Biobanques et recherche médicale : 3.4 millions d’euros pour la Biothèque Wallonie Bruxelles

- Don d'organes, de tissus et de sang

Les progrès des sciences de la vie ne peuvent se faire sans l'étude de tissus, cellules et échantillons d'origine humaine. A cette fin, ceux-ci doivent être conservés, traités et répertoriés dans des conditions optimales pour être mis à disposition de projets de recherche. C'est le travail des biobanques. Dans cet esprit, trois universités francophones, UCL, ULB et ULg, unissent leurs efforts pour créer la Biothèque Wallonie Bruxelles. Cette initiative commune à laquelle sont associées les uni...

Lire la suite