900 euros pour un don d’ovocytes aux Pays-Bas : c’est trop !

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don de gamètes

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 03/10/2018

La rémunération actuelle du don d'ovocytes dans les trois banques d'ovocytes aux Pays-Bas – soit un montant pouvant atteindre 900 euros – risque de pousser des femmes à donner leurs ovocytes pour des raisons financières. C'est ce que pointent des éthiciens du Centre hospitalier Universitaire d'Utrecht, suggérant de réduire la compensation à 300 euros sur base du temps et de l'investissement requis, en plus du défraiement.

Dans ce rapport écrit en partenariat avec l'Organisation néerlandaise pour la recherche sur la santé et l'innovation des soins (ZonMw), les auteurs remettent néanmoins en question la nécessité d'exiger de la part de la donneuse une motivation « purement » altruiste ; selon eux, il serait suffisant que la motivation ne soit pas « purement » financière.

S'inquiétant de la pénurie actuelle de donneuses d'ovocytes, ils considèrent que ce don devrait aussi être ouvert aux jeunes femmes qui n'ont pas encore d'enfants, à condition qu'elles soient averties des risques de l'opération. Le don d'ovocytes présuppose en effet une opération relativement lourde (stimulation des ovaires et procédure invasive afin de prélever les ovocytes) et comprend notamment des risques d'infertilité.

De même, il ne convient pas selon les auteurs d'exclure les donneuses dont l'ADN indique un "léger risque" de maladies curables, pourvu que les parents receveurs soient d'accord. Ils préconisent aussi que les couples homosexuels puissent faire appel aux banques d'ovocytes.

Source : Rapport ‘Ethisch verantwoorde organisatie van eiceldonatie via
eicelbanken in Nederland'

En savoir plus sur le don de gamètes en Belgique : voir Dossier de l'IEB


Articles similaires

Le juteux business des ovocytes en Belgique

Le juteux business des ovocytes en Belgique

- Don de gamètes

Après avoir interrogé différentes femmes donneuses d'ovocytes et plusieurs cliniques belges, la journaliste Sofia Costoglou révèle la réalité financière du don d'ovules dans une enquête pour « 7 à la Une » (RTBF).

En Belgique, la loi stipule que « la commercialisation des gamètes humains est interdite ». Cependant, bien que le don doive être gratuit, il peut néanmoins donner lieu à « une indemnité qui couvre les frais de déplacement ou de perte de salaire de la personne prélevée peut égaleme...

Lire la suite

Ces collecteurs d’ADN qui révèlent l’identité des donneurs de sperme et d’ovocytes

Ces collecteurs d’ADN qui révèlent l’identité des donneurs de sperme et d’ovocytes

- Don de gamètes

Aux Etats-Unis, l'explosion des tests ADN individuels permet aux personnes conçues par don anonyme de sperme ou d'ovocytes d'identifier leur parent « donneur ».

Quatre sites vendent des kits ADN à ceux qui veulent découvrir l'identité de leurs parents et proposent un service d'association ADN sur base des profils qu'ils rassemblent. FamilyTreeDNA, MyHeritage, Ancestry, 23andMe détiennent de si grandes bases de données que le recoupement est presque toujours fructueux.

Les donneurs sont ide...

Lire la suite

Financer la congélation d’ovocytes de ses employées ?

Financer la congélation d’ovocytes de ses employées ?

- Don de gamètes

Facebook et Apple pourraient bientôt financer une partie des frais nécessaires à la congélation d'ovules de leurs employées. Ces entreprises ont en effet besoin de jeunes femmes compétentes pour assurer une certaine parité, et espèrent ainsi permettre à leurs employées de ne plus devoir choisir entre leur carrière et une grossesse.
Un porte-parole de la direction de Facebook énumère les avantages qu'offre l'entreprise en matière de couverture de santé : traitements contre l'infertilité, couver...

Lire la suite