UK : prélèvement d’organes chez un nouveau-né après arrêt cardiaque

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Actualités - Royaume-Uni Royaume-Uni

Publié le : 24/02/2015

Les reins et les cellules du foie d'une petite fille de 6 jours dont le coeur a cessé de battre, ont été donnés à deux receveurs distincts. C. était née par césarienne dans l'urgence et malgré les tentatives de réanimation, son cerveau avait subi plusieurs lésions par manque d'oxygène. Les médecins de l'Imperial College de NHS Trust de Londres soulignent l'
« extraordinaire générosité » des parents qui ont  accepté ce prélèvement d'organes, une opération difficile et complexe quand on sait qu'à ce stade de la vie, les reins mesurent à peu près 5 cm. Rien que pour le Royaume Uni, il y aurait une liste d'attente de quelques 15 nourrissons de moins de deux ans en attente d'un organe.
Le NHS Blood and Transplant Institute rappelle que la taille des organes du donneur est souvent essentielle, car ceux provenant de donneurs plus âgés ne sont pas toujours transplantables. Toutefois, les experts britanniques se plaignent du fait que les critères de mort applicables dans leur pays sont trop stricts : ils ne sont pas autorisés à utiliser le critère de mort cérébrale chez un bébé de moins de deux mois. Les spécialistes des transplantations néonatales plaident donc pour un élargissement de ces lignes directrices afin d'augmenter le nombre de prélèvements néonataux.
Le Royal College of Paediatrics and Child Health examinera la question cette année.
Source: Daily Mail UK

 
 


Articles similaires

Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

- Don d'organes et mort

Le gouvernement chinois a annoncé la fin du prélèvement d'organes sur les prisonniers dès janvier 2015. Selon les estimations officielles, deux tiers des organes greffés en Chine proviennent de condamnés à mort. Et si ce n'est pas un condamné à mort, c'est en général un prisonnier dans 9 cas sur 10.
Depuis l'entrée en vigueur d'une réglementation de 1984 en Chine, le prélèvement d'organes sur des criminels exécutés était officiellement légal, avec le consentement du condamné ou l'autorisation ...

Lire la suite

Etendre les critères de mortalité pour faciliter le don d'organes?

- Don d'organes et mort

Suite à une chute du nombre de donneurs d'organes en Belgique (265 en 2008, soit le nombre le plus bas depuis 2006),  Paul Schotsmans, professeur d'éthique médicale à la K.U. Leuven, propose de réfléchir à de nouvelles formes de transplantation d'organes, notamment en étendant les critères de mortalité dans le cadre du don d'organes.

Source : La Libre du 12/03/2009

Lire la suite

Prélèvements illicites d’organes en Chine : les accusations persistent

Prélèvements illicites d’organes en Chine : les accusations persistent

- Don d'organes et mort

Contrairement à ce que le gouvernement Chinois annonçait en 2015 (Voir : Chine : fin des prélèvements d'organes sur les prisonniers), il semblerait que la Chine pratique toujours le prélèvement d'organe sur des prisonniers condamnés à mort. Plus encore, cette pratique touche également des prisonniers politiques, dont les organes sont prélevés sans condamnation à mort. Sont visés en particulier les membres de communautés religieuses ciblées par le Parti Communiste Chinois, comme l'explique dans...

Lire la suite