Royaume-Uni : un bébé devient donneur d’organes quelques heures après sa naissance

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Actualités - Royaume-Uni Royaume-Uni

Publié le : 29/04/2015

En 2014, à la douzième semaine d'une grossesse gémellaire, des médecins britanniques ont détecté chez l'un des deux foetus une anencéphalie, c'est-à-dire une absence de cerveau, laissant augurer d'une mort certaine dès la naissance. Après avoir proposé un avortement thérapeutique à la mère, intervention qu'elle a refusée, celle-ci a demandé si le don d'organes d'un bébé de moins de 2 mois serait autorisé.
Le 22 avril 2014, à l'hôpital universitaire du Pays de Galles, les jumeaux sont nés et le petit Teddy est décédé après 100 minutes. Ses parents ont alors offert ses reins à un adulte souffrant d'insuffisance rénale. « Jusqu'à une période relativement récente, il n'y avait pas de dons (d'organes) de bébé de moins de deux mois. Mais il existe des preuves montrant que de nombreux organes de bébés peuvent être transplantés avec succès chez des enfants et des adultes », a expliqué le chirurgien qui a effectué l'opération, Niaz Ahmad.
Selon le Dr. Paul Murphy, un spécialiste des transplantations, Teddy « a été le plus jeune donneur d'organes au Royaume-Uni » et ce don « fera date » dans l'histoire des transplantations.
Source : Science et Avenir


Articles similaires

Trafic d’organes : une convention internationale contre le trafic d'organes

- Don d'organes et mort

Le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe avait adopté le 9/07/2014 la 1ère convention internationale contraignante en matière de lutte contre le trafic d'organes.
Ce 25 mars 2015, lors de la cérémonie d'ouverture à la signature qui s'est déroulée en Espagne, cette Convention a été soumise à la signature de tous les Etats, qu'ils soient membres ou non du Conseil de l'Europe. Etant donné que le trafic d'organes constitue une violation des droits fondamentaux, notamment de la dignité humain...

Lire la suite

Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

- Don d'organes et mort

Le gouvernement chinois a annoncé la fin du prélèvement d'organes sur les prisonniers dès janvier 2015. Selon les estimations officielles, deux tiers des organes greffés en Chine proviennent de condamnés à mort. Et si ce n'est pas un condamné à mort, c'est en général un prisonnier dans 9 cas sur 10.
Depuis l'entrée en vigueur d'une réglementation de 1984 en Chine, le prélèvement d'organes sur des criminels exécutés était officiellement légal, avec le consentement du condamné ou l'autorisation ...

Lire la suite

Don d’organes : la nouvelle loi belge

- Don d'organes et mort

Aura-t-elle un effet pervers ?

La loi du 19 décembre 2008 relative au matériel corporel humain est entrée en vigueur ce 1er décembre 2009. Quel  impact a-t-elle sur le don d'organes ? Depuis 1986 déjà, tout Belge est présumé, en cas de décès, consentir au don de ses organes en vue de leur transplantation, à moins qu'il ne s'y soit opposé par une démarche auprès de son  administration communale. Depuis ce mardi, tout Belge est également présumé consentir à ce que ses organes soient prélevés, n...

Lire la suite