Don d’organes : la nouvelle loi belge

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 01/12/2009

Aura-t-elle un effet pervers ?

La loi du 19 décembre 2008 relative au matériel corporel humain est entrée en vigueur ce 1er décembre 2009. Quel  impact a-t-elle sur le don d'organes ? Depuis 1986 déjà, tout Belge est présumé, en cas de décès, consentir au don de ses organes en vue de leur transplantation, à moins qu'il ne s'y soit opposé par une démarche auprès de son  administration communale. Depuis ce mardi, tout Belge est également présumé consentir à ce que ses organes soient prélevés, non seulement en vue d'une transplantation, mais également pour un but de recherche médicale.

Parmi d'autres, le docteur Herman Nys dans l'hebdomadaire médical  De Huisarts du 5 novembre, s'inquiète de l'éventuel effet pervers de cette loi car s'ils sont nombreux ceux qui souhaitent sauver des vies, nombreux sont  également ceux qui ne souhaitent pas voir leur corps servir à la « science ». Or si une personne s'oppose au cours de sa vie à ce que l'on utilise ses organes à des fins de recherche, elle n'a pas d'autre choix que de s'opposer également à un prélèvement pratiqué à des fins thérapeutiques.

Cette nouvelle loi réaffirme la gratuité du don : aucun avantage matériel ne peut être offert au donneur, seules des «  indemnisations » étant possibles. Par contre, le ministre de la Santé publique a fixé le prix à payer par le bénéficiaire du « matériel  corporel humain », soit par exemple 1.245,30 euros pour une cornée, ou 3.546,88 euros pour une valve cardiaque. Cette tarification traduit les frais de prélèvement et  de conservation des parties du corps. Elle entend également limiter l'augmentation des coûts des soins de santé. Toutefois, ne rentre-t-on pas dans une logique financière faisant craindre, à terme, la remise en question de la non-rémunération du don ?

© Institut Européen de Bioéthique


Articles similaires

Accélérer le prélèvement d'organes chez les victimes d'un accident ?

- Don d'organes et mort

En 2013, ce sont 873 organes qui ont été transplantés en Belgique. Toutefois, malgré cette performance, de nombreux patients sont toujours en attente d'un organe. Selon le député MR Luc Gustin, une piste pour sauver bien d'autres vies serait de s'orienter vers un changement de la législation concernant non seulement le prélèvement d'organes mais aussi le transport urgent des victimes d'accident de la route et déclarées cliniquement mortes, vers un centre hospitalier. Il estime que les services...

Lire la suite

Etendre les critères de mortalité pour faciliter le don d'organes?

- Don d'organes et mort

Suite à une chute du nombre de donneurs d'organes en Belgique (265 en 2008, soit le nombre le plus bas depuis 2006),  Paul Schotsmans, professeur d'éthique médicale à la K.U. Leuven, propose de réfléchir à de nouvelles formes de transplantation d'organes, notamment en étendant les critères de mortalité dans le cadre du don d'organes.

Source : La Libre du 12/03/2009

Lire la suite

Trafic d’organes : une convention internationale contre le trafic d'organes

- Don d'organes et mort

Le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe avait adopté le 9/07/2014 la 1ère convention internationale contraignante en matière de lutte contre le trafic d'organes.
Ce 25 mars 2015, lors de la cérémonie d'ouverture à la signature qui s'est déroulée en Espagne, cette Convention a été soumise à la signature de tous les Etats, qu'ils soient membres ou non du Conseil de l'Europe. Etant donné que le trafic d'organes constitue une violation des droits fondamentaux, notamment de la dignité humain...

Lire la suite