Don d’organes : la nouvelle loi belge

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 01/12/2009

Aura-t-elle un effet pervers ?

La loi du 19 décembre 2008 relative au matériel corporel humain est entrée en vigueur ce 1er décembre 2009. Quel  impact a-t-elle sur le don d'organes ? Depuis 1986 déjà, tout Belge est présumé, en cas de décès, consentir au don de ses organes en vue de leur transplantation, à moins qu'il ne s'y soit opposé par une démarche auprès de son  administration communale. Depuis ce mardi, tout Belge est également présumé consentir à ce que ses organes soient prélevés, non seulement en vue d'une transplantation, mais également pour un but de recherche médicale.

Parmi d'autres, le docteur Herman Nys dans l'hebdomadaire médical  De Huisarts du 5 novembre, s'inquiète de l'éventuel effet pervers de cette loi car s'ils sont nombreux ceux qui souhaitent sauver des vies, nombreux sont  également ceux qui ne souhaitent pas voir leur corps servir à la « science ». Or si une personne s'oppose au cours de sa vie à ce que l'on utilise ses organes à des fins de recherche, elle n'a pas d'autre choix que de s'opposer également à un prélèvement pratiqué à des fins thérapeutiques.

Cette nouvelle loi réaffirme la gratuité du don : aucun avantage matériel ne peut être offert au donneur, seules des «  indemnisations » étant possibles. Par contre, le ministre de la Santé publique a fixé le prix à payer par le bénéficiaire du « matériel  corporel humain », soit par exemple 1.245,30 euros pour une cornée, ou 3.546,88 euros pour une valve cardiaque. Cette tarification traduit les frais de prélèvement et  de conservation des parties du corps. Elle entend également limiter l'augmentation des coûts des soins de santé. Toutefois, ne rentre-t-on pas dans une logique financière faisant craindre, à terme, la remise en question de la non-rémunération du don ?

© Institut Européen de Bioéthique


Articles similaires

Etendre les critères de mortalité pour faciliter le don d'organes?

- Don d'organes et mort

Suite à une chute du nombre de donneurs d'organes en Belgique (265 en 2008, soit le nombre le plus bas depuis 2006),  Paul Schotsmans, professeur d'éthique médicale à la K.U. Leuven, propose de réfléchir à de nouvelles formes de transplantation d'organes, notamment en étendant les critères de mortalité dans le cadre du don d'organes.

Source : La Libre du 12/03/2009

Lire la suite

UK : prélèvement d’organes chez un nouveau-né après arrêt cardiaque

UK : prélèvement d’organes chez un nouveau-né après arrêt cardiaque

- Don d'organes et mort

Les reins et les cellules du foie d'une petite fille de 6 jours dont le coeur a cessé de battre, ont été donnés à deux receveurs distincts. C. était née par césarienne dans l'urgence et malgré les tentatives de réanimation, son cerveau avait subi plusieurs lésions par manque d'oxygène. Les médecins de l'Imperial College de NHS Trust de Londres soulignent l'
« extraordinaire générosité » des parents qui ont  accepté ce prélèvement d'organes, une opération difficile et complexe quand on sait qu'...

Lire la suite

Organes prélevés sans en avoir informés la famille : arrêt de la CEDH

- Don d'organes et mort

Cour Européenne des Droits de l'Homme  - Affaire Petrova c. Lettonie  - Arrêt du 24 juin 2014

En mai 2002, monsieur PETROVS décéda à l'âge de 23 ans suite à un grave accident de la route ayant entrainé son hospitalisation quelques jours auparavant dans un hôpital public letton. Quelques mois plus tard, sa mère, madame PETROVA, découvrit que les reins et la rate de son fils avaient été prélevés, immédiatement après le décès, à des fins de transplantation.
Madame PETROVA porta plainte contre l'...

Lire la suite