Belgique : prélèvement d’organes après euthanasie : une nouvelle catégorie

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et euthanasie

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 07/05/2015

Le prélèvement d'organes est réglementé et contrôlé de façon stricte dans nos pays. Depuis plus de 15 ans, la Belgique se trouve parmi les 3 pays du monde comptant le plus grand nombre de donneurs d'organes post-mortem (entre 25 et 30 par million d'habitants). Ce résultat est la conséquence de la loi belge de type « opting-out » (qui ne dit mot consent), de la motivation des équipes médicales et paramédicales, et des diverses politiques d'information de la population sur l'importance du don d'organe.
Dans certains cas, un prélèvement après un arrêt cardiaque est envisageable. La classification de Maastricht prévoit 4 situations :
Catégorie I : arrêt cardiaque sur le lieu de l'accident ou à domicile.
Catégorie II : arrêt cardiaque à l'arrivée à l'hôpital et échec des manoeuvres de réanimation.
Catégorie III : arrêt thérapeutique programmé.
Catégorie IV : arrêt cardiaque chez un sujet dont la mort cérébrale a été diagnostiquée.
Forte de son expérience, non seulement en matière de transplantation mais aussi en matière d'euthanasie, la Belgique a récemment proposé une Catégorie V, soit le prélèvement d'organes à partir d'un donneur décédé suite à une euthanasie telle que reconnue par la loi belge. Le CHU de Liège dispose d'un programme actif de prélèvements de cette catégorie de donneur.
Source : CHU de Liège


Articles similaires

Don d’organes après une euthanasie ?

Don d’organes après une euthanasie ?

- Don d'organes et euthanasie

Des médecins de l'hôpital universitaire d'Anvers ont expliqué avoir accédé à la demande d'euthanasie d'une patiente de 44 ans qui, après un accident cardio-vasculaire, était totalement dépendante (Locked-in syndrome). La patiente tout à fait consciente a pu communiquer avec son entourage et exprimer non seulement son désir d'être euthanasiée, mais aussi de permettre le prélèvement de différentes parties de son corps dont son foie et ses reins, en vue d'un don post-mortem.
Ce cas semble ne pas ...

Lire la suite

Des médecins canadiens demandent d’autoriser l’euthanasie "par" prélèvement des organes

Des médecins canadiens demandent d’autoriser l’euthanasie "par" prélèvement des organes

- Don d'organes et euthanasie

Des médecins canadiens demandent que la loi et les protocoles médicaux soient modifiés afin de permettre l'euthanasie avec don d'organes. Depuis 2016, la loi fédérale du Canada dépénalise l'euthanasie et le suicide assisté. Deux médecins de la Western University (Ontario) et Robert Truog, bioéthicien à la Harvard Medical School, plaident pour l'autorisation du prélèvement d'organes avec euthanasie et décrivent les conditions nécessaires pour assurer une transplantation aussi efficace que possi...

Lire la suite

Le don d’organes après euthanasie : les chiffres parlent

Le don d’organes après euthanasie : les chiffres parlent

- Don d'organes et euthanasie

Le nombre de personnes euthanasiées sur lesquelles des tissus ou des organes sont prélevés, augmente aux Pays-Bas comme en Belgique. Malgré cela, des médecins considèrent que cette pratique n'est pas encore assez connue et veulent l'encourager pour répondre aux longues files d'attentes pour les transplantations (ex. 761 personnes sur la liste d'attente pour l'implantation d'une cornée).

L'enjeu est de taille : les personnes mourant par euthanasie représentent 4,4 % des décès aux Pays-Bas. Le ...

Lire la suite