France : vote de la proposition de loi autorisant la recherche sur l’embryon humain

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - France France

Publié le : 18/07/2013

Les députés français ont voté, ce mardi 16 juillet 2013, par 314 voix pour et 223 voix contre, la libéralisation de la recherche sur l'embryon humain. L'embryon surnuméraire dépourvu de projet parental devient par principe disponible à l'industrie pharmaceutique. Ce texte modifie considérablement les conditions de la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires, en supprimant l'interdiction de principe pour y substituer un cadre beaucoup plus large et flou. Ce vote a eu lieu sans que les Français aient été préalablement consultés par des états généraux, comme le prévoit pourtant la loi bioéthique du 7 juillet 2011.
Pour le docteur Xavier Mirabel, « Autoriser la recherche sur l'embryon est grave éthiquement car c'est chosifier l'être humain à son premier stade. De plus il n'y a aucune raison scientifique à traiter l'embryon humain comme un cobaye de laboratoire. Le prix Nobel de médecine vient d'être décerné au japonais Shinya Yamanaka et au britannique John Gurdon pour leurs découvertes sur la reprogrammation nucléaire, qui est une technique éthique. En autorisant explicitement la recherche sur l'embryon conduisant à sa destruction, la proposition de loi bouleverse un principe bioéthique majeur qui confère à l'embryon humain une protection symbolique. Je rappelle que la recherche sur l'embryon n'a donné aucun résultat probant à ce jour, et que les autres pays se tournent vers les cellules souches reprogrammées (iPS). »

Rappelons qu'en Belgique, la loi permet non seulement la recherche scientifique sur les embryons humains surnuméraires, mais aussi la création d'embryons humains destinés à la seule recherche de laboratoire.
 


Articles similaires

Grande-Bretagne : manipulations génétiques sur l’embryon autorisées

- Recherche sur les embryons

Peut-on modifier  et "purifier" l'ADN défectueux d'un embryon ? Sans répondre explicitement à cette question éthique importante, la HFEA, autorité britannique de la fertilisation humaine et de l'embryologie, a autorisé ce 1er février, la manipulation et la transformation génétique de l'embryon à des fins de recherche. C'est une première en Grande-Bretagne et en Europe.
Cette autorisation concerne la nouvelle méthode de génie génétique qui permet très aisément de modifier l'ADN défectueux à fai...

Lire la suite

Les premiers embryons « homme-mouton » ont 1 mois

- Recherche sur les embryons



Pour la première fois, des embryons hybrides mouton-humain ont été créés. Les résultats de laboratoire ont été présentés lors de la réunion annuelle de l'Association américaine pour l'Avancement des Sciences à Austin, Texas.

Les chercheurs ont introduit des cellules souches humaines dans des embryons de moutons, de telle sorte qu'une cellule de la créature hybride sur 10 000 soit humaine. En termes de pourcentages, la créature est génétiquement mouton à 99 %, et humaine à 1 %.

Il y a quelq...

Lire la suite

RECHERCHE EMRYONNAIRE / GENETIQUE

- Recherche sur les embryons

 

 

 

 

 

 

 

o    Royaume-Uni : vers une recherche sans restriction sur l'embryon ?

o    Belgique : 10 millions d'euros pour une nouvelle banque de données ADN

o    Pays-Bas : la Ministre Schippers lance une campagne pour le don de cellules souches adultes

o    Union européenne : autorisation d'un médicament à base de cellules souches humaines

o    Belgique : pas de statistiques relatives au nombre total d'embryons surnuméraires congelés

o    Pays-Bas : création d'embryons pour la...

Lire la suite