France : vote de la proposition de loi autorisant la recherche sur l’embryon humain

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - France

Publié le : 18/07/2013

Les députés français ont voté, ce mardi 16 juillet 2013, par 314 voix pour et 223 voix contre, la libéralisation de la recherche sur l'embryon humain. L'embryon surnuméraire dépourvu de projet parental devient par principe disponible à l'industrie pharmaceutique. Ce texte modifie considérablement les conditions de la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires, en supprimant l'interdiction de principe pour y substituer un cadre beaucoup plus large et flou. Ce vote a eu lieu sans que les Français aient été préalablement consultés par des états généraux, comme le prévoit pourtant la loi bioéthique du 7 juillet 2011.
Pour le docteur Xavier Mirabel, « Autoriser la recherche sur l'embryon est grave éthiquement car c'est chosifier l'être humain à son premier stade. De plus il n'y a aucune raison scientifique à traiter l'embryon humain comme un cobaye de laboratoire. Le prix Nobel de médecine vient d'être décerné au japonais Shinya Yamanaka et au britannique John Gurdon pour leurs découvertes sur la reprogrammation nucléaire, qui est une technique éthique. En autorisant explicitement la recherche sur l'embryon conduisant à sa destruction, la proposition de loi bouleverse un principe bioéthique majeur qui confère à l'embryon humain une protection symbolique. Je rappelle que la recherche sur l'embryon n'a donné aucun résultat probant à ce jour, et que les autres pays se tournent vers les cellules souches reprogrammées (iPS). »

Rappelons qu'en Belgique, la loi permet non seulement la recherche scientifique sur les embryons humains surnuméraires, mais aussi la création d'embryons humains destinés à la seule recherche de laboratoire.
 


Articles similaires

Des chercheurs de l'ULB produisent des cellules nerveuses humaines et les transplantent avec succès

Des chercheurs de l'ULB produisent des cellules nerveuses humaines et les transplantent avec succès

- Recherche sur les embryons

Les chercheurs ont utilisé au départ des cellules souches pluripotentes humaines, soit issues d'embryons précoces, soit issues de reprogrammation à partir de cellules de peau de donneurs sains. Ils ont ensuite développé un système de culture de ces cellules, pour les transformer efficacement en l'ensemble des cellules nerveuses (neurones) qui composent normalement le cortex cérébral. Le système récapitule ainsi les grandes étapes du développement cérébral humain, permettant la production de ce...

Lire la suite

Le CHU d’Amsterdam demande les fœtus mort-nés pour développer la recherche

Le CHU d’Amsterdam demande les fœtus mort-nés pour développer la recherche

- Recherche sur les embryons

Le CHU (Centre Hospitalier Universitaire) d'Amsterdam projette de créer en son sein une réelle « bio-banque de foetus », visant à la mise à disposition de foetus pour la recherche médicale.

Quelques couples proposent déjà spontanément de « donner » leur enfant mort-né à la science, après une fausse couche ou un avortement, mais ce petit nombre de foetus ne suffit plus pour la recherche approfondie que l'hôpital désire mener, annonce la médecin-embryologue Bernadette de Bakker. À tous les coup...

Lire la suite

Cour de justice de l'UE: pas de brevet pour les recherches utilisant des embryons humains

Cour de justice de l'UE: pas de brevet pour les recherches utilisant des embryons humains

- Recherche sur les embryons

Le 18 octobre 2011, la Cour de justice de l'Union européenne a interdit le brevetage d'un procédé utilisant des embryons humains et entraînant leur destruction : ce jugement intervient après que Greenpeace a demandé l'annulation d'un brevet portant sur une technique utilisant des cellules souches embryonnaires humaines. La Cour fédérale de justice allemande avait saisi la juridiction du Luxembourg au sujet de l'interprétation de la notion d'embryon humain *.

Dans son arrêt, la Cour de justice...

Lire la suite