Des chercheurs de l'ULB produisent des cellules nerveuses humaines et les transplantent avec succès

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités

Publié le : 03/04/2013

Les chercheurs ont utilisé au départ des cellules souches pluripotentes humaines, soit issues d'embryons précoces, soit issues de reprogrammation à partir de cellules de peau de donneurs sains. Ils ont ensuite développé un système de culture de ces cellules, pour les transformer efficacement en l'ensemble des cellules nerveuses (neurones) qui composent normalement le cortex cérébral. Le système récapitule ainsi les grandes étapes du développement cérébral humain, permettant la production de cellules nerveuses corticales qui se révèlent fonctionnelles et essentiellement comparables à celles de cortex cérébral humain natif.

Dans un deuxième temps, les chercheurs ont testé le potentiel de ces neurones corticaux humains dans un organisme entier (in vivo), par transplantation dans le cerveau de souris nouveau-nées. C'est ainsi qu'ils ont pu observer que les neurones humains transplantés s'intègrent de façon efficace dans le cerveau de souris, et peuvent même se connecter avec celui-ci de façon fonctionnelle. Les chercheurs ont donc réalisé un modèle expérimental de cortex cérébral humain, outil novateur d'étude du cortex et de ses pathologies. En outre, ces recherches montrent qu'il est désormais possible de produire des neurones de cortex à partir de cellules de peau reprogrammées en cellules pluripotentes.
Ces avancées ont des implications importantes, à la fois fondamentales et appliquées. Sur le plan fondamental, ces recherches permettront de mieux comprendre les mécanismes à la base de l'évolution du cerveau humain, qui est essentiellement lié au développement du cortex. Sur le plan appliqué, ce modèle offre pour la première fois la possibilité de réaliser des expériences fonctionnelles sur des neurones corticaux humains porteurs de maladies (en particulier : épilepsie, autisme, Alzheimer), dans le contexte physiologique d'un cerveau de souris. Il permettra ainsi de mimer de la façon la plus fidèle possible une partie de la complexité de certaines pathologies neurologiques. En outre, à beaucoup plus long terme, le succès des expériences de transplantation suggère des nouvelles voies d'approche de réparation du cerveau endommagé ou en dégénérescence.
Ce travail a été publié le 6 février 2013 dans la prestigieuse revue Neuron [1].

Source: ICI

NDLR : Dans l'expérience décrite ci-dessus, il y a mélange de cellules animales et humaines au sein même d'un organisme animal. S'agit-il de chimère ? On peut le dire puisqu'on assiste ici à la coexistence dans un même tissu ou dans un même organisme de cellules appartenant à des espèces vivantes différentes. Donc, le tissu neuronal régénéré, résultat de l'expérience, est bien chimérique.
 
 


Articles similaires

Les cellules souches présentes dans le sang du cordon du nouveau-né sont utiles en médecine.

Les cellules souches présentes dans le sang du cordon du nouveau-né sont utiles en médecine.

- Recherche sur les embryons

En effet, les risques de rejet sont moindres que pour les cellules souches issues d'un prélèvement de moelle osseuse d'un donneur, et elles ne requièrent pas d'opération pour les isoler. Cependant, leur intérêt est limité en pratique parce que leur nombre est souvent trop faible pour le traitement d'un adulte.
Des chercheurs de l'Université de Montréal ont identifié une molécule (appelée UM171) capable de stimuler "ex-vivo" la prolifération de ces cellules et ont ensuite réalisé avec succès un...

Lire la suite

Belgique : réparation du cortex cérébral par cellules embryonnaires

- Recherche sur les embryons

Des chercheurs de l'ULB (Université libre de Bruxelles), Pierre Vanderhaeghen, Kimmo Michelsen et Sandra Acosta, ont procédé à la transplantation de neurones générés à partir de cellules embryonnaires sur des souris dont le cortex cérébral était endommagé. La première étape de la recherche, déjà clôturée précédemment avec succès, consistait en la production à partir de cellules embryonnaires, de cellules nerveuses (ou neurones) identiques à celles qui composent le cortex cérébral.
Une fois ces...

Lire la suite

Le Dr Catherine Verfaillie (KUL) est pour le brevetage des cellules souches embryonnaires humaines

Le Dr Catherine Verfaillie (KUL) est pour le brevetage des cellules souches embryonnaires humaines

- Recherche sur les embryons

Emmenés par le professeur français Marc Pechanski, ils sont treize scientifiques européens, dont Catherine Verfaillie, à avoir signé une lettre ouverte adressée à la Commission européenne, critiquant l'avis préliminaire qu'a rendu la Cour européenne de justice et sur lequel 13 juges doivent rendre leur décision dans les mois à venir.
L'avis préliminaire de l'avocat général du 10 mars 2011, s'oppose en effet à la brevetabilité et à l'utilisation à des fins industrielles ou commerciales de l'emb...

Lire la suite