Utiliser des foetus avortés pour trouver un vaccin contre le Covid-19 ?

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche médicale

Actualités - Etats-Unis Etats-Unis

Publié le : 29/04/2020

Auteur / Source : Department of Health and Human Services, The Washington Post, Public Discourse, JME

Un chercheur américain renommé, Kim Hasenkrug, a sollicité le mois dernier l'autorisation de mener des expériences sur des souris « humanisées » pour trouver un vaccin contre le Covid-19. L'année dernière, aux Etats-Unis, ces souris ont été transplantées avec des tissus provenant de foetus humains avortés. Elles ont désormais des poumons de même structure que les nôtres, ce qui les rend susceptibles d'être infectées par des coronavirus semblables au Covid-19. Ce sont donc des cobayes idéaux pour tester des traitements contre ce virus. Or, en juin dernier, le gouvernement américain a interdit toute recherche utilisant des foetus avortés dans les Instituts Nationaux pour la Santé et soumis toute recherche “externe” impliquant des foetus avortés à l'approbation d'un conseil d'éthique (voir actualité IEB : A propos de l'utilisation de foetus avortés pour la recherche).

Des scientifiques de l'Université de Caroline du Nord ont proposé à Kim Hasenkrug, immunologiste aux laboratoires Rocky Mountain de l'Institut National pour la Santé dans le Montana, de lui envoyer ces souris « humanisées ». Pour mener ses expériences liées au Covid-19, Kim Hasenkrug a besoin d'une dérogation spéciale, qu'il justifie par la crise sanitaire actuelle. Il attend toujours une réponse à sa requête qui est passée entre les mains de différentes autorités.

Alors que des parlementaires démocrates fustigent « l'inaction » du Département de la Santé et des Services Sociaux (Department of Health and Human Service, HHS), des parlementaires républicains affirment leur soutien à la politique du Département qui a fait de «la promotion de la dignité de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle, l'une des principales priorités de l'administration du président Trump». Les Républicains ne sont pas les seuls à appuyer le gouvernement. Le professeur de philosophie, Christopher Tollefsen, développe les raisons pour lesquelles l'utilisation de tissus foetaux dans la recherche d'un vaccin contre le covid-19 n'est pas éthique. Selon lui, il est éthiquement impossible d'utiliser des tissus de foetus avortés pour la recherche à cause de la façon dont ce tissu a été obtenu. Helen Watt, du Centre de Bioéthique d'Anscombe, utilise l'analogie parlante d' « un rein adulte prélevé, disons, sur un dissident tué par un régime injuste ». Peut-on éthiquement accepter ce rein pour des recherches, aussi prometteuses soient-elles ? Ne serait-ce pas légitimer le régime, voire lui reconnaître des bienfaits éthiques ? Que fait-on du consentement de celui ou celle qui a « donné » ces organes ? Peut-on fonder des avancées scientifiques et médicales sur l'avortement ? Serait-ce réellement des avancées ?


Articles similaires

Controverses autour de la vaccination contre le cancer du col de l’utérus

- Recherche médicale

  Selon le Docteur André Devos, environ 30% des adolescentes ont été vaccinées contre le HPV (Human papilloma virus, intervenant dans les cancers du col de l'utérus). Les autorités souhaitent relancer une campagne de vaccination dès le mois de septembre dans les écoles primaires ainsi que dans le premier degré du secondaire.

Néanmoins, de nombreuses critiques s'élèvent dans les milieux scientifiques notamment en ce qui concerne l'efficacité du vaccin, mais aussi la gravité des effets secondai...

Lire la suite

Analyse ADN facturée 300 euros en Belgique contre seulement 30 euros en Allemagne.

Analyse ADN facturée 300 euros en Belgique contre seulement 30 euros en Allemagne.

- Génétique

Une société de Munich a été choisie pour effectuer l'analyse annuelle d'environ 8.000 échantillons ADN de personnes condamnées par la justice belge. Les laboratoires belges, qui réalisaient jusqu'à présent ces analyses, regrettent qu'elles ne soient plus effectuées dans le pays, indique De Standaard.
Le gouvernement a décidé d'attribuer dès 2014 l'analyse des échantillons ADN des condamnés à la société allemande Eurofins Medigenomix Forensik afin de réaliser des économies. En effet, une analys...

Lire la suite

Un projet de convention européenne contre le trafic d'organes humains

Un projet de convention européenne contre le trafic d'organes humains

- Don d'organes, de tissus et de sang

Au Conseil de l'Europe, principale organisation de défense des droits de l'homme, un projet de convention européenne contre le trafic d'organes humains est en cours de préparation et pourrait entrer en vigueur en 2014. L'objectif serait de sanctionner ceux qui obligent les personnes à se séparer de leurs organes ou à les donner moyennant finance. Intermédiaires et chirurgiens corrompus seront principalement concernés. Le texte aborde également la question du tourisme de transpla...

Lire la suite