Un premier poumon artificiel humain créé en laboratoire

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche médicale

Actualités - Etats-Unis Etats-Unis

Publié le : 13/03/2014

Une équipe américaine de l'University of Texas vient de fabriquer en laboratoire un poumon humain artificiel. Un travail qui pourrait révolutionner la médecine régénérative et ce d'autant que cet organe est un des plus complexes à reconstituer, notamment parce qu'il est composé de plusieurs types cellulaires différents.
Le Dr Joaquim Cortiella et son équipe ont d'abord prélevé les poumons de deux adolescents décédés à la suite d'un accident. Ils ont ensuite détaché les cellules d'un de ces poumons en appliquant une technique identique à celle qui leur avait déjà permis, en 2010, de créer cet organe à partir de cellules souches embryonnaires de souris. A l'époque, ils avaient détruit les cellules d'un poumon de rat par plusieurs cycles de congélation-décongélation avant d'utiliser la carcasse pulmonaire comme support pour faire croître de nouvelles cellules.
Une fois obtenu un premier squelette pulmonaire, composé principalement d'élastine et de collagène, ils ont placé dessus des cellules saines extraites de l'autre poumon. Le tout a finalement été immergé dans une solution nutritive et les cellules se sont peu à peu développées jusqu'à former un poumon tout neuf.
Les chercheurs texans ont confirmé l'efficacité de leur technique en la reproduisant une seconde fois. Ils admettent néanmoins que de nombreux travaux restent à accomplir et qu'il faudra attendre encore au moins une bonne décennie avant que de tels organes ne soient introduits dans les salles d'opérations en vue d'une transplantation.
 


Articles similaires

Pologne : un grand prématuré survit grâce à un rein artificiel

Pologne : un grand prématuré survit grâce à un rein artificiel

- Recherche médicale

Né à 25 semaines de grossesse et pesant 820 grammes, un bébé polonais avait peu de chance de survivre, d'autant plus qu'un canal artériel était encore ouvert.
Au bout de quelques jours, ses reins ont commencé à faiblir et ont fini par totalement cesser de fonctionner. Face au danger de mort de l'enfant, l'équipe médicale a décidé de brancher l'enfant à un rein artificiel, traditionnellement utilisé pour les enfants de plus de trois kilos. Contre toute attente, ce dispositif a très bien fonctio...

Lire la suite

Des singes « augmentés » grâce à des gènes humains

Des singes « augmentés » grâce à des gènes humains

- Recherche médicale

Des gènes humains ont été implanté chez 11 embryons de singes rhésus par des chercheurs chinois de l'Institut de zoologie de Kunming (sud-ouest de la Chine) et de l'Académie des sciences chinoise engagés dans un programme de recherche sur la génétique et les fonctionnalités cognitives du cerveau humain.

Sur les 11 macaques génétiquement modifiés, seuls cinq ont survécu jusqu'à la phase de tests dont les résultats devaient offrir une meilleure compréhension du cerveau humain. Au cours de ces t...

Lire la suite

Royaume-Uni : première autorisation pour une greffe d’utérus

Royaume-Uni : première autorisation pour une greffe d’utérus

- Gestation pour autrui

Le mercredi 30 septembre 2015, un groupe de chercheurs britanniques de l'organisation « Womb Transplant UK » a annoncé avoir obtenu l'autorisation de réaliser un premier essai de greffe d'utérus au Royaume-Uni. La greffe d'utérus a déjà été expérimentée en Suède, où le premier bébé issu de cette technique est né en octobre 2014. La France lui a emboîté le pas, et maintenant le Royaume-Uni.
Les greffes d'utérus permettent de répondre aux stérilités féminines liées à l'absence d'utérus. En moyen...

Lire la suite