Bébés-OGM en Chine : expérimentation confirmée et autres victimes

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Non classés

Actualités

Publié le : 24/01/2019

Un rapport d'enquête gouvernementale en Chine a confirmé que les deux jumelles nées en novembre dernier avaient bien été modifiées génétiquement à l'aide de la technique CRISPR-Cas9, par le Dr He Jiankui.

« La sécurité et l'efficacité des technologies qu'il a utilisées ne sont pas fiables et la création de bébés génétiquement modifiés pour la reproduction est interdite par décret national », énonce le rapport. En effet, une loi chinoise de 2003 interdit l'implantation d'embryons modifiés génétiquement et oblige les chercheurs à les détruire au bout de 14 jours. Selon le rapport, le chercheur a « rédigé de faux documents d'éthique pour trouver des volontaires pour la procédure » et levé des fonds privés pour mener ses opérations.   

L'enquête a également confirmé l'existence d'une autre femme enceinte d'un bébé « génétiquement modifié » par le scientifique chinois. Les deux jumelles, cette femme et son enfant « vont être placés sous observation médicale », tandis que le Dr He Jiankui est sous surveillance « dans un appartement de l'Université des sciences et de la technologie du Sud (SUSTech) à Shenzhen ». En attendant, l'enquête des autorités chinoises se poursuit.

La modification génétique de ces embryons a porté sur le gène CCR5, afin de les rendre résistants au virus du sida. A noter que les agissements du scientifique chinois ont été largement condamnés au niveau national, européen (voir Bulletin de l'IEB) et international, en raison de l'hérédité de ces modifications génétiques et des dérives eugénistes que la technique peut entraîner.

Sources : Gènéthique, Journal du Médecin


Articles similaires

Reconnaître officiellement la vie des bébés morts nés

Reconnaître officiellement la vie des bébés morts nés

- Grossesse

Un avant projet de loi, porté par la ministre de la Justice, Annémie Turtelboom, vise à permettre aux parents qui le souhaitent d'inscrire au registre de l'état civil les foetus nés sans vie entre 22 semaines et 6 mois de grossesse. Les parents pourraient ainsi lui donner un prénom et une reconnaissance officielle qui facilitera leur deuil, sans qu'il n'y ait aucune conséquence juridique en matière de filiation, d'héritage ou de droits sociaux. Ce texte, approuvé en Conseil de ministre, a été ...

Lire la suite

AUTRES

- Droits et libertés

  Transexuels adultes et enfants : une demande croissante d'actes chirurgicaux ?

  Le Parlement européen a rejeté le rapport Estrela.

  Europe : coût des maladies neurologiques : 800 milliards par an

  Alzheimer : impact de la limitation du remboursement des médicaments ?

  Flandre : économiser sur les vieux et sur les malades en phase terminale ?

  Une mobilisation pour retrouver rapidement les seniors disparus

  Europe : le rapport portant sur les "droits sexuels et génésiques" n'a pas...

Lire la suite

Un seul Australien qui sauve 2 millions de bébés

Un seul Australien qui sauve 2 millions de bébés

- Grossesse

Cet Australien, James Harrison, a donné son plasma vendredi dernier pour la dernière fois dans un centre de la Croix-Rouge. Après 1.170 dons en un peu plus de 60 ans, l'homme désormais âgé de 81 ans a atteint la limite autorisée.

Son plasma, qui contient un anticorps très rare, le « anti-D », aura permis d'éviter la maladie hémolytique  à 2,4 millions de nouveaux-nés. Cet anticorps s'est révélé particulièrement puissant pour empêcher les femmes enceintes de développer des anticorps « D », déc...

Lire la suite