Que veulent faire les Belges de leurs informations génétiques ?

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 21/08/2019

Auteur / Source : Fondation Roi Baudouin

Les analyses génomiques sont de plus en plus accessibles et font toujours plus l'objet de partages voire de commercialisation. Qu'en pensent les citoyens belges ? Le Forum citoyen sur l'utilisation des données du génome, organisé en automne 2018 par la Fondation Roi Baudouin et Sciensano, y a répondu en donnant voix à 32 hommes et 32 femmes de milieux et d'âges divers. L'objectif étant d'en informer l'opinion publique, ceux et celles qui décideront d'un encadrement légal des analyses du génome.

Les citoyens semblent avoir bien conscience que les analyses génomiques permettent d'améliorer la prévention et le dépistage des maladies. Ils notent toutefois que ces avancées technologiques soulèvent plusieurs questions éthiques, et que l'identité d'une personne ne se limite en aucun cas à son génome : « Nous sommes plus que notre ADN. Il y a un danger que des gens disent : “J'ai fait mon analyse ADN, je suis comme ci ou comme ça.” Non, je suis bien plus que mon génome.”, relève un des citoyens mobilisés.

•             Les participants ont insisté pour que chacun puisse décider librement de ce qu'il veut ou non savoir au sujet de son génome. (Ex : ne connaître que les résultats liés à la présence ou à l'absence d'une maladie particulière) L'analyse génomique nécessite le consentement éclairé et écrit de la personne concernée.

•             Une fois informés des résultats de l'analyse, les citoyens auront besoin d'être conseillés pour éviter qu'ils ne soient laissés à eux-mêmes avec des résultats parfois incompréhensibles ou lourds à porter.

•             Autre enjeu de taille : les citoyens veulent une garantie de transparence et de traçabilité par rapport à l'utilisation de leurs données génétiques. Le Forum citoyen a dégagé une disposition des citoyens à partager les données de leur génome pour la recherche scientifique, si celle-ci bénéficie à l'ensemble de la société.

•             Se pose aussi la question de la place du soin dans les analyses génomiques. Dans la mesure où il s'agit de soins prédictifs et donc préventifs, la personne qui s'y soumet doit-elle être considérée comme un « patient » au sens de la loi sur les droits du patient, ou faut-il créer le statut de « pré-patient » ?

Parallèlement au Forum citoyen, les Belges se sont aussi exprimés dans le cadre d'une enquête à l'échelle européenne sur l'utilisation des données du génome, menée par la Fondation Roi Baudouin, ORB International et Gallup International : sur un échantillon de 1.000 citoyens belges, 68% ont dit vouloir tout savoir sur leur génome. 69% sont prêts à partager ces données avec leur famille, 57% avec des chercheurs universitaires, et seulement 41% avec l'industrie pharmaceutique.


Articles similaires

Discrimination sur base de tests génétiques : la réflexion des assureurs

Discrimination sur base de tests génétiques : la réflexion des assureurs

- Génétique

Avec l'avancée scientifique, de plus en plus de tests génétiques voient le jour. Ces tests prédictifs permettent à chacun de connaitre les risques d'avoir un cancer, Alzheimer, ou toute autre maladie. Ou tout simplement, comme la société 23andME le propose, recevoir des informations sur son génome, informations qu'elle définit comme « histoire personnelle » et qui concernent des maladies génétiques transmissibles graves et des caractères non médicaux.
La connaissance de ces informations pose q...

Lire la suite

Les citoyens sont-ils prêts au partage de leurs données génétiques ?

Les citoyens sont-ils prêts au partage de leurs données génétiques ?

- Génétique

La Fondation Roi Baudouin et Sciensano ont organisé un forum citoyen dont le but était de discuter en détails de l'emploi des données ADN dans le domaine médical. Cette démarche à eu lieu suite à la demande de la ministre de la Santé Publique qui souhaite élaborer une politique sur le sujet, politique qu'elle veut conforme aux attentes de la population belge.

Ainsi, les 32 participants du forum ont dû répondre à plusieurs questions : Peut-on partager nos données génétiques ? Avec qui ? Pour q...

Lire la suite

Etablissements belges agréés pour conserver le matériel corporel humain, y compris les embryons

- Génétique

L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé a établi la liste des établissements agréés pour traiter et/ou conserver le « matériel corporel humain », agréments octroyés entre le 1er novembre 2010 et le 30 novembre 2010, en application de la loi du 19 décembre 2008 relative à l'obtention et à l'utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de recherche scientifique. 
Parmi les 28 établissements repris - dont deux firmes privée...

Lire la suite