Prévoir les risques de maladies avant la conception : la Belgique ouvre la voie aux tests préconceptionnels

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 26/07/2019

Auteur / Source : Gènéthique ; RTBF ; Avis n° 9240 du Conseil supérieur de la Santé.

A compter d'octobre 2019, un nouveau dépistage génétique sera proposé aux couples désireux d'avoir un enfant, dans les huit centres de génétique de Belgique. Ce test vise à détecter des maladies génétiques récessives suivant un panel de 1200 maladies, que les futurs parents pourraient potentiellement transmettre à leurs enfants.

Les maladies autosomiques récessives ne se manifestent que lorsque les deux parents de l'enfant lui ont transmis le gène défectueux. « Lorsque les deux futurs parents sont porteurs d'une mutation du même gène et désirent une grossesse ensemble [sic], le risque que leur enfant soit atteint d'une maladie particulière s'élève à 1/4 et si l'enfant naît en bonne santé, le risque qu'il soit porteur est de 2/3 », indique le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) dans un avis de 2017.

Face aux questions éthiques que posent les répercussions de ces tests sur les individus porteurs de mutations, le CSS a recommandé de solliciter l'avis (à ce jour inexistant) du Comité consultatif belge de bioéthique, ainsi que la réalisation d'une étude pilote qui sera donc lancée en octobre.

Le CSS recommande ce test de manière généralisée avant la conception, car selon lui, il « génère moins de détresse émotionnelle que lorsque le test est réalisé en cours de grossesse » … et que donc se pose la question de l'avortement.  Quant au panel de maladies à détecter, son avis est plus nuancé : il estime que « le dépistage génétique doit être réalisé pour des maladies suffisamment graves pour justifier une adaptation des projets en matière de procréation. » Aussi, le CSS préconise-t-il que les couples dont le test s'est avéré positif soient orientés vers un Centre de génétique médicale pour un conseil génétique et un suivi.

Si dans le cadre du projet pilote, le prix du test est estimé à environ 1.400 euros, les chercheurs espèrent constituer un dossier qui permettra à terme d'obtenir son remboursement par l'assurance maladie-invalidité.

Les tests préconceptionnels vont-ils « renforcer l'autonomie des couples en matière de procréation », comme le prétendent le CSS et les meneurs du projet pilote ? Ou au contraire, les charger d'informations anxiogènes quant à leur souhait d'avoir un enfant, au risque de les décourager de devenir parents, ou en les orientant plus systématiquement vers la procréation médicalement assistée pour éviter les risques épinglés par le test ?


Articles similaires

Belgique : 10 millions d’euros pour une nouvelle banque de données ADN

Belgique : 10 millions d’euros pour une nouvelle banque de données ADN

- Génétique

Une plate-forme technologique permettant de cartographier l'ADN complet de dizaines de milliers de citoyens verra le jour prochainement en Belgique. Celle-ci investira 10 millions d'euros dans ce projet porté par un consortium d'instituts de recherche, d'hôpitaux et d'entreprises belges qui signeront prochainement un accord de collaboration. La nouvelle banque de données servira à poser des diagnostics et à évaluer le risque de maladies héréditaires en vue d'une meilleure prévention. Elle doit...

Lire la suite

Belgique : 2 millions d’euros remis par la Fondation Roi Baudouin pour la recherche médicale

Belgique : 2 millions d’euros remis par la Fondation Roi Baudouin pour la recherche médicale

- Génétique

La Fondation Roi Baudouin (FRB) a récemment mis à l'honneur 34 lauréats de ses Fonds médicaux scientifiques. La Fondation a distribué plus de 2 millions d'euros en 2014 pour la recherche dans le domaine de la santé. Le prix De Beys, d'une valeur de 120.000 euros, a été remis à l'occasion de la cérémonie au professeur Eric Salmon, chef de la Clinique de la Mémoire au CHU de Liège. Il a été récompensé pour son approche innovante de la maladie d'Alzheimer et d'autres troubles cognitifs. Sa méthod...

Lire la suite

Belgique : TiGenix obtient un brevet essentiel pour des compositions de cellules souches

Belgique : TiGenix obtient un brevet essentiel pour des compositions de cellules souches

- Génétique

TiGenix NV, une société biopharmaceutique basée à Leuven, spécialisée dans le développement de nouvelles thérapies cellulaires est devenue un leader européen dans ce domaine. L'Office européen des brevets (OEB) vient de lui octroyer le feu vert concernant une composition de cellules souches dérivées de tissus adipeux. Ces cellules souches, dites mésenchymateuses, ont des capacités étonnantes de régénération et de réparation de tissus, mais aussi des capacités immunologiques. Ce sont des cellul...

Lire la suite