Prévoir les risques de maladies avant la conception : la Belgique ouvre la voie aux tests préconceptionnels

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 26/07/2019

Auteur / Source : Gènéthique ; RTBF ; Avis n° 9240 du Conseil supérieur de la Santé.

A compter d'octobre 2019, un nouveau dépistage génétique sera proposé aux couples désireux d'avoir un enfant, dans les huit centres de génétique de Belgique. Ce test vise à détecter des maladies génétiques récessives suivant un panel de 1200 maladies, que les futurs parents pourraient potentiellement transmettre à leurs enfants.

Les maladies autosomiques récessives ne se manifestent que lorsque les deux parents de l'enfant lui ont transmis le gène défectueux. « Lorsque les deux futurs parents sont porteurs d'une mutation du même gène et désirent une grossesse ensemble [sic], le risque que leur enfant soit atteint d'une maladie particulière s'élève à 1/4 et si l'enfant naît en bonne santé, le risque qu'il soit porteur est de 2/3 », indique le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) dans un avis de 2017.

Face aux questions éthiques que posent les répercussions de ces tests sur les individus porteurs de mutations, le CSS a recommandé de solliciter l'avis (à ce jour inexistant) du Comité consultatif belge de bioéthique, ainsi que la réalisation d'une étude pilote qui sera donc lancée en octobre.

Le CSS recommande ce test de manière généralisée avant la conception, car selon lui, il « génère moins de détresse émotionnelle que lorsque le test est réalisé en cours de grossesse » … et que donc se pose la question de l'avortement.  Quant au panel de maladies à détecter, son avis est plus nuancé : il estime que « le dépistage génétique doit être réalisé pour des maladies suffisamment graves pour justifier une adaptation des projets en matière de procréation. » Aussi, le CSS préconise-t-il que les couples dont le test s'est avéré positif soient orientés vers un Centre de génétique médicale pour un conseil génétique et un suivi.

Si dans le cadre du projet pilote, le prix du test est estimé à environ 1.400 euros, les chercheurs espèrent constituer un dossier qui permettra à terme d'obtenir son remboursement par l'assurance maladie-invalidité.

Les tests préconceptionnels vont-ils « renforcer l'autonomie des couples en matière de procréation », comme le prétendent le CSS et les meneurs du projet pilote ? Ou au contraire, les charger d'informations anxiogènes quant à leur souhait d'avoir un enfant, au risque de les décourager de devenir parents, ou en les orientant plus systématiquement vers la procréation médicalement assistée pour éviter les risques épinglés par le test ?


Articles similaires

Analyse ADN facturée 300 euros en Belgique contre seulement 30 euros en Allemagne.

Analyse ADN facturée 300 euros en Belgique contre seulement 30 euros en Allemagne.

- Génétique

Une société de Munich a été choisie pour effectuer l'analyse annuelle d'environ 8.000 échantillons ADN de personnes condamnées par la justice belge. Les laboratoires belges, qui réalisaient jusqu'à présent ces analyses, regrettent qu'elles ne soient plus effectuées dans le pays, indique De Standaard.
Le gouvernement a décidé d'attribuer dès 2014 l'analyse des échantillons ADN des condamnés à la société allemande Eurofins Medigenomix Forensik afin de réaliser des économies. En effet, une analys...

Lire la suite

La recherche et les cellules souches adultes en Belgique

La recherche et les cellules souches adultes en Belgique

- Génétique

La société  TiGenix à Leuven travaille activement sur les cellules souches adultes en vue de la régénérescence du ménisque. Ces cellules souches adultes dérivées du genou sont exploitées pour développer un nouveau produit qui permettrait de réparer les ménisques. Les recherches en sont au stade d'expérimentation animale. Les essais sur l'homme sont prévus début 2011.
TiGenix est une spin-off et une collaboration entre les universités de Gand et de Leuven, le responsable des recherches étant le...

Lire la suite

Faut-il lier les contrats d’assurances à des tests génétiques ?

Faut-il lier les contrats d’assurances à des tests génétiques ?

- Génétique

Au Québec, une loi fédérale qui protégeait efficacement les citoyens contre les discriminations sur la base de tests génétiques, a été jugée invalide par la Cour d'appel du Québec.  Pour cause : en pénalisant ces discriminations, le législateur fédéral a empiété sur les compétences provinciales.

La loi en question du 5 avril 2017 contient l'interdiction pour quiconque d'obliger une personne à subir un test génétique comme condition préalable à la fourniture de biens ou de services et à la con...

Lire la suite