Bébés-OGM en Chine : expérimentation confirmée et autres victimes

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités

Publié le : 24/01/2019

Un rapport d'enquête gouvernementale en Chine a confirmé que les deux jumelles nées en novembre dernier avaient bien été modifiées génétiquement à l'aide de la technique CRISPR-Cas9, par le Dr He Jiankui.

« La sécurité et l'efficacité des technologies qu'il a utilisées ne sont pas fiables et la création de bébés génétiquement modifiés pour la reproduction est interdite par décret national », énonce le rapport. En effet, une loi chinoise de 2003 interdit l'implantation d'embryons modifiés génétiquement et oblige les chercheurs à les détruire au bout de 14 jours. Selon le rapport, le chercheur a « rédigé de faux documents d'éthique pour trouver des volontaires pour la procédure » et levé des fonds privés pour mener ses opérations.   

L'enquête a également confirmé l'existence d'une autre femme enceinte d'un bébé « génétiquement modifié » par le scientifique chinois. Les deux jumelles, cette femme et son enfant « vont être placés sous observation médicale », tandis que le Dr He Jiankui est sous surveillance « dans un appartement de l'Université des sciences et de la technologie du Sud (SUSTech) à Shenzhen ». En attendant, l'enquête des autorités chinoises se poursuit.

La modification génétique de ces embryons a porté sur le gène CCR5, afin de les rendre résistants au virus du sida. A noter que les agissements du scientifique chinois ont été largement condamnés au niveau national, européen (voir Bulletin de l'IEB) et international, en raison de l'hérédité de ces modifications génétiques et des dérives eugénistes que la technique peut entraîner.

Sources : Gènéthique, Journal du Médecin


Articles similaires

Bébés génétiquement modifiés : des spécialistes réclament un moratoire

Bébés génétiquement modifiés : des spécialistes réclament un moratoire

- Génétique

Ce mercredi 13 mars, dans la revue « Nature », un groupe composé de 18 scientifiques et éthiciens de renom réclamait un moratoire international sur l'édition de l'ADN héréditaire de l'homme (gamètes, embryons)  afin d'éviter « de créer des bébés génétiquement modifiés. »

Cette demande fait suite au scandale qui a eu lieu en Chine après la naissance de petites jumelles dont l'ADN a été modifié pour les prémunir contre le SIDA (Voir Bulletin IEB).

Ce moratoire ne s'appliquerait pas dans le cad...

Lire la suite

Prélèvements illicites d’organes en Chine : les accusations persistent

Prélèvements illicites d’organes en Chine : les accusations persistent

- Don d'organes et mort

Contrairement à ce que le gouvernement Chinois annonçait en 2015 (Voir : Chine : fin des prélèvements d'organes sur les prisonniers), il semblerait que la Chine pratique toujours le prélèvement d'organe sur des prisonniers condamnés à mort. Plus encore, cette pratique touche également des prisonniers politiques, dont les organes sont prélevés sans condamnation à mort. Sont visés en particulier les membres de communautés religieuses ciblées par le Parti Communiste Chinois, comme l'explique dans...

Lire la suite

Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

- Don d'organes et mort

Le gouvernement chinois a annoncé la fin du prélèvement d'organes sur les prisonniers dès janvier 2015. Selon les estimations officielles, deux tiers des organes greffés en Chine proviennent de condamnés à mort. Et si ce n'est pas un condamné à mort, c'est en général un prisonnier dans 9 cas sur 10.
Depuis l'entrée en vigueur d'une réglementation de 1984 en Chine, le prélèvement d'organes sur des criminels exécutés était officiellement légal, avec le consentement du condamné ou l'autorisation ...

Lire la suite