« Laissez-nous entrer dans l’histoire » : une campagne grand format pour l'accueil des personnes trisomiques

 Imprimer

Thématique : Maladies et handicaps / Trisomie 21

Actualités

Publié le : 31/03/2021

Auteur / Source : C. du Bus (IEB)

Du 18 au 24 mars dernier, les métros parisiens ont déroulé le tapis rouge en l'honneur des personnes porteuses de trisomie 21, fêtées annuellement le 21 mars. Dans plus de 130 stations, d'imposantes affiches laissaient voir les visages souriants d'enfants porteurs de trisomie dans les tenues de Charlie Chaplin, du Général De Gaulle, d'Edith Piaf, de Napoléon ou encore d'une joueuse de l'équipe de France de football. Ces petits héros lançaient un appel aux voyageurs : "Laissez-nous entrer dans l'histoire !".

La Fondation Jérôme Lejeune, auteur de la campagne, a souhaité par-là rendre « visibles les rêves intimes de ceux qui sont de moins en moins visibles dans notre société ». La Fondation constitue le plus grand centre médical d'Europe spécialisé dans la Trisomie 21 et le premier financeur de la recherche sur ce handicap. Depuis sa création après le décès du Professeur Jérôme Lejeune, découvreur de la trisomie, elle s'attache à défendre la dignité de ces personnes quel que soit leur âge. « Les personnes trisomiques ne sont pas encore entrées dans l'Histoire, au sens où jamais, encore, la société ne leur a fait une véritable place. Leurs naissances se font de plus en plus rares. L'intégration dans le système scolaire pose encore de nombreuses difficultés. La plupart des filières professionnelles ne leur sont pas ouvertes », commente la Fondation.

En effet, des progrès sont nécessaires pour permettre à ces personnes de vivre dans un environnement accueillant et ouvert à leurs ambitions. Comme le rappelle Léopold Vanbellingen, chargé d'étude à l'Institut Européen de Bioéthique, dans une interview diffusée par l'association CLARA le 21 mars, l'élimination des enfants à naître porteurs de trisomie s'est accélérée avec l'apparition des diagnostics prénataux non-invasifs et leur remboursement : "Quand on voit qu'il y a 95% des dépistages de la trisomie qui vont déboucher sur un avortement, on peut se poser la question de savoir s'il n'y a pas une pression sociale, implicite ou explicite par rapport à l'avortement de cet enfant chez qui on a dépisté une trisomie." Une récente étude montrait d'ailleurs que pour 42 naissances d'enfants porteurs de trisomie 21 en 2014 en Flandre, il n'y en avait plus que 28 naissances en 2018, ainsi qu'en 2019. (Voir Bulletin IEB)

Interrogé sur les objectifs de la campagne, le secrétaire général de la Fondation Lejeune, Nicolas Sévilla intervient avec deux jeunes porteurs de trisomie. Il invite à voir la beauté qui se cache chez ces personnes : "Elles sont belles avec leur spécificités, elles ont une beauté intérieure, une tendresse."

En Belgique, l'association Emmanuel Adoption oeuvre depuis plus de 30 ans à faciliter l'accueil des enfants porteurs de handicaps par le biais de l'adoption. La trisomie 21 est l'une des particularités pour laquelle l'association est d'un grand secours tant auprès des parents qui souhaitent donner leur enfant à l'adoption, qu'auprès des parents adoptifs et de l'enfant lui-même, au moment de la naissance mais aussi grâce à un suivi continu.

Pour en savoir plus sur l'association Emmanuel Adoption : https://rcf.fr/actualite/jean-michel-charlier-l-association-emmanuel-adoption


Articles similaires

Belgique : manquements à l’égard des personnes handicapées

Belgique : manquements à l’égard des personnes handicapées

- Trisomie 21

Suite à sa visite en Belgique du 14 au 18 septembre 2015, Niels Muiznieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe a interpellé la Belgique pour ses manquements au respect du droit des personnes en situation de handicap.
Ce sont particulièrement les droits à l'autonomie et à l'inclusion dans la société qui semblent être négligés par l'Etat belge. Trop de personnes handicapées se retrouvent cloisonnées dans des établissements spécifiques, quand il suffirait d'un aménagement de ...

Lire la suite

Pays-Bas : faut-il une nouvelle loi pour le suicide assisté des personnes âgées ?

Pays-Bas : faut-il une nouvelle loi pour le suicide assisté des personnes âgées ?

- Euthanasie et suicide assisté

« Pour des raisons pratiques et aussi de principe, une loi autorisant l'aide au suicide pour les personnes âgées qui souhaitent terminer leur vie, n'est absolument pas souhaitable ». C'est ce qu'affirme en substance le communiqué de la Société royale néerlandaise des médecins (KNMG), qui regroupe plus de 59.000 praticiens aux Pays-Bas.

Récemment, les deux ministres sortants, de la Santé et de la Justice, avaient communiqué en sens contraire dans une lettre envoyée au Parlement. Ils y suggérai...

Lire la suite

Euthanasie : en 10 ans, 382 personnes ont retiré leur déclaration anticipée

Euthanasie : en 10 ans, 382 personnes ont retiré leur déclaration anticipée

- Euthanasie et suicide assisté

Ils avaient déposé auprès de leur administration communale, une demande pour être euthanasiés s'ils sombraient dans un état d'inconscience irréversible ou de coma. Mais, ils sont 382 citoyens (98 en 2016 et 2017) à avoir changé d'avis, et à avoir retiré et détruit ce document. C'est l'information publiée par la presse néerlandophone et confirmée par le SPF Santé publique.

L'article 4 de la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie permet à toute personne adulte de rédiger de manière anticipé...

Lire la suite