Quel espoir donnons-nous à ceux qui souffrent ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Royaume-Uni Royaume-Uni

Publié le : 06/02/2020

Nous devrions donner de l'espoir à ces personnes'', a rétorqué le député Ian Paisley aux parlementaires britanniques promoteurs de la légalisation du suicide assisté, fin janvier à Westminster Hall.

En Grande-Bretagne, l'interdiction légale de provoquer la mort a été récemment remise en cause au Parlement de Westminster. La députée Christine Jardine a notamment demandé qu'une enquête gouvernementale soit effectuée sur la législation en vigueur. Certains représentants politiques considèrent en effet que cette loi “n'est plus d'actualité et ni au service des personnes malades”.

Cette poussée a entraîné la réaction d'un groupe de députés, en particulier de Ian Paisley, membre du Parlement du Nord d'Antrim (Irlande du Nord). Selon lui, plutôt que de débattre ‘'pour savoir à quel moment tuer une personne malade'', le travail parlementaire devrait se concentrer sur les mesures à prendre pour donner de l'espoir aux personnes qui ne voient pas d'issue à leur souffrance. Il a ainsi rappelé qu'il fallait se demander avant tout quels soins palliatifs et quel soutien peuvent être apportés à ces personnes qui en ont le plus besoin. 

Actuellement, la législation anglaise condamne pénalement l'euthanasie et le suicide assisté. Cette interdiction fut cependant affaiblie de deux manières. Premièrement, dans un arrêt de 2018, la Cour suprême a admis que l'alimentation d'un patient qui se trouve dans un état végétatif soit interrompue si la famille de ce dernier et les médecins sont d'accord, et cela sans l'aval d'un juge (condition précédemment requise).

Deuxièmement et depuis l'affaire Pretty, les personnes qui aident leurs proches à mourir ne sont pas automatiquement poursuivies, si elles le font par compassion et si l'intention de ce dernier a été clairement exprimée.


Articles similaires

Vers le suicide assisté dans les prisons suisses : autodétermination ou désespoir ?

Vers le suicide assisté dans les prisons suisses : autodétermination ou désespoir ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le Suisse Peter Vogt, condamné à la prison à perpétuité pour de multiples agressions sexuelles, a fait appel en juillet 2018 à Exit, une organisation d'aide au suicide. Interné depuis 25 ans, il souffre de graves troubles psychiques en sus de problèmes au coeur et aux reins. Or, ces maux ne constituent manifestement pas le mobile principal de sa demande de suicide, mais bien le désespoir de rester emprisonné dans de telles circonstances : "C'est naturel de préférer se suicider plutôt que d'êtr...

Lire la suite

GPA : des espoirs nationaux confortés par la Conférence de La Haye

GPA : des espoirs nationaux confortés par la Conférence de La Haye

- Gestation pour autrui

C'est une loi en vigueur depuis 30 ans que la députée allemande Katrin Helling Plahr (FDP) a l'intention de faire évoluer pour lever l'interdit du don d'ovules et de la gestation pour autrui dans son pays. « Tout ceux qui veulent prendre la responsabilité d'avoir un enfant méritent qu'on soutienne leur désir d'en avoir », a-t-elle affirmé, appelant à ne plus distinguer la structure familiale traditionnelle des autres « modèles familiaux » dans l'accueil d'un enfant. Cela impliquerait, si l'on ...

Lire la suite

Le premier Atlas mondial répertorie les besoins non satisfaits en soins palliatifs

Le premier Atlas mondial répertorie les besoins non satisfaits en soins palliatifs

- Soins palliatifs

À l'heure actuelle, une personne sur 10 seulement ayant besoin de soins palliatifs en bénéficie. Ces besoins non satisfaits ont été cartographiés pour la première fois dans le Global Atlas of Palliative Care at the End of Life (Atlas mondial des soins palliatifs en fin de vie), publié conjointement par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'Alliance mondiale pour les soins palliatifs (WPCA).
Près du tiers des personnes qui ont besoin de soins palliatifs souffrent du cancer. Les autres ...

Lire la suite