Les soins palliatifs sous le feu des projecteurs

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique

Publié le : 05/12/2018

Depuis quelques jours, les soins palliatifs sont à l'honneur en Belgique : les critères d'identification du patient palliatifs ont été revus de manière à élargir l'accès aux soins palliatifs, les parlements reçoivent différents experts qui dressent un bilan des besoins urgents, un budget de plus de 6 millions d'euros est dédié à la mise en place de l'Advance Care Planning, une grande campagne pour sensibiliser soignants et citoyens au vrai visage des soins palliatifs est au programme.

Le16 octobre dernier, le Parlement a auditionné des experts pour commenter le Rapport 2017 sur les soins palliatifs. (Voir ici la synthèse du rapport) Ceux-ci ont pointé des besoins urgents auxquels font face les équipes palliatives et les patients qui nécessitent un accompagnement palliatif adapté et plus précoce : développement de structures de Middle Care, augmentation du nombre de lits en unités de soins palliatifs, risque de pénurie de médecins dans le domaine et problème de rémunération de ceux-ci, besoin de formations reconnues en soins palliatifs, équipes de soins palliatifs à domicile débordées, forfait palliatif demandé trop tard,… (Voy. la synthèse de l'audition ici)

En parallèle, ce jeudi 6 décembre 2018, au sein du Parlement francophone bruxellois, la Fédération Bruxelloise Pluraliste de Soins Palliatifs et Continus (FBSP) interpelle les pouvoirs publics au sujet des soins palliatifs pédiatriques. « Médecins, infirmiers, chercheurs, enseignants, directeurs d'associations ou d'institutions… prôneront ensemble une meilleure approche des soins palliatifs chez l'enfant et soulèveront divers points à améliorer pour les rendre plus accessibles et mieux intégrés dans l'offre de soins actuels. » La Fédération demande d'informer sur ce que sont concrètement les soins palliatifs pédiatriques (SPP), de renforcer les moyens financiers pour les équipes de liaisons pédiatriques actuelles, de former systématiquement en SPP tous les acteurs en pédiatrie, de soutenir davantage les structures extra-hospitalières et de répit et d'inclure des heures de cours obligatoires sur le sujet dans les cursus de médecine et soins infirmiers…

Quelles mesures seront prises par nos dirigeants pour prévenir de futures difficultés liées au besoin croissant de soins et d'accompagnement en fin de vie, pour les enfants autant que pour le grand âge ? Les résultats seront-ils à la mesure des demandes qui se font de plus en plus pressantes ?

Source : Palliabru


Articles similaires

Il y a moyen de rire en soins palliatifs !

Il y a moyen de rire en soins palliatifs !

- Soins palliatifs

L'équipe de soins palliatifs de l'hôpital de La Châtaigneraie (France, en Vendée) a tourné un clip vidéo publiée sur leur page Facebook. Elle a été projetée lors de la journée régionale des soins palliatifs, le 23 mai, à Angers.

Durant six minutes, la vidéo nous emmène, avec humour, dans l'environnement des soignants, des couloirs de l'hôpital à la salle de pause, aux chambres des patients à la distribution des repas.

" Notre quotidien, ce sont les appareils de soins, les patients que l'on r...

Lire la suite

Plutôt que l’euthanasie, le Parlement finlandais désire une amélioration des soins palliatifs

- Soins palliatifs

Le Parlement finlandais a rejeté le projet de légalisation de l'euthanasie, proposé par un député du parti de droite « Rassemblement national » suite à une initiative populaire lancée en la matière. La commission parlementaire des Affaires sociales et de la Santé a proposé plutôt la création d'un groupe de travail national pour améliorer la législation des soins palliatifs. Le Parlement, qui a rejeté le projet de loi à 128 voix contre 60, soutient la proposition de la commission.

En Finlande,...

Lire la suite

Canada : un appel à projets pour développer et innover en soins palliatifs

Canada : un appel à projets pour développer et innover en soins palliatifs

- Soins palliatifs

Près de 70 % des quelque 220.000 Canadiens qui décèdent chaque année n'ont pas accès à des soins palliatifs. De plus, pour bon nombre d'entre eux, la prestation de ces services ou l'aiguillage vers les soins palliatifs n'a lieu que dans les dernières semaines de vie. La culture palliative n'est donc pas encore diffusée auprès des citoyens canadiens alors que le gouvernement tend à promouvoir l'aide médicale à mourir (Suicide assisté et euthanasie).

C'est pourquoi, il est urgent d'améliorer l'...

Lire la suite