Former tous les médecins à la pratique des soins palliatifs : une urgence selon l’ARMB

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique

Publié le : 23/08/2017

Dans un récent avis , l'Académie Royale de Médecine de Belgique (ARMB) pose le constat : il est urgent de mettre en place des structures pour éduquer et former les médecins belges à la prise en charge palliative de leurs patients.
En effet, rares sont ceux qui ont suivi un cursus cohérent et valable pour accompagner des patients atteints de maladies chroniques et des personnes âgées ou en fin de vie. L'ARMB parle d'« hétérogénéité » de l'enseignement en matière de soins palliatifs « que ce soit en termes de volume, de contenu, ou de continuité durant le curriculum et au niveau de la structuration du curriculum. L'enseignement consiste avant tout en des cours magistraux. Il est rare qu'il y ait contact direct avec des soins palliatifs, comme par exemple au lit de patients en fin de vie. Il n'y a pas de garantie structurelle d'une formation pratique en soins palliatifs pour chaque étudiant, avec un nombre d'heures minimal de formation. »
Rappelant les suggestions de l'étude PICT (Bulletin de l'IEB), l'ARMB souligne que « La mise en place d'un traitement palliatif devrait se faire indépendamment du type de maladie, de l'âge, ou de la modalité de la prise en charge, que ce soit à domicile ou en hospitalisation. »
En 2017, en Belgique ce sont plus de 20.000 patients qui devraient avoir accès à des soins palliatifs. De par le vieillissement de la population conjugué à l'efficacité de la médecine pour des affections aiguës résultant en un allongement de la durée de vie, ce chiffre ne fera qu'augmenter, et le monde des soignants risque de ne pas être à la hauteur.
Le document de l'ARMB pose des jalons de l'approche palliative qui devrait « être une des notions de base pour chaque clinicien qui travaille dans un hôpital, et aussi pour les acteurs de soins de première ligne. Beaucoup de patients avec des affections progressives avancées devraient pouvoir être traités sans avoir recours à un service spécialisé en soins palliatifs, ni à un soignant spécialisé dans ce domaine. »
L'ARMB reprend dans son intégralité la définition des soins palliatifs de l'OMS : les soins palliatifs « visent le soulagement de la douleur et des souffrances relatées aux autres symptômes affligeants affirment la valeur de la vie, tout en considérant la mort comme un processus normal et n'ont pas comme objectif de hâter ni de postposer la mort (NDLR. excluant ainsi tout acte d'euthanasie). »
Toutefois, lorsque l'ARMB énumère les tâches cliniques auxquelles seront appelés les médecins, elle inclut l'euthanasie comme l'un des « aspects cliniques » devant faire partie de la formation des futurs médecins.

L'ARMB diverge ainsi fondamentalement de la définition publiée par l'OMS sur l'intégration des soins palliatifs dans les systèmes de santé.

Infographie OMS soins palliatifs  -  Source : Avis de l'ARMB 
 


Articles similaires

Il y a moyen de rire en soins palliatifs !

Il y a moyen de rire en soins palliatifs !

- Soins palliatifs

L'équipe de soins palliatifs de l'hôpital de La Châtaigneraie (France, en Vendée) a tourné un clip vidéo publiée sur leur page Facebook. Elle a été projetée lors de la journée régionale des soins palliatifs, le 23 mai, à Angers.

Durant six minutes, la vidéo nous emmène, avec humour, dans l'environnement des soignants, des couloirs de l'hôpital à la salle de pause, aux chambres des patients à la distribution des repas.

" Notre quotidien, ce sont les appareils de soins, les patients que l'on r...

Lire la suite

Trop tard aux soins palliatifs

Trop tard aux soins palliatifs

- Soins palliatifs

Les personnes atteintes de maladies incurables sont souvent transférées trop tard en soins palliatifs, selon une enquête basée sur les données de 2 400 patients belges, ont indiqué mardi la Vrije Universiteit Brussel et l'Université de Gand.
Le transfert vers les soins palliatifs arrive plus souvent pour les personnes atteintes d'un cancer (63 %) que pour celles atteintes de démence (37 %), d'insuffisance cardiaque (34 %) ou de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) (20 %). "Beauco...

Lire la suite

Un hiver démographique s’installe, le monde aura besoin de largement plus de soins palliatifs.

Un hiver démographique s’installe, le monde aura besoin de largement plus de soins palliatifs.

- Soins palliatifs

D'après un rapport réalisé par la BMC Medicine, environ 75% des personnes en fin de vie devraient bénéficier de soins palliatifs. D'ici 2040, les services de santé britanniques devront faire face à une augmentation de 42% des demandes en soins palliatifs, soit 160.000 patients par an, atteints notamment de démence ou d'un cancer. Cette situation se retrouvera dans beaucoup d'autres pays développés. Mais, ceux-ci ne sont pas préparés à cette « vague grise ».

C'est pourquoi, les services de san...

Lire la suite