Belgique : Le Conseil supérieur de la santé pour une prise en charge intégrale des patients déments

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique

Publié le : 12/04/2016

Le 7 avril 2016, le Conseil Supérieur de la Santé de Belgique a publié un rapport sur le diagnostic de la démence, la gestion du comportement du patient et les questions éthiques soulevées par cette maladie.

S'appuyant sur un rapport émis par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) de 2012, ce document rappelle que la démence, problème multifactoriel, va s'accroître dans nos sociétés au cours des prochaines années. L'OMS estime que le nombre de cas de démence aura triplé d'ici 2050. L'accroissement de ces situations est le corollaire de l'augmentation de l'espérance de vie et des progrès fulgurants de la médecine ces dernières décennies. Ainsi la démence devient une problématique primordiale de santé publique

Le Conseil supérieur de la santé déplore que les cas de démence, dont la maladie d'Alzheimer, soient bien souvent décelés beaucoup trop tard, du fait que les médecins manquent de formation aux premiers symptômes de ces maladies. S'il n'existe actuellement aucun remède à la démence, le diagnostic posé à temps permet aux médecins, à la famille et aux proches d'en limiter les effets.

Le Conseil Supérieur de la santé prône en effet  une prise en charge globale de la personne démente et s'oppose à toute forme d'euthanasie  même si les patients concernés avaient auparavant effectué une déclaration anticipée d'euthanasie. En effet, la démence n'est pas comprise dans la loi dépénalisant l'euthanasie. Pour le Conseil supérieur de la santé, le fait qu'une personne soit en état de démence ne diminue en rien sa dignité ni sa valeur. Il faut tout autant tenir compte de sa situation actuelle, même dégradée, que de la précédente où elle jouissait de tous ses moyens. Le Conseil supérieur de la santé refuse de se limiter  à une vision de la personne rationnelle et autonome : l'être humain est à considérer dans sa dimension intégrale, comprenant ses relations avec les autres, ses expériences de vie actuelles et ses ressentis.

Source: ICI


Articles similaires

Elargir l’accès aux soins palliatifs selon le Conseil de l'Europe

Elargir l’accès aux soins palliatifs selon le Conseil de l'Europe

- Soins palliatifs

La Commission des questions sociales, de la santé et de développement durable du Conseil de l'Europe a adopté le 18 septembre une résolution sur l'offre des soins palliatifs en Europe. Le texte réitère une demande faite en 2009 aux Etats membres d'élargir l'accès aux soins palliatifs.

La Commission reconnaît que les soins palliatifs sont fondamentaux pour la dignité humaine et constituent une composante du droit humain à la santé. Elle appelle par conséquent les Etats membres à reconnaître le...

Lire la suite

Belgique : à l’hôpital, un patient vulnérable sur cinq nécessiterait des soins palliatifs

Belgique : à l’hôpital, un patient vulnérable sur cinq nécessiterait des soins palliatifs

- Soins palliatifs

A la demande du Service Public Fédéral Santé publique, le Dr Marianne Desmedt, professeur à l'Université Catholique de Louvain (UCL), a dirigé une étude menée par les cliniques universitaires Saint Luc à partir de l'outil britannique d'identification du patient palliatif en vue de lui attribuer un statut spécifique et différencié, lié à la sévérité des besoins (le PICT). 

L'analyse a été effectuée sur l'état de santé de 123.682 Belges en situation de vulnérabilité sur le plan médical, suivis ...

Lire la suite

Le sous-financement des soins palliatifs dans certaines régions en Belgique

Le sous-financement des soins palliatifs dans certaines régions en Belgique

- Soins palliatifs

La province de Luxembourg compte actuellement deux centres de soins palliatifs pour un total de 12 lits. C'est vraiment trop peu pour répondre à toutes les demandes, alors que la loi prévoit que chaque citoyen se trouvant confronté à une maladie grave a droit aux soins palliatifs.

"Très souvent, quand on leur annonce qu'il n'y a plus de traitement, les patients souhaitent rentrer chez eux. Or les familles n'ont pas toujours les moyens de s'en occuper", constate Marie-Bernadette Mossay, infir...

Lire la suite