Belgique : à l’hôpital, un patient vulnérable sur cinq nécessiterait des soins palliatifs

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique

Publié le : 20/04/2016

A la demande du Service Public Fédéral Santé publique, le Dr Marianne Desmedt, professeur à l'Université Catholique de Louvain (UCL), a dirigé une étude menée par les cliniques universitaires Saint Luc à partir de l'outil britannique d'identification du patient palliatif en vue de lui attribuer un statut spécifique et différencié, lié à la sévérité des besoins (le PICT). 

L'analyse a été effectuée sur l'état de santé de 123.682 Belges en situation de vulnérabilité sur le plan médical, suivis soit à l'hôpital, soit en centre de soins, soit par un médecin de famille.

Ce rapport étudie les besoins en soins palliatifs des patients, indépendamment de leur espérance de vie et du service hospitalier dans lequel ils sont pris en charge. En effet, 19% des personnes hospitalisées en Belgique, et qui ne sont pas forcément en fin de vie, pourraient utilement profiter de soins palliatifs au sens large. Les conclusions révèlent qu'un patient sur cinq a besoin de soins palliatifs à l'hôpital, de même que 13% des patients des centres de soins et 4% des patients  suivis par leur médecin de famille.

L'évaluation de l'état du patient par rapport à ses besoins est essentielle : un patient mourant mais non perçu comme tel par son médecin, ne bénéficiera pas du support des soins palliatifs. De même, il arrive que des traitements menant à une forme d'acharnement thérapeutique, empêchent encore aujourd'hui le patient d'être déclaré « patient palliatif ».

Comme déjà évoqué récemment, les conclusions de ce rapport proposent d'étendre le statut de « patient palliatif » afin de mieux répondre aux besoins des malades.

Source : Belga


Articles similaires

Journée mondiale des soins palliatifs : demande croissante de ressources en Europe

Journée mondiale des soins palliatifs : demande croissante de ressources en Europe

- Soins palliatifs

A l'occasion de la Journée mondiale des soins palliatifs, de nombreux colloques ont mis en avant le bienfondé de ces soins, et leur nécessité dans le cadre de la fin de vie et/ou de maladie grave et incurable. Selon la définition de l'OMS de 2002, « les soins palliatifs cherchent à améliorer la qualité de vie des patients et de leur famille, face aux conséquences d'une maladie potentiellement mortelle, par la prévention et le soulagement de la souffrance, identifiée précocement et évaluée avec...

Lire la suite

Les soins palliatifs manquent de bénévoles

Les soins palliatifs manquent de bénévoles

- Soins palliatifs

Une étude publiée par le groupe de recherche interuniversitaire sur la fin de vie (VUB et UGent) affirme qu'il devient de plus en plus difficile de trouver des bénévoles pour les services de soins palliatifs en Belgique.

Ceux qui s'engagent se voient accorder le plus souvent un rôle psychosocial et existentiel. Ils sont en effet souvent sollicités pour écouter, bavarder, tisser du lien avec le patient et sa famille, assurer une présence et un relais entre les patients et les soignants qui n'...

Lire la suite

Soins palliatifs en promotion sociale

Soins palliatifs en promotion sociale

- Soins palliatifs

Une convention structure des unités de formation pour pros et volontaires. Elle a pour but officiel d'améliorer la diffusion de l'information et des pratiques en matière de soins en fin de vie, auprès des acteurs tant institutionnels que du domicile, tant en faveur des volontaires que des professionnels (où l'on songe d'abord, mais pas seulement, aux aides-soignants et aides familiales).
Concrètement, les prestations s'articuleront autour de dossiers pédagogiques. Deux ont déjà été bouclés et ...

Lire la suite