Vers l’euthanasie des personnes démentes sans leur consentement verbal ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 19/12/2019

Auteur / Source : L. Vanbellingen

Dans un avis adressé à la Cour suprême, le procureur général des Pays-Bas considère que le consentement verbal du patient au moment de l'euthanasie n'est pas indispensable, dans le cas où il est atteint de démence et a rempli antérieurement une déclaration anticipée relative à l'euthanasie.

Cet avis s'inscrit dans le cadre de l'affaire dite de la « koffie-euthanasie » (euthanasie-café), nommée ainsi du fait de l'administration d'un sédatif, par le médécin, dans la tasse de la personne atteinte de démence, afin de pouvoir l'euthanasier. Cette dernière avait certes préalablement déclaré par écrit vouloir l'euthanasie, mais « à sa demande » et « quand elle estimerait que le moment était venu ». Malgré ces précisions et l'attitude confuse de la patiente, le médecin n'avait pas jugé nécessaire de requérir son consentement pour procéder à l'euthanasie. Le médecin et la famille avaient d'ailleurs été amenés à retenir de force la patiente, celle-ci se débattant au moment de la mise sous intraveineuse et de l'injection de la substance létale.

Contre l'avis du bureau disciplinaire des soins de santé, de la Commission de contrôle régionale de l'euthanasie, mais aussi du Ministère public, le Tribunal de La Haye avait considéré, en septembre dernier (cfr. News IEB), que le médecin avait respecté les précautions légales pour cette euthanasie.

Le Procureur général des Pays-Bas considère toutefois que ce jugement d'acquittement n'est pas suffisamment clair. En déposant ce « pourvoi dans l'intérêt de la loi » - sans incidence sur l'acquittement du médecin –, celui-ci souhaite voir affirmé clairement, par la Cour suprême des Pays-Bas, que le consentement verbal des personnes atteintes de démence n'est pas nécessairement requis au moment de l'euthanasie. Dans son avis, le Procureur général soutient que, dans le cas des personnes démentes « qui ne peuvent plus construire ni exprimer leur volonté de manière cohérente », « la déclaration anticipée peut acquérir le même statut que la demande orale ». Il incombe dès lors à la personne de rédiger sa déclaration anticipée « le plus clairement possible, quant aux circonstances pour lesquels le souhait de mourir est exprimé ».

Le Procureur général insiste sur la nécessité, pour les juges, de reconnaître une « large marge d'appréciation » au médecin en la matière. Toutefois, « il ne peut exister de contre-indications (tels que des signes clairs que le patient ne souhaite pas d'euthanasie) » ; il appartient d'ailleurs au médecin de « s'en assurer attentivement ». Ce dernier point constitue précisément l'enjeu principal de l'affaire en l'espèce.

En Belgique, la loi prévoit clairement que la déclaration anticipée relative à l'euthanasie n'est pas valable en cas de démence mais seulement dans le cas des personnes plongées de manière accidentelle et irréversible dans un état d'inconscience. Une proposition de loi (cfr. News IEB) a récemment été déposée pour élargir le champ d'application de la déclaration anticipée aux cas de démence.

La perspective d'un tel élargissement de la loi soulève pourtant de sérieuses questions. Outre l'enjeu lié à la validité du consentement du patient, c'est aussi l'idée d'une démence nécessairement synonyme de souffrance qui est questionnée.

L'arrêt de la Cour suprême est attendu pour le printemps 2020. Il s'agira du premier arrêt rendu par la Cour suprême au sujet de l'interprétation de la loi néerlandaise de 2002 relative à l'euthanasie.

Sources: rechtspraak.nl - medischconctact.nl

Pour aller plus loin :
News IEB 11/9/19 - La justice néerlandaise acquitte un médecin poursuivi pour meurtre
Flash expert IEB - L'euthanasie pour les personnes démentes : éléments de réflexion


Articles similaires

Pays-Bas : pas de « droit » à l’euthanasie, rappellent les médecins

Pays-Bas : pas de « droit » à l’euthanasie, rappellent les médecins

- Euthanasie et suicide assisté

Agnes Wolbert, ancienne députée, est depuis le 1er juin la nouvelle directrice de l'association pour une fin de vie librement choisie (Nederlandse Vereniging voor een Vrijwillige levensEinde (NVVE). Ce mouvement compte aujourd'hui près de 167.000 membres.
Dans un entretien avec le journal NRC, Agnes Wolbert reproche aux médecins de famille de ne pas pratiquer plus d'euthanasies. Elle estime que certains praticiens répugnent à provoquer la mort de leur patient et surtout, n'osent pas prendre de...

Lire la suite

Pays-Bas : les médecins face à la pratique de l’euthanasie

Pays-Bas : les médecins face à la pratique de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Parallèlement au rapport émis par les Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie au Pays-Bas, une enquête sur l'euthanasie a été menée auprès de 500 médecins par la Fédération médicale néerlandaise (KNMG).
Cette enquête permet de mettre en exergue le ressenti et l'expérience des acteurs de l'euthanasie. Alors que le rapport des Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie témoigne d'une hausse conséquente des cas d'euthanasies déclarées depuis quelques années, les médecins dénonc...

Lire la suite

Québec : plus besoin d’être en fin de vie pour obtenir l’euthanasie

Québec : plus besoin d’être en fin de vie pour obtenir l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

C'est la demande d'aide au suicide de deux personnes malades qui a eu, mercredi dernier, une incidence majeure sur la loi québécoise concernant les soins de fin de vie.

En effet, par une décision de la Cour supérieure du Québec, la juge Christine Baudouin a donné raison à Jean Truchon et Nicole Gladu pour obtenir l'aide médicale à mourir (euthanasie ou assistance au suicide). Tous deux souffrent de maladies dégénératives qui les limitent fortement dans leurs mouvements et dans leur communicat...

Lire la suite