Pourquoi le nombre d’euthanasies augmente-t-il aux Pays-Bas ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 09/07/2019

Auteur / Source : www.nivel.nl (3/7/2019)

La forte augmentation du nombre d'euthanasies aux Pays-Bas résulte d'un concours de circonstances : une acceptation croissante de l'euthanasie par la population, une plus grande disposition des médecins à rediriger les patients qui demandent l'euthanasie vers des confrères qui la pratiquent, un vieillissement de la population et une évolution dans les causes de décès.

De 2002 à 2017, le nombre d'euthanasies enregistrées aux Pays-Bas est passé de moins de 2000 à plus de 6500. (Voir le tableau illustrant cette évolution ICI.) Selon l'institut de recherche sur les soins de santé Nivel, situé aux Pays-Bas, cette évolution résulte de plusieurs facteurs. Alors que déjà 82% de la population se disait favorable à l'euthanasie, ce taux d'acceptation a atteint 95% en 2016.

D'autre part, les médecins traitants qui ne souhaitent pas pratiquer une euthanasie sont de plus en plus enclins à renvoyer les patients qui en font la demande vers la Levenseindekliniek (Clinique de fin de vie), entièrement dédiée à la pratique de l'euthanasie. Les accords de coopération entre différents groupes de médecins favorisent également ces transferts et permettent in fine de voir davantage de demandes d'euthanasies satisfaites. Il s'est donc mis en place, aux Pays-Bas, une véritable « organisation » de l'offre et de la demande d'euthanasie.

C'est aussi le vieillissement de la population dans les 15 dernières années et une plus forte propension de ce groupe à demander l'euthanasie qui explique de tels résultats. Sans compter l'augmentation du nombre de décès suite à un cancer (40.000 en 2003, contre plus de 45.000 en 2017), parallèlement à la diminution du nombre de décès suite à une maladie cardio-vasculaire. Or, le cancer constitue plus souvent une raison pour demander et obtenir l'euthanasie qu'une maladie cardio-vasculaire.


Articles similaires

Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

- Euthanasie et suicide assisté

À la suite de l'instauration du "Protocole de Groningen", qui permet depuis 2007 à un médecin d'euthanasier un bébé porteur d'un handicap, le comité national de suivi s'étonne du fait que, jusqu'à présent, un seul cas ait été rapporté. En effet, dans ses estimations, le comité avait tablé sur 15 à 20 cas annuels. Comment expliquer cet écart ? Les médecins néerlandais préfèrent-ils taire les cas d'euthanasie de nouveau-nés ?    

Dans son dernier numéro, le Journal of Medical Ethics (2010, n°36...

Lire la suite

Pays-Bas : 4 nouvelles euthanasies sous enquête pénale

Pays-Bas : 4 nouvelles euthanasies sous enquête pénale

- Euthanasie et suicide assisté

En 2017, les Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie néerlandaises (RTE) ont jugé 12 cas (sur les 6.585 déclarés) non-conformes aux exigences de la loi de 2002. 10 dossiers ont déjà été examinés par le Ministère Public, et sur ceux-ci, 4 font désormais l'objet d'une enquête pénale.

Deux des 4 euthanasies sous enquête ont été pratiquées par un même médecin gériatre, de la « Levenseindekliniek ». Il a euthanasié une personne atteinte d'Alzheimer sur base de sa déclaration anticipée, ...

Lire la suite

Les citoyens s'expriment  sur Euthanasiestop.be

Les citoyens s'expriment sur Euthanasiestop.be

- Euthanasie et suicide assisté

Un cap est franchi pour le site euthanasiestop.be lancé il y a six mois, au moment où s'ouvrait le dossier relatif à l'extension de la loi euthanasie en Belgique. Ce sont aujourd'hui près de 300 visiteurs uniques qui, quotidiennement,  interrogent le site.  Médecins, professeurs et personnalités belges dont les noms figurent sur le site sont les initiateurs de ce projet. Ils se réjouissent de voir leurs concitoyens réagir, s'exprimer, et rédiger leurs opinions.
Euthanasiestop.be se présente co...

Lire la suite