Pays-Bas : l'euthanasie pour les enfants de moins de 12 ans ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 22/06/2015

La loi néerlandaise autorise sous certaines conditions l'euthanasie pour les mineurs à partir de 12 ans. Entre 2002 et 2012, on compte cinq cas d'euthanasies de mineurs aux Pays-Bas, une pour un enfant de 12 ans, et quatre pour des enfants de 16/17 ans.
Mais l'Association néerlandaise des pédiatres réclame l'élargissement de cette pratique sans limite d'âge. Invoquant le droit pour les enfants de moins de 12 ans de mourir « humainement », ces médecins considèrent, par la voix notamment du professeur Eduard Verhagen, que la limitation de l'accès à l'euthanasie selon un critère d'âge est discriminatoire, dans la mesure où ces enfants sont dans les mêmes conditions extrêmes, endurant des souffrances intolérables et incurables, les menant de façon proche et certaine à la mort.
Faisant référence à l'exemple de la Belgique, où la loi dépénalisant l'euthanasie des enfants sans limite d'âge a été votée en 2014, le professeur Verhagen et d'autres pédiatres estiment que tous les enfants sont capables de comprendre leur situation et aptes à demander librement la mort.
Le même professeur Verhagen est l'auteur du Protocole de Groningen (Dossier de l'IEB). En dehors de tout cadre légal, ce protocole prévoit dans certains cas de provoquer la mort de nouveau-nés viables, mais dont la qualité de vie serait jugée trop pauvre.
Estimant avoir les outils pour les cas d'enfants âgés de moins d'un an et de plus de 12 ans, le professeur Verhagen plaide pour étendre la dépénalisation de l'euthanasie sans limite d'âge, prévoyant même que, dans les cas où l'enfant serait incapable d'exprimer sa volonté, les médecins puissent agir à la demande des parents et sur avis d'une commission médicale.
Cette prise de position est loin d'être unanime. Les associations de parents et de médecins s'inquiètent d'une dérive qui consisterait à tuer un enfant, trop jeune pour comprendre ce qui lui arrive, au motif que sa vie ne présente pas d'espoir selon ses parents et ses médecins. Ils rappellent l'importance primordiale du fait que, dans tous les cas, la demande d'euthanasie doit obligatoirement émaner de la personne en souffrance, sur base d'un consentement libre et éclairé.
Source : Le Point
 


Articles similaires

Consensus over euthanasie bij minderjarigen

Consensus over euthanasie bij minderjarigen

- Euthanasie et suicide assisté

De Senaat keurt waarschijnlijk volgende woensdag het compromis goed van socialisten, liberalen en Vlaams-nationalisten over euthanasie voor minderjarigen. Dat zal het mogelijk maken voor minderjarigen om euthanasie te vragen. Jongeren of kinderen die terminaal fysiek lijden, zullen dan euthanasie kunnen krijgen. Een multidisciplinair team van minstens twee artsen, eventueel ook een kinderpsychiater of -psycholoog en verpleegkundigen zal moeten oordelen of zij matuur genoeg zijn om over hun...

Lire la suite

Belgique : plus de 2000 euthanasies déclarées en 2015

Belgique : plus de 2000 euthanasies déclarées en 2015

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une interview donnée à la presse et publiée par RTBF.be et DH.be, le Professeur Wim Distelmans, président de la Commission de contrôle de l'euthanasie en Belgique donne en avant-première, en son nom propre et sans que le Rapport officiel ne soit encore disponible, quelques éléments sur la situation de l'euthanasie en Belgique pour 2014 et 2015.
On y apprend en particulier que le nombre d'euthanasies déclarées est en constante augmentation et a passé la barre des 2000 cas en 2015 (1924 cas...

Lire la suite

Euthanasie en orgaandonatie in België

- Euthanasie et suicide assisté

Dit was het thema van het Symposium georganiseerd in Brussel in september 2012 door de vereniging "De maakbare mens".
Sinds 2005 hebben 9 patiënten, die toelating gekregen hadden om euthanasie te ondergaan, hun organen weggeschonken.
Van de 1.133 personen die voor euthanasie geopteerd hebben in 2011, zouden slechts 10 %  in aanmerking gekomen zijn voor een mogelijke orgaandonatie. "Het betreft vooral patiënten die lijden aan neurologische of neuro-psychiatrische storingen", verklaart Pr...

Lire la suite