Pays-Bas : face à l’euthanasie, des médecins-conseil réagissent

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 26/08/2016

Une étude réalisée auprès des médecins SCEN (Steun en Consultatie bij Euthanasie in Nederland, c'est-à-dire Soutien et Consultation pour une euthanasie aux Pays-Bas) traduit le fait que, selon la majorité de ces médecins-conseil, beaucoup d'euthanasies seraient pratiquées parce que la personne qui la demande n'aurait pas bénéficié d'une prise en charge adéquate.
Le Dr Es Adriaan exprime ainsi l'avis de plusieurs de ses confrères SCEN qui mettent en question la qualité et l'accessibilité des soins palliatifs pour tous aux Pays-Bas. Le malaise est perceptible pour ces médecins qui posent clairement la question du filtre palliatif avant que ne soit accordée une euthanasie : a-t-on vraiment tout proposé à la personne avant d'accéder à sa demande de mort ? Ne recourt-on pas trop vite à l'euthanasie ? Le docteur Adriaan, rejoint par Paul Lieverse, spécialiste de la douleur, réclame un investissement significatif dans le développement des soins palliatifs, notamment à domicile.
D'après une évaluation du SCEN (2010) de l'institut du VU et l'AMC, il ressort que « 60 % des médecins SCEN ont vécu une situation dans laquelle les soins palliatifs faisaient défaut ». Ce rapport souligne le problème posé par les soins palliatifs insuffisants, constituant un élément déclencheur d'une demande d'euthanasie. « Il y a quelque temps, j'allais beaucoup plus loin en ce qui concerne les conseils en vue d'une euthanasie, mais maintenant, je conseille le recours à une équipe de soins palliatifs ; cela doit être beaucoup plus ancré dans la pratique. », témoigne l'un de médecins interrogés.
Interpellé à la Chambre des Représentants sur la question, le Secrétaire d'Etat Van Rijn (1) souhaite susciter un débat.
Quel signal donnons-nous en tant que société lorsque nous ne réagissons pas au fait qu'une personne n'ait d'autre issue que de demander à être euthanasiée tout simplement parce qu'elle n'a pu bénéficier à temps de l'encadrement multidisciplinaire d'une équipe compétente de soins palliatifs ?
(1)    Brief staatssecretaris Van Rijn

Source :  Medisch Contact, 16/06/2016


Articles similaires

Québec :  le projet de loi sur l’euthanasie est non conforme au droit international

Québec : le projet de loi sur l’euthanasie est non conforme au droit international

- Euthanasie et suicide assisté

La Coalition des médecins pour la justice sociale lance un appel. A plusieurs reprises ils se sont exprimés contre le projet de loi québécois sur l'euthanasie. Ils regrettent que la population du Québec ait peu accès aux soins palliatifs et craignent que la légalisation de l'euthanasie en fasse la seule option possible pour mettre fin aux souffrances de certains patients.
A noter aussi, que la Commission des droits de la personne du Québec a recommandé au gouvernement que l'euthanasie soit per...

Lire la suite

42% des habitants de Flandre préféreraient l’euthanasie à la démence

42% des habitants de Flandre préféreraient l’euthanasie à la démence

- Euthanasie et suicide assisté

Une enquête réalisée par le Centre d'expertise de la démence en Flandre, en Belgique, révèle que près de la moitié des habitants de Flandre choisiraient l'euthanasie s'ils devaient apprendre qu'ils étaient en train de devenir déments. Les commanditaires de l'enquête ont fait connaître leur préoccupation face à cette situation, rappelant que pas plus que le cancer, la démence n'est aujourd'hui un arrêt de mort.

Cette proportion est « inquiétante », voire « choquante » réagissent les chercheurs...

Lire la suite

Pays-Bas : la justice devra se prononcer sur l’euthanasie des personnes démentes

- Euthanasie et suicide assisté

Pour la première fois en 16 ans aux Pays-Bas, un médecin est poursuivi par le Ministère Public pour avoir euthanasié une patiente souffrant de démence profonde.

La déclaration de volonté de la patiente, rédigée un an auparavant, contenait plusieurs contradictions : la patiente disait refuser d'entrer en maison de retraite et vouloir l'euthanasie, mais ce « sur sa demande » et « quand elle estimerait que le moment était venu ».  Le médecin a donc reçu une réprimande du bureau disciplinaire de...

Lire la suite