Pays-Bas : érosion de la loi euthanasie et dangers pour les personnes atteintes de démence

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 07/07/2017

Entièreté de l'opinion du Dr. Chabot : ICI
A la suite de la publication du troisième Rapport quinquennal d'évaluation de la loi Euthanasie aux Pays-Bas, dans lequel des experts se félicitent de la bonne application de la loi, le psychiatre Boudewijn Chabot dénonce quant à lui, le fait que cette loi ait été vidée de son sens et n'assure plus la protection des personnes souffrant de démence ou de troubles psychiatriques, qui sont de plus en plus nombreuses et pour lesquelles de plus en plus de médecins pratiquent l'euthanasie.

Tout d'abord, il s'inquiète du laxisme de certains médecins et de la Commission d'évaluation de la loi quant à l'appréciation des critères de conformité. La loi en prévoit trois pour pouvoir pratiquer une euthanasie : il doit y avoir une « demande volontaire et délibérée » du patient, exprimant une « souffrance insupportable sans perspective d'amélioration » et qu'il n'y ait « aucune alternative raisonnable à l'euthanasie ».

Or, ce dernier critère (absence d'alternative raisonnable) est mis à mal à partir du moment où le patient refuse l'alternative proposée par le thérapeute et qui pourrait soulager sa souffrance. De même pour le critère de "souffrance insupportable", pour lequel un simple refus d'alternative raisonnable annihile la perspective d'alléger la souffrance. La demande d'euthanasie ne dépend donc réellement que de son caractère « volontaire et délibéré » et donc de la seule autonomie et volonté personnelle du patient, qui peut rejeter tout accompagnement thérapeutique.

Ensuite, cette « culture euthanasique » se développe également par le biais de la Clinique de Fin de Vie (Levenseindekliniek), constate le Dr Chabot. Lorsque le médecin traitant refuse d'accéder à la demande d'euthanasie de son patient, il se peut que la Clinique de Fin de Vie le fasse.  « En 2016, environ 40 médecins travaillant à temps partiel à la Clinique de Fin de Vie ont pratiqué 498 euthanasies. En moyenne, cela revient à 12 euthanasies par médecin, soit une par mois. Au sein de la clinique, la pratique de l'euthanasie devient un acte vertueux dont se targuent les médecins, surtout dans les cas de démence sévère et de patients psychiatriques chroniques », dixit le psychiatre qui s'interroge : « Que se passe-t-il chez un médecin pour qui l'injection létale devient une routine mensuelle ? ».

N'ayant pas pour mission d'offrir un accompagnement thérapeutique aux patients mais bien de répondre le plus largement possible aux demandes d'euthanasies, les médecins de cette clinique ne s'inscrivent pas dans le cadre d'une relation thérapeutique avec leurs patients. Or, le traitement des maladies psychiques nécessite une relation dans la durée.

A un degré avancé de démence, et même si le patient a rédigé des directives anticipées, comment se situer puisqu'il n'est plus en mesure au moment même, de formuler sa demande de façon « volontaire et délibérée » ?   « Peut-on euthanasier un patient dément puisqu'il n'a pas conscience de ce qui est en train de lui arriver ? Comment peut-on tuer quelqu'un qui ne comprend pas qu'il va être tué ? »

Le Dr. Chabot développe d'autres critiques qui sont ICI


Articles similaires

Euthanasie voor een bejaard koppel uit Meerbeek.

Euthanasie voor een bejaard koppel uit Meerbeek.

- Euthanasie et suicide assisté

Een bejaard koppel uit Vlaams-Brabant is samen uit het leven gestapt via euthanasie, zo schrijft Het Laatste Nieuws. De vrouw (78) kon zich geen leven voorstellen zonder haar man (83), die aan kanker leed en ten dode opgeschreven was.

Het echtpaar, altijd kinderloos gebleven, was al een heel leven lang gelukkig getrouwd. Toen de man getroffen werd door kanker en helse pijnen leed, namen de twee de beslissing om samen afscheid te nemen van elkaar en van het leven. De vrouw - die niet...

Lire la suite

Canada : la ministre de la santé réagit au taux d’euthanasie en forte augmentation

Canada : la ministre de la santé réagit au taux d’euthanasie en forte augmentation

- Euthanasie et suicide assisté

Depuis la légalisation de l'aide à mourir (AMM) en décembre 2015, 1.829 Québécois l'ont officiellement réclamée, et 1.215 (66 %) l'ont officiellement obtenue.

Entre 2016 et 2017, le nombre de personnes décédées avec l'aide d'un médecin y a augmenté de 58 %. En 2017, au Canada, près d'un décès sur 100 est survenu suite à une demande d'AMM, et au Québec, il s'agit d'une personne sur 50.

Le Dr Claude Rivard, médecin spécialisé en soins palliatifs en Montérégie, région où les médecins ont dû pra...

Lire la suite

Euthanasie pour souffrance psychique en Belgique

Euthanasie pour souffrance psychique en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Nouveau DOSSIER !

Le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique a publié en décembre 2017 un avis sur l'euthanasie de patients hors phase terminale, affectés d'une souffrance psychique avec ou sans affection médicale (psychiatrique ou autre) sous-jacente.

Dans cet avis, le Comité répond en 75 pages aux questions posées en 2011 par Madame Laurette Onckelinkx, à l'époque Ministre de la Santé publique.

L'avis rendu 6 ans plus tard, reprend les points de consensus, mais également les dissens...

Lire la suite