Nouvelle-Zélande : les médecins disent ‘NO’ au projet de légalisation de l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 05/12/2019

Auteur / Source : doctorssayno.nz - Parliament.nz – wma.net

« Nous ne voulons pas y participer » : c'est en ces termes que s'expriment plus de 1.500 médecins néo-zélandais, face au projet de légalisation de l'euthanasie dans leur pays.

Malgré un double refus en 1995 et 2003, la proposition de légalisation a été réintroduite en 2017 devant le Parlement de Nouvelle-Zélande par le député libéral David Seymour. Finalement adopté en 3e lecture le 13 novembre dernier (avec 69 députés en faveur et 51 contre), le texte sera maintenant soumis au vote de la population par référendum. Cette ultime étape interviendra dans le courant de l'année 2020, à l'occasion des élections législatives générales.

 

La proposition de loi concerne les personnes en maladie terminale ayant « probablement » moins de six mois à vivre, et dont les « souffrances insupportables ne peuvent être soulagées d'une manière que la personne estime tolérable ». Dans le cas où le déclin des capacités physiques de la personne est jugé irréversible, celle-ci peut demander que lui soit administrée une dose létale, ou se l'administrer elle-même (suicide assisté), afin de précipiter sa mort.

 

Face à ce projet, les médecins néo-zélandais rappellent que l'euthanasie et le suicide assisté sont contraires à l'éthique médicale, même dans le cas où ils seraient légalisés. En cela, ils rejoignent la position de l'Association médicale mondiale (WMA), confirmée en octobre dernier, et qui représente la position de 113 pays et pas moins de neuf millions de médecins.

 

Cette opposition au projet de la part des médecins fait écho au rapport publié en mars 2019 par l'organisation néo-zélandaise Care Alliance, et qui montrait déjà un rejet massif de l'euthanasie par le personnel soignant, et, plus largement, par les citoyens de la Nouvelle-Zélande.


Articles similaires

François et Anne demandent à être euthanasiés ensemble

François et Anne demandent à être euthanasiés ensemble

- Euthanasie et suicide assisté

François (89 ans) et Anne (86 ans) demandent à être euthanasiés ensemble. Non, ils ne souffrent pas. Oui, ils ont différents maux dus à la vieillesse. « Ma femme et moi sommes vieux. De jour en jour notre santé se détériore et notre qualité de vie diminue. Il n'y aura plus d'amélioration possible. » Et François de s'exclamer : « Nous avons eu une belle vie, donnez-nous une belle mort. Car en fait, à notre âge, qu'est-ce que la vie peut encore nous offrir ?»
En fait, François et Anne expliquent...

Lire la suite

Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

- Euthanasie et suicide assisté

La Colombie a été le quatrième pays à dépénaliser l'euthanasie des personnes majeures, en 2015, à la suite de la Belgique, des Pays Bas et du Luxembourg.

En octobre 2017, la Cour Constitutionnelle colombienne a ouvert le débat de l'euthanasie des mineurs en demandant au Ministère de la Santé de proposer une loi permettant d'administrer « la mort dans la dignité, chez des enfants et adolescents porteurs de handicaps ou en phase terminale ».  Selon la Cour, cette loi chercherait à éviter que l...

Lire la suite

Euthanasie au Canada : quels enseignements tirer du premier rapport annuel ?

Euthanasie au Canada : quels enseignements tirer du premier rapport annuel ?

- Euthanasie et suicide assisté

Nombre de décès par euthanasie, âge moyen du demandeur, affection médicale, disponibilité des soins palliatifs, ... L'administration fédérale du Canada a publié, en juillet dernier, le premier rapport complet au sujet de l'aide médicale à mourir (AMM, terme choisi par l'administration pour désigner l'euthanasie).

 

Dépénalisée au Canada en juin 2016 (voy. loi), l'euthanasie ne peut être envisagée qu'à l'égard des personnes majeures qui en font volontairement la demande, et qui sont « affecté...

Lire la suite