Le Queensland devient le cinquième état australien à légaliser l'euthanasie

Auteur / Source : Europees Instituut voor Bio-ethiek Publié le : 23/09/2021 Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 4 min.

 Imprimer

En ce 15 septembre 2021, le Parlement du Queensland a adopté la proposition de loi intitulée « Voluntary Assisted Dying Bill », ouvrant ainsi la voie à la pratique légale de l'euthanasie dans quelques mois au sein de cet état australien.

Si les modalités d'application concrètes de la loi restent à définir d'ici son entrée en vigueur en janvier 2023, le texte adopté la semaine dernière prévoit d'ores et déjà que l'euthanasie sera accessible à toute personne majeure atteinte d'une maladie grave ou dégénérative dont la mort est attendue endéans douze mois. Outre ce premier critère, la loi requiert également que la maladie en cause provoque une souffrance « que le patient considère intolérable ».

Ces deux critères de fond rejoignent classiquement les critères établis initialement dans les autres rares lois dépénalisant l'euthanasie à travers le monde. S'agissant du premier critère lié à une maladie en phase terminale, il convient de remarquer que les législateurs ont ensuite très largement tendance à abandonner le critère de fin de vie pour ouvrir l'euthanasie à toute maladie incurable. Quant au deuxième critère, lié au caractère intolérable de la souffrance, celui-ci s'inscrit dès le départ dans une perspective éminemment subjective : le degré et le type de souffrance ouvrant l'accès à l'euthanasie sont souverainement définis par le patient, qui est alors en mesure d'opposer cette conception subjective aux soignants et à la société, afin que ceux-ci mettent fin à sa vie.

D'un point de vue procédural, est requis l'avis favorable de deux médecins, ainsi que la répétition de la demande par le patient à trois reprises.

Le produit létal pourra être auto-administré par le patient ou injecté par un médecin.

Est également prévue une clause garantissant la liberté de conscience des soignants et la liberté des institutions de santé refusant de pratiquer ou de collaborer à l'euthanasie. Il est notamment demandé à ces dernières de publier de manière claire l'impossibilité de pratiquer l'euthanasie au sein de leur établissement.

Avant le Queensland, quatre états australiens avaient franchi le pas d'une dépénalisation de l'euthanasie ces dernières années : Victoria, l'Australie-Méridionale, la Tasmanie et l'Australie occidentale.


Articles similaires

Derrière le procès Tine Nys, le procès de l’euthanasie pour souffrance psychique

Derrière le procès Tine Nys, le procès de l’euthanasie pour souffrance psychique

- Euthanasie et suicide assisté

Le procès d'assises qui s'est ouvert ce 17 janvier au Palais de justice de Gand met aux prises trois médecins avec l'accusation de non-respect de la loi belge sur l'euthanasie.

L'attention importante que suscite cette affaire s'explique non seulement par le caractère inédit d'un tel procès pour euthanasie en Belgique, mais aussi - sinon surtout - par le fait qu'est ici jugée la pratique d'une euthanasie basée sur l'existence d'une souffrance psychique.

Pour rappel, l'acte d'euthanasie n'est ...

Lire la suite

Euthanasie des mineurs : prise de position de 16 pédiatres en Flandre

- Euthanasie et suicide assisté

« Sortez de l'ombre l'euthanasie des enfants »

Face à un débat qui se radicalise, une quinzaine de pédiatres (voir liste ci-dessous) publient dans Le Soir numérique « 17 heures » une carte blanche qui demande aux sénateurs d'adopter une loi pour leur permettre d'aider légalement leurs jeunes patients,
« de la manière la plus humaine et responsable possible ». Ils écrivent : « En tant que prestataires de soins, il nous arrive exceptionnellement de devoir assister des mineurs confrontés à une ...

Lire la suite

NEW ! Flash Expert : euthanasie des personnes atteintes de démence

NEW ! Flash Expert : euthanasie des personnes atteintes de démence

- Euthanasie et suicide assisté

Une pétition a été lancée en mai 2019 par le forum LEIF (LevensEinde InformatieForum), pour demander au législateur d'autoriser l'euthanasie des personnes atteintes de « démence et de toute autre forme d'incapacité progressive et irréversible ». L'euthanasie serait obtenue sur base d'une directive anticipée, rédigée par la personne au moment où elle est encore capable de discernement.

L'Institut Européen de Bioéthique propose dans ce Flash Expert, une réflexion à propos des arguments avancés.

Lire la suite