Le Parlement italien se penche sur une proposition de loi pour dépénaliser l'euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Italie

Publié le : 19/08/2021

Auteur / Source : C. du Bus

Le 6 juillet 2021, les Commissions réunies de la Justice et des Affaires sociales du Parlement italien ont accepté de prendre en considération une proposition de loi relative à l'euthanasie. Il s'agit d'un texte de base sur lequel vont travailler les députés, et qui résulte d'un compromis entre plusieurs propositions de loi. Ceci présage le dépôt d'amendements dans la suite du chemin législatif. Les députés du Parti démocrate, du Mouvement 5 étoiles, d'Italia Viva ont voté en faveur du texte, tandis ceux de la Lega, de Forza Italia et de Fratelli d'Italia s'y sont opposés.

Contenu de la proposition de loi

Le texte prévoit de dépénaliser l'euthanasie aux conditions suivantes : sur le fond, le patient devra présenter une « pathologie irréversible ou un pronostic vital trop engagé pour demander une assistance médicale » ; il doit être majeur, capable de prendre une décision libre, et présenter une souffrance physique ou psychique qu'il juge intolérable ; ensuite, l'euthanasie n'est possible que si la personne bénéficie d'un « traitement de maintien en vie ». La proposition ne précise cependant pas ce qu'il faut entendre par « traitement de maintien en vie ». On peut toutefois supposer qu'il s'agit notamment de l'aide mécanique à la respiration, ou de l'alimentation et de l'hydratation artificielles. Enfin, le patient doit bénéficier de soins palliatifs ou avoir expressément refusé un tel accompagnement. Quant aux conditions de forme, relevons principalement qu'une structure publique du Service National de la Santé (SSN) devra vérifier que toutes ces conditions sont remplies, après avoir entendu l'avis favorable d'un comité d'éthique compétent sur le territoire.

Contexte législatif

Rappelons que, à la suite de l'aide au suicide du dénommé DJ Fabo par un membre du parti des Radicaux italiens, Marco Cappato en février 2017 (voir Actualité IEB), la Cour constitutionnelle avait été saisie pour déclarer la pénalisation de l'aide au suicide contraire au droit à l'autodétermination. En novembre 2018, la Cour avait alors donné un an au Parlement pour qu'il légifère sur la question de l'euthanasie. Ce délai ayant expiré sans que le Parlement n'ait eu le temps de mener une discussion en profondeur sur le sujet, la Cour constitutionnelle a elle-même provisoirement dicté les conditions de la dépénalisation de l'euthanasie dans un arrêt rendu fin 2019 (voir Actualité IEB). Ces mêmes conditions sont à présent reprises dans le texte de base que considère le Parlement. Bien qu'en théorie le Parlement italien reste souverain pour décider si l'aide au suicide sera définitivement dépénalisée, et à quelles conditions, on ne peut négliger le poids d'une décision émanant d'une cour suprême et son influence sur la future législation.

On ne peut que constater la pression croissante mise sur les parlements nationaux des pays européens pour autoriser l'euthanasie, que ce soit de la part des cours constitutionnelles (Italie, Autriche, Allemagne) ou plus directement au sein des groupes parlementaires (Espagne, Portugal).


Articles similaires

Pays-Bas : 4 nouvelles euthanasies sous enquête pénale

Pays-Bas : 4 nouvelles euthanasies sous enquête pénale

- Euthanasie et suicide assisté

En 2017, les Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie néerlandaises (RTE) ont jugé 12 cas (sur les 6.585 déclarés) non-conformes aux exigences de la loi de 2002. 10 dossiers ont déjà été examinés par le Ministère Public, et sur ceux-ci, 4 font désormais l'objet d'une enquête pénale.

Deux des 4 euthanasies sous enquête ont été pratiquées par un même médecin gériatre, de la « Levenseindekliniek ». Il a euthanasié une personne atteinte d'Alzheimer sur base de sa déclaration anticipée, ...

Lire la suite

Niet vervolgd voor poging 'euthanasie'

Niet vervolgd voor poging 'euthanasie'

- Euthanasie et suicide assisté

Een 45-jarige verpleegkundige moet zich niet voor een assisenjury verantwoorden voor de moordpoging op haar zwaar dementerende moeder Yvette. Twee jaar geleden mengde ze slaappillen in haar pudding 'om haar lijden te beperken'. De bejaarde vrouw ontsnapte op het nippertje aan de dood.  Het Brugse parket toont zich nu inschikkelijk en besluit de dochter niet te vervolgen wegens poging tot oudermoord. (Bron: De standaard 16/06/2013)
Professor in de palliatieve geneeskunde Wim Distelmans ...

Lire la suite

Euthanasie et démence : les Pays-Bas autorisent la sédation contrainte pour éviter toute résistance du patient

Euthanasie et démence : les Pays-Bas autorisent la sédation contrainte pour éviter toute résistance du patient

- Euthanasie et suicide assisté

Tel que mis à jour le 19 novembre dernier, le Code de bonnes pratiques des Commissions régionales de contrôle de l'euthanasie des Pays-Bas (RTE) prévoit de nouvelles précisions quant à la procédure à suivre en cas d'euthanasie effectuée sur une personne atteinte de démence et dont la capacité de consentement est altérée.

 

Cette modification fait suite à l'affaire judiciaire relative à la koffie-euthanasie (euthanasie-café), nommée ainsi du fait de l'administration d'un sédatif, par le médec...

Lire la suite