Le nouvel argument pour l’euthanasie des personnes démentes

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 03/04/2019

Faisant suite à une journée d'étude à Anvers en mars dernier, le consortium de médecins LEIF (LevensEinde InformatieForum) fait pression pour élargir l'accès à l'euthanasie aux patients qui sont à un stade avancé de démence.

L'argument est le suivant : puisque la loi exige que la personne soit encore capable de discernement au moment de son euthanasie (*), celle-ci n'est possible qu'au début du processus de démence. Selon LEIF, il en ressort que des patients sont euthanasiés « trop tôt », alors qu'ils pourraient encore vivre de belles semaines, de beaux mois voire de belles années.

Paradoxalement, ce constat, et celui du neurologue Patrick Cras (chef de service à la clinique universitaire d'Anvers), selon lequel les patients atteints de démence reviennent souvent, au cours de la maladie, sur leur volonté initiale d'être euthanasiés, n'aboutissent pas à remettre en question l'euthanasie pour souffrance psychique.

Au contraire, LEIF propose que la personne en début de démence, puisse convenir avec son médecin du moment où elle sera euthanasiée, selon ce qu'elle estime aujourd'hui, comme un état insupportable. Peu importe donc si au moment de l'euthanasie, le patient n'est plus capable de discernement. C'est ce que préconise Jacinta De Roeck, présidente de LEIF-Anvers et conseillère pour les dossiers médicaux-éthiques au centre d'étude du parti Open Vld.  Elle est également membre de la Commission fédérale d'évaluation et de contrôle de l'euthanasie.

Se pose alors la question insoluble des critères pour décider du moment opportun de l'euthanasie en cas de démence avancée : d'un côté, Me Christophe Lemmens, lui aussi membre de la Commission euthanasie, affirme « qu'il reviendra toujours aux médecins de juger en conscience s'il convient d'euthanasier et quand », et cela, sur la base de critères précis, comme le préconise le député Open Vld Jean-Jacques De Gucht. D'un autre côté, Me Lemmens poursuit en disant que les patients devraient décrire avec précision le moment où il faudra considérer qu'ils ne veulent plus vivre.

Au départ de cette revendication : le chiffre de 22 patients euthanasiés en 2018 alors qu'ils n'étaient (officiellement) qu'au début du processus de démence. Les promoteurs de l'euthanasie pour les personnes démentes relèvent que ce nombre a presque doublé depuis l'année précédente. Du côté politique, l'Open Vld et le sp.a soutiennent l'appel. La N-VA, Groen et le Vlaams Belang ne s'y opposeraient pas pour l'instant. Le CD&V n'y est pas favorable car il demande d'abord une réévaluation de la loi euthanasie.

La demande de permettre l'euthanasie des personnes atteintes de démence, fait écho à la lettre ouverte du Prof. et président de la Commission euthanasie Wim Distelmans (6 octobre 2018), dans laquelle il s'inquiétait du coût que représentaient les personnes démentes.

A l'heure où le nombre de personnes atteintes de démence ne cesse d'augmenter dans le monde, est-ce en autorisant l'euthanasie des personnes démentes que les responsables politiques répondront à l'appel de l'OMS d'améliorer la prise en charge de ces personnes, et la manière dont la démence est perçue ?

(*) La seule exception à cette règle concerne la situation d'inconscience irréversible (coma), où l'euthanasie peut être pratiquée sur base d'une déclaration anticipée.

Sources : De Morgen, Het Laatste Nieuws, De Standaard


Articles similaires

Élargissement de la loi euthanasie: les médecins catholiques disent non!

Élargissement de la loi euthanasie: les médecins catholiques disent non!

- Euthanasie et suicide assisté

Le site de la Fédération Internationale des Associations de Médecins Catholiques publie une motion contre "la banalisation de la mort" en Belgique. Cette déclaration est signée par la Société Médicale belge de Saint-Luc asbl.

Dans un message bilingue, daté du 1er mars 2013, le docteur Paul Deschepper, président d'honneur de la Société Médicale belge de Saint-Luc, s'insurge contre une "interprétation molle" de la loi sur l'euthanasie, qui date de 2002. Et le médecin de s'inquiéter de dérives à...

Lire la suite

Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

23 mars 2009 :
Amélie Van Esbeen (93 ans) n'est pas atteinte d'une maladie incurable, mais souffre de toutes sortes de petits maux qui rendent sa vie insupportable, dit-elle. Elle souhaite mourir mais, selon la loi, elle ne remplit pas les critères pour demander l'euthanasie. Wim Distelmans, le président de la commission d'évaluation de la loi sur l'euthanasie pense que la législation devrait pouvoir être étendue aux cas de certaines personnes très âgées. En particulier, dans des cas comme cel...

Lire la suite

Australie et Nouvelle Zélande rejet de la dépénalisation de l'euthanasie

Australie et Nouvelle Zélande rejet de la dépénalisation de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le Parlement de la Tasmanie (Etat d'Australie) vient  de rejeter le projet de loi qui visait à dépénaliser l'euthanasie dans cet Etat. Il était proposé que les malades en phase terminale puissent mettre fin à leur vie 10 jours après avoir réitéré pour la troisième fois une demande d'euthanasie à leur médecin. Dans le Territoire du Nord, autre Etat d'Australie, l'euthanasie avait été dépénalisée, pour la première fois dans le monde, en 1995. Neuf mois après l'entrée en vigueur de cette loi, le ...

Lire la suite