Le gouvernement fédéral américain ne finance pas l’assistance au suicide en maison de repos

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 28/02/2018

En Californie, une loi autorisant le suicide assisté est entrée en vigueur le 9 juin 2016. Pourtant, huit maisons de repos ne la font pas appliquer en leurs murs.

La raison en est une autre réglementation, votée peu après par le California Department of Veterans Affairs, dit « CalVet ». Ce règlement oblige tout vétéran (ancien combattant) qui réside dans un établissement de repos et de soins financé par l'Etat, à quitter celui-ci, s'il veut recourir au suicide assisté.

CalVet déclare avoir voté cette nouvelle règlementation pour éviter que les huit maisons de repos de vétérans que compte la Californie ne se retrouvent sans financement public.

Une loi fédérale  interdit en effet l'utilisation de fonds du gouvernement américain pour la pratique du suicide assisté. CalVet, qui reçoit près de 68 millions de dollars provenant des fonds fédéraux pour gérer ses établissements, ne peut risquer de perdre cette aide financière, souligne June Iljana, secrétaire adjointe aux communications de CalVet.

C'est pour cette même raison que l'Oregon, le Colorado et Vermont ont interdit eux aussi l'utilisation de médicament létaux dans les maisons de repos publiques pour vétérans.

Les anciens combattants qui persistent dans leur souhait de mourir par suicide assisté sont par conséquent amenés dans un autre établissement, ou dans leur famille, où ils pourront mettre fin à leur vie. S'ils viennent à changer d'avis, ils sont à nouveau accueillis dans leur maison de soin.

Aujourd'hui, seul l'Etat de Washington autorise les vétérans à rester dans ses maisons de repos malgré leur intention de mettre fin à leur vie, en dépit de la loi .

Sources : The Atlantic


Articles similaires

Clash et démission au sein de la Commission fédérale de contrôle de l’euthanasie en Belgique

Clash et démission au sein de la Commission fédérale de contrôle de l’euthanasie en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Une patiente atteinte de démence et de Parkinson a été euthanasiée sur simple demande de sa famille, sans que la personne n'en ait jamais fait la demande elle-même, et n'ait été entendue sur la question. De plus, il appert que le second médecin à consulter n'a en réalité donné son avis médical qu'une fois le décès intervenu. Ces lourdes atteintes aux conditions posées par la loi euthanasie ont amené le médecin impliqué devant la Commission fédérale de contrôle de l'euthanasie (CFCEE).
Une majo...

Lire la suite

Luxembourg : 18 euthanasies et suicides assistés sur 2015-2016

- Euthanasie et suicide assisté

Depuis l'entrée en vigueur de la loi sur l'euthanasie et l'assistance au suicide en 2009, 52 personnes ont choisi de mourir de cette manière au Luxembourg. D'après le récent rapport de la Commission de contrôle et d'évaluation, 18 euthanasies et suicides assistés ont été pratiqués sur la période 2015-2016.

Le président de ladite Commission, le Dr Carlo Bock a affirmé à l'occasion de la remise de ce rapport que : « l'euthanasie est complémentaire aux soins palliatifs ».

Or, la philosophie de...

Lire la suite

République tchèque : opposition du gouvernement à une proposition de loi relative à l’euthanasie

République tchèque : opposition du gouvernement à une proposition de loi relative à l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le 22 juin 2016, le gouvernement tchèque s'est prononcé contre une proposition de loi émise par six députés, visant à permettre l'euthanasie sous des conditions strictes.

La proposition de loi prévoyait d'accorder l'euthanasie aux patients en phase terminale et qui en avaient fait la demande, de même que la création d'une commission spéciale chargée de vérifier que les conditions prévues par la loi étaient bien respectées.

 

Mais le gouvernement ne souhaite pas suivre la voie des pays qui o...

Lire la suite