L’euthanasie en Colombie : pratiquée mais pas légalisée

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 28/04/2021

Auteur / Source : IEB ; diariojuridico.com (9/4/2021) ; agenciapi.com (8/4/2021)

Le 8 avril en Colombie, le parlement a de nouveau rejeté une proposition de loi pour légaliser l'euthanasie. Déposé par le député libéral Juan Fernando Reyes Kuri, le texte proposait d'autoriser l'euthanasie pour les personnes qui souffrent de façon intolérable en raison d'une maladie incurable ou d'une maladie en phase terminale. 

 

Dans un arrêt de 1997, la Cour constitutionnelle colombienne avait déjà reconnu la possibilité de « l'homicide par compassion » en cas de souffrances intenses suite à des lésions corporelles, ou une maladie grave ou incurable. Elle invitait le législateur à réglementer au sujet de la « mort digne ». En l'absence de loi, la Cour réitère sa position en 2014, reconnaissant cette fois-ci un droit à mourir dignement et énumérant trois conditions principales auxquelles devrait satisfaire la loi :  pour éviter des poursuites pénales à la suite d'une euthanasie, il faut que la personne souffre d'une maladie en stade terminal, que son consentement à l'euthanasie soit clair, libre et éclairé, et que l'euthanasie soit pratiquée par un médecin.  

 

Depuis lors, le législateur, représentant du peuple colombien, n'est toujours pas parvenu à voter une loi pour encadrer la pratique de l'euthanasie. Une centaine d'euthanasies ont pourtant été pratiquées depuis 2015, en suivant une réglementation édictée par le Ministère de la santé. 

 

Lors des débats au sein du Congrès, la députée Angela Sanchez Leal (Partido Cambio Radical) a invité les parlementaires à rejeter le texte, soulignant que l'euthanasie décourage la recherche en matière de technologies et de traitements pour parvenir à la gestion de la douleur. En Colombie, les soins palliatifs sont loin d'être accessibles pour tous les patients qui en auraient besoin. Elle a notamment pris l'exemple du Larotrectinib, un médicament qui pourrait soulager de nombreux patients en fin de vie, mais au remboursement duquel l'Agence colombienne du médicament fait barrage jusqu'à présent.  

 

Outre la Colombie, d'autres pays connaissent la même interférence des juges en matière d'euthanasie : les hautes instances judiciaires en Italie, en Allemagne et en Autriche ont refusé de déclarer le suicide assisté inconstitutionnel, sommant leurs parlements de permettre et d'encadrer la pratique.  


Articles similaires

Euthanasie vóór orgaandonatie?

Euthanasie vóór orgaandonatie?

- Euthanasie et suicide assisté

Dicky Ringeling (61) liet euthanasie plegen en redde vervolgens zeker vijf mensen met haar organen. Daarmee wordt het onderwerp van euthanasie en orgaandonatie terug op de agenda gezet.  In tegenstelling tot België waar een opt-out systeem van toepassing is voor orgaandonatie (men gaat uit dat je akkoord gaat met orgaandonatie tenzij je een document hebt), geldt in Nederland het opt-in systeem, je moet aangeven dat je  je organen ter beschikking wilt stellen.
"De procedures (euthanasie en or...

Lire la suite

Flandre : les professionnels de la santé impliqués dans des IMG largement favorables à l’euthanasie néonatale

Flandre : les professionnels de la santé impliqués dans des IMG largement favorables à l’euthanasie néonatale

- Euthanasie et suicide assisté

9 professionnels sur 10 impliqués dans des avortements pour raison médicale en centre pour soins intensifs néonataux en Flandre estiment que pour les nouveaux-nés « présentant un état de santé grave, dans certains cas, il est acceptable de mettre activement fin à leurs jours ». 88% de ces professionnels pensent que la loi devrait être modifiée de façon à permettre un tel geste.

 

Une première étude réalisée par le groupe de recherche End of Life Research Group rattaché à la Vrije Universi...

Lire la suite

Advies tweede arts bij euthanasie: artsen in beroep bij Raad van State

Advies tweede arts bij euthanasie: artsen in beroep bij Raad van State

- Euthanasie et suicide assisté

De Euthanasiewet voorziet dat de arts die de euthanasie uitvoert het advies moet inwinnen van een tweede arts. Het KB van 17 maart 2013 werkte voor de vergoeding van deze "tweede" arts een regeling uit. De vergoeding gebeurt echter niet rechtstreeks. De zogenaamde "tweede" artsen moeten toetreden tot een vereniging, die hen bepaalde voorwaarden oplegt. Vier artsen gingen hiertegen in beroep bij de Raad van State. Zij zijn van oordeel dat het KB discriminerend is voor artsen die niet wensen...

Lire la suite