L’euthanasie en Colombie : pratiquée mais pas légalisée

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 28/04/2021

Auteur / Source : IEB ; diariojuridico.com (9/4/2021) ; agenciapi.com (8/4/2021)

Le 8 avril en Colombie, le parlement a de nouveau rejeté une proposition de loi pour légaliser l'euthanasie. Déposé par le député libéral Juan Fernando Reyes Kuri, le texte proposait d'autoriser l'euthanasie pour les personnes qui souffrent de façon intolérable en raison d'une maladie incurable ou d'une maladie en phase terminale. 

 

Dans un arrêt de 1997, la Cour constitutionnelle colombienne avait déjà reconnu la possibilité de « l'homicide par compassion » en cas de souffrances intenses suite à des lésions corporelles, ou une maladie grave ou incurable. Elle invitait le législateur à réglementer au sujet de la « mort digne ». En l'absence de loi, la Cour réitère sa position en 2014, reconnaissant cette fois-ci un droit à mourir dignement et énumérant trois conditions principales auxquelles devrait satisfaire la loi :  pour éviter des poursuites pénales à la suite d'une euthanasie, il faut que la personne souffre d'une maladie en stade terminal, que son consentement à l'euthanasie soit clair, libre et éclairé, et que l'euthanasie soit pratiquée par un médecin.  

 

Depuis lors, le législateur, représentant du peuple colombien, n'est toujours pas parvenu à voter une loi pour encadrer la pratique de l'euthanasie. Une centaine d'euthanasies ont pourtant été pratiquées depuis 2015, en suivant une réglementation édictée par le Ministère de la santé. 

 

Lors des débats au sein du Congrès, la députée Angela Sanchez Leal (Partido Cambio Radical) a invité les parlementaires à rejeter le texte, soulignant que l'euthanasie décourage la recherche en matière de technologies et de traitements pour parvenir à la gestion de la douleur. En Colombie, les soins palliatifs sont loin d'être accessibles pour tous les patients qui en auraient besoin. Elle a notamment pris l'exemple du Larotrectinib, un médicament qui pourrait soulager de nombreux patients en fin de vie, mais au remboursement duquel l'Agence colombienne du médicament fait barrage jusqu'à présent.  

 

Outre la Colombie, d'autres pays connaissent la même interférence des juges en matière d'euthanasie : les hautes instances judiciaires en Italie, en Allemagne et en Autriche ont refusé de déclarer le suicide assisté inconstitutionnel, sommant leurs parlements de permettre et d'encadrer la pratique.  


Articles similaires

Nouveau rapport de la Commission d’évaluation euthanasie 2012

Nouveau rapport de la Commission d’évaluation euthanasie 2012

- Euthanasie et suicide assisté

La Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de la loi sur l'euthanasie vient de publier son cinquième rapport aux chambres législatives. Ce rapport concerne les documents d'enregistrement des euthanasies pratiquées entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2011 examinés par la Commission. La Commission rappelle, comme elle l'a déjà fait dans ses précédents rapports qu'elle « n'a pas la possibilité d'évaluer la proportion d'euthanasies déclarées par rapport au nombre d'euthanasies réel...

Lire la suite

L’euthanasie rejetée en Australie

L’euthanasie rejetée en Australie

- Euthanasie et suicide assisté

Malgré un lobbying intense et le témoignage très médiatisé de cet Australien de 104 ans se rendant en Suisse pour qu'un médecin provoque sa mort, la proposition de loi qui devait permettre aux territoires de légiférer de façon autonome sur l'euthanasie a été rejetée au niveau fédéral par le Sénat australien grâce à 2 voix : 36 voix contre 34.

La sénatrice Libérale Anne Ruston et le sénateur Nationals Steve Martin se sont finalement et après réflexion, décidés à voter contre le projet de loi, ...

Lire la suite

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

- Euthanasie et suicide assisté

Une enquête réalisée par MediQuality, une communauté médicale digitale pour le Benelux, a sondé les médecins pour savoir ce qu'ils pensaient de l'euthanasie en cas de souffrances psychiques et de démence. Sans doute encore secoués par l'affaire Tine Nys, une nette majorité d'entre eux (78%) estime qu'il faut évaluer et/ou adapter la loi sur l'euthanasie en ce qui concerne la souffrance psychique insupportable.

Ce sont 737 médecins qui ont librement répondu aux « questions éthiques en milieu m...

Lire la suite