L’Association Médicale Américaine réaffirme son opposition à l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Etats-Unis Etats-Unis

Publié le : 12/06/2019

C'est la fin d'un long débat : ce mardi 11 juin, les délégués de la prestigieuse Association Médicale Américaine (AMA) ont voté pour réaffirmer la position de l'organisation sur l'euthanasie et le suicide assistée, selon laquelle « l'euthanasie est fondamentalement incompatible avec le rôle du médecin en tant que soignant, serait difficile, voire impossible à contrôler, et poserait de sérieux risques sociétaux ». Cette position a été maintenue à une majorité écrasante, de 392 voix contre 162 (soit un rapport de 65%-35% du total), plus du double.

Le vote faisait suite à un rapport du Conseil des affaires éthiques et juridiques (CETA) de l'association, qui avait été saisi de la question à trois reprises depuis 2016, dans le but de faire évoluer la position de l'AMA sur l'euthanasie et le suicide-assisté, ainsi que sa terminologie. Toutefois, le Conseil avait recommandé à chaque fois le maintien de la position et de la terminologie actuelle, précisant que « malgré ses connotations négatives, le terme « suicide médicalement assisté » décrit la pratique avec la plus grande précision », d'après le site spécialisé Medpage Today.

Le choix de rester fermement opposé au suicide assisté est marquant, de la part d'une association aussi importante dans le milieu médical américain.  En effet, si cette pratique reste illégale dans la majorité des Etats, neuf d'entre eux, comme la Californie ou l'Oregon, l'ont légalisée. Le suicide assisté y est par conséquent autorisé, mais reste considéré comme non-éthique par l'AMA, dont la position reste une digue éthique à cette pratique. De plus, l'Association vient s'ajouter à un front d'autres organisations de médecins, comme notamment la World Medical Association (WMA), ou l'American College of Physicans (ACP), opposées aux pratiques d'euthanasie et de suicide assisté.

Sources : American Medical Association , Medpage Today , LifeSite , ProCon , World Medical Association , American College of Physicians


Articles similaires

Distelmans: "Un nouveau débat sur l'euthanasie s'impose"

Distelmans: "Un nouveau débat sur l'euthanasie s'impose"

- Euthanasie et suicide assisté

Wim Distelmans, professeur en médecine palliative à la VUB et président de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie, plaide pour la réouverture du débat concernant l'euthanasie, apprend-on dans l'hebdomadaire médical flamand De Huisarts. Il souhaite ainsi que les personnes présentant une "incapacité irrévocable acquise d'exprimer ce qu'elles veulent" entrent en ligne de compte pour une euthanasie. Il s'agit entre autres de patients souffrant d'une tumeur au cerveau ou...

Lire la suite

Normaliser  et rendre obligatoire la pratique de l’euthanasie quelle que soit l’institution ?

Normaliser et rendre obligatoire la pratique de l’euthanasie quelle que soit l’institution ?

- Euthanasie et suicide assisté

Réagissant à la déclaration des évêques de Belgique, certaines associations partenaires de la Mutualité socialiste parmi lesquelles Espace Seniors, Latitude Jeunes et l'Association socialiste de la personne handicapée (ASPH), regrettent que "les évêques continuent à présenter les soins palliatifs comme une alternative à l'euthanasie".
De plus, elles jugent "inadmissible" qu'une personne en fin de vie doive parfois être transférée d'une institution vers une autre pour bénéficier de l'euthanasie...

Lire la suite

Pays-Bas : aussi l’euthanasie des enfants de moins de 12 ans

Pays-Bas : aussi l’euthanasie des enfants de moins de 12 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Le docteur Eduard Verhagen, pédiatre à l'UMC de Groningen et auteur du Protocol de Groningen (qui fixe le processus d'euthanasie des nouveaux-nés porteurs d'un handicap - voir dossier IEB), reparle de l'euthanasie des enfants au Pays-Bas.
Actuellement la loi néerlandaise autorise l'euthanasie des enfants de plus de 12 ans ayant la capacité de discernement. L'accord de leurs parents est requis jusqu'à leur 16 ans. La KNMG* qui regroupe 75% des médecins aux Pays-Bas, s'est exprimée  en disant qu...

Lire la suite