Italie : le Comité national de bioéthique a rendu son avis sur le suicide assisté

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Italie Italie

Publié le : 07/08/2019

Le Comité national de bioéthique d'Italie a livré ses réflexions sur la question de la légalisation du suicide assisté. Enième intervention dans le débat qui agite l'Italie depuis un an (voir Bulletin de l'IEB), son avis aura certainement du poids dans les discussions parlementaires des prochains mois.

Au sein du Comité, les positions divergent : 11 membres s'opposent à une éventuelle autorisation, même sous conditions, du suicide assisté. Leurs motifs sont autant éthiques que juridiques. 13 autres membres se sont exprimés en faveur de la légalisation du suicide assisté et ont énuméré les conditions qu'ils verraient dans la loi. Enfin, 2 autres membres conseillent de ne pas franchir le pas de la légalisation étant donné le risque bien connu de la « pente glissante », qui mènerait à une situation où le respect des conditions pour obtenir le suicide assisté deviendrait incontrôlable.

Parmi les trois membres qui ont déposé une opinion dissidente à l'avis, en tout ou partie, le Prof. D'Agostino a regretté que le Comité se cantonne à un texte descriptif des faits et points de vue (doxographique) sans adopter une position véritablement éthique.

Le Comité est néanmoins parvenu à établir des recommandations partagées par tous ses membres : il rappelle que le sujet en question est éminemment délicat du fait qu'il touche à la conscience humaine, et qu'il nécessite une étude approfondie et sans précipitation ; selon l'avis, il primordial de d'abord fournir des soins adéquats aux personnes souffrant de maladies incurables (rendre plus homogène l'accès aux soins palliatifs) ; les citoyens doivent aussi recevoir toutes les informations nécessaires sur l'accès aux soins palliatifs.

L'avis met également en garde contre les raisons économiques qui pourraient motiver l'autorisation du suicide assisté : « Dans une société caractérisée par un vieillissement constant et progressif de la population et la nécessité de limiter les coûts des soins de santé, la légalisation du suicide médicalement assisté, qui serait initialement envisagée pour quelques cas douloureux et exceptionnels aujourd'hui, pourrait pousser la société à entrevoir des avantages économiques possibles face à la disparition des soins qui seraient fournis, et qui sont pourtant indispensables pour garantir une existence digne aux personnes concernées. »

Il invite à prendre en considération les conditions de souffrance, d'angoisse, de dépendance et parfois de dépression ou de confusion qui prévalent chez les personnes désirant mourir, pour éviter qu' « au nom d'une volonté du patient supposée autonome et informée, on ouvre la porte à l'abandon des personnes considérées comme «marginales», non productives, dépendantes et coûteuses, alors qu'elles ont justement besoin d'un soutien solidaire. »


Articles similaires

Bilan 2018 du suicide assisté dans l’Oregon (USA)

Bilan 2018 du suicide assisté dans l’Oregon (USA)

- Euthanasie et suicide assisté

Le rapport 2018 de l'Oregon Health Authority au sujet de l'application du Death with Dignity Act (loi autorisant le suicide assisté) est paru récemment.

Le préambule du rapport informe immédiatement que « deux médecins ont été signalés auprès du Conseil médical de l'Oregon pour non-respect des exigences du Death With Dignity Act », sans préciser cependant ce qui leur est reproché.

Le rapport stipule que 249 personnes ont reçu des ordonnances pour se procurer des doses létales (contre 218 en...

Lire la suite

Suisse : toujours plus d'assouplissement des conditions d'accès au suicide assisté

Suisse : toujours plus d'assouplissement des conditions d'accès au suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

L'assemblée générale de l'association suisse Exit s'est prononcée en faveur d'une extension de l'aide médicale au suicide pour les "personnes souffrant de polypathologies liées à l'âge". Exit ADMD Suisse romande s'était déjà déclarée favorable à une telle proposition le 26 avril dernier.
Jusqu'à aujourd'hui, "les deux associations proposaient l'aide au suicide pour les personnes atteintes d'une maladie incurable ou en phase terminale". Elles veulent donc aujourd'hui l'étendre aux personnes qui...

Lire la suite

Avis du Comité de Bioéthique: euthanasie pour fatigue de vivre et pour maladies psychiatriques

Avis du Comité de Bioéthique: euthanasie pour fatigue de vivre et pour maladies psychiatriques

- Euthanasie et suicide assisté

Peut-on euthanasier les patients qui ne sont pas en phase terminale, qui souffrent psychiquement ou qui sont atteints d'une maladie psychiatrique ?
Ce sont les fondements de la loi euthanasie qui sont mis en question par le Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB)  dans l'Avis n° 73 qui vient d'être publié.

Ce document de 88 pages met le doigt sur les dysfonctionnements de la loi euthanasie en Belgique : si la demande d'euthanasie se base sur le concept de souffrance, comment la dé...

Lire la suite